Test Blu-ray : Midsommar

Fiche Technique :

Midsommar (2019) réalisé par Ari Aster
Avec : Florence Pugh, Jack Reynor, Vilhelm Blomgren, William Jackson Harper, Will Poulter, Ellora Torchia, Hampus Hallberg
Durée : 147 min / 171 min (director’s cut)
Genre : Horreur, Drame, Mystère
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais, Français DTS-HD Master Audio 5.1, Français Audiodescription DTS-HD MA 2.0 ; seule la piste anglaise est disponible sur la version director’s cut, avec un sous titrage français.
Sous-titres : Français, Français pour sourds et malentendants
Format d’image : 2.00:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Metropolitan Filmexport

Synopsis :

Dani et Christian sont sur le point de se séparer quand la famille de Dani est touchée par une tragédie. Attristé par le deuil de la jeune femme, Christian ne peut se résoudre à la laisser seule et l’emmène avec lui et ses amis à un festival estival qui n’a lieu qu’une fois tous les 90 ans et se déroule dans un village suédois isolé.
Mais ce qui commence comme des vacances insouciantes dans un pays où le soleil ne se couche pas va vite prendre une tournure beaucoup plus sinistre et inquiétante.

Le film :

L’édition blu-ray collector testée ici permet de découvrir la version director’s cut du film, avec près de 25 min supplémentaires, ce qui ajoute principalement une scène et allonge la durée de séquences existantes par des plans amplifiant l’horreur de ce solstice d’été en Suède.

On peut bien entendu considérer le film avec une autre grille de lecture que celle proposée dans la critique de Midsommar rédigée lors de la sortie cinéma, comme celle du deuil et de la rupture, car cette version longue renforce ces points. Grâce à une célébration nocturne – qui rompt avec le soleil presque omniprésent une fois en Suède dans la version cinéma –, le nouveau montage proposé par Ari Aster approfondit la complexité de cette société insidieusement nihiliste, tout en ajoutant des scènes de conflit entre Dani (Florence Pugh) et Christian (Jack Reynor). Revoir le film permet aussi de s’intéresser un peu plus à la performance éprouvante de Florence Pugh. Si certains director’s cut déséquilibrent le rythme d’un film, allant parfois jusqu’à réduire sa force – par exemple, le director’s cut de Donnie Darko -, celui de Midsommar ne fait que renforcer la puissance d’une œuvre qui ne semble pas avoisiner les trois heures ! Du très grand cinéma horrifique.

 

Le Blu-ray

– Image :

Si de légères traces de compression peuvent apparaître dans la courte et terrible séquence chez les parents de Dani, où l’on atteint les limites du support avec le jeu des gyrophares dans la plus grande obscurité, Midsommar se montre absolument épatant par son image d’une grande pureté. Dans la nature ensoleillée suédoise, la profondeur de champ se montre toujours très étendue, avec parfois des dizaines de personnages habillés avec des tenues blanches dont on ne perd les détails que pour les sujets les plus éloignés. En intérieur, les détails sont souvent légions aussi avec les peintures murales et autres runes et icônes qui envahissent l’espace visuel. Les noirs sont profonds et les quelques scènes plus contrastées se montrent hautement satisfaisantes. Un transfert quasi irréprochable qui permet aussi de se délecter des subtilités des déformations d’image liées aux substances ingérées par les protagonistes.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Exemplaire en matière d’accessibilité avec l’audiodescription et le sous-titrages destiné aux sourds et malentendants, ces éléments sont hélas absents de la version director’s cut, qui ne compte que pour unique piste audio de l’anglais en DTS-HD Master Audio 5.1. Si la spatialisation est convaincante et utilisée à bon escient, on pourra regretter que les musiques extra diégétiques de The Haxan Cloak se trouve aussi élevées dans le mix. Bien qu’elles soient employées dans des phases sans dialogue, elles se détachent violemment, contrairement aux musiques diégétiques qui auraient pu bénéficier d’un peu plus de dynamisme. Quoi qu’il en soit, cela reste une excellente piste audio, contribuant au malaise véhiculé par le film, avec parfois de vraies subtilités dans l’emploi du son.

– Bonus :

Les bonus sont en haute définition.
– « Que les festivités commencent » Making of du film au travers d’interviews du réalisateur Ari Aster ainsi que des acteurs principaux : Florence Pugh, Jack Reynor, William Jackson Harper, Will Poulter, Vilhelm Blomgren. (25 min)
– « La construction du village » : timelapse de la construction des différents sites du village. Dommage que la vidéo ne soit pas accompagnée par la musique de The Haxan Cloak. (33 min)
– Teaser
– Bande annonce
– Bandes annonces : Hérédité, Suspiria, Silent Hill, Silence, L’internat

 

Film :
4.5 étoiles
Image:
5 étoiles
Son :
4.5 étoiles
Bonus :
3 étoile
Avis Global :
3.5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.