Test Blu-ray : Lost Highway (David Lynch)

Lost Highway - Blu-ray

Fiche Technique :

Lost Highway (1997) réalisé par David Lynch
Avec : Patricia Arquette, Bill Pullman, Balthazar Getty, Robert Loggia, Robert Blake, Michael Massee, Gary Busey, Jack Nance, Natasha Gregson Wagner, Giovanni Ribisi
Durée : 135 mn
Genre : Drame, Mystère, Thriller
Blu-ray testé : édition française, région B
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 5.1 ; Français DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres : Français
Format d’image : 2.35:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : MK2

 

La trame :

Fred et Renée Madison forment un couple en crise. Un matin, ils découvrent une cassette vidéo sur leur palier. Cette dernière contient un enregistrement de leur maison filmée depuis la rue. Lorsqu’ils reçoivent une vidéo montrant l’intérieur de leur domicile, ils contactent la police qui sera amenée à arrêter Fred.

Mini-critique :

En route vers l’inconscient. Lost Highway est une expérience fantasmagorique déroutante, comme si, en nous égarant sur les routes sinueuses d’un cerveau dérangé, Lynch parvenait à nous amener dans des alcôves inconnues de notre propre esprit. Chaque spectateur y verra un film différent, une histoire différente ; et chaque spectateur qui reverra le film abandonnera ses théories précédentes pour de nouveaux concepts. L’intrigue du film, que l’on peut scinder en deux parties, tourne autour d’un couple, ou plutôt de deux couples : Fred (Bill Pullman) et Renée (Patricia Arquette), au milieu duquel le soupçon de l’adultère rode dans une ambiance pesante ; Pete (Balthazar Getty) et Alice (Patricia Arquette, en blonde), deux amants infidèles qui pourraient voir leur vie menacée par le compagnon mafieux d’Alice, Mr. Eddy (Robert Loggia). Deux parties qui se font écho, qui résonnent l’une dans l’autre, comme la chanson « Song to the Siren » de This Mortal Coil que Fred entend lors de ses violentes migraines. Après Twin Peaks, David Lynch est au sommet de son art ; la direction d’acteur est magistrale, les cadrages impressionnent et la photographie parachève ce passage vers un univers parallèle, si proche de la réalité et pourtant tellement singulier. Entre les compositions angoissantes d’Angelo Badalementi et les morceaux sélectionnés par Trent Reznor, la bande originale est une surprenante symphonie qui marie l’âpreté du metal de Rammstein aux douceurs de la bossa nova d’un Insensatez. Lost Highway est une boucle insensée parcourant les genres, du film noir au thriller schizophrénique, du drame mystérieux au rêve érotique. Une pièce maitresse du cinéma américain.

Bande annonce (VO) :

 

Le Blu-ray

– Image :

Lost Highway est un film qui montre très peu la lumière du jour, ainsi, le passage du film au format blu-ray s’avérait un exercice difficile que MK2 réalise efficacement. Les gros plans et plans rapprochés affichent un très bon piqué. La photographie de Peter Deming est à l’honneur grâce à des couleurs et contrastes solides. Les scènes les plus obscures présentent un grain plus prononcé mais qui ne nuit pas à l’homogénéité dégagé par le transfert. Quelques légers fourmillements sont à noter durant certaines scènes au côtés de Pete. Au final, une très belle image qui respecte l’oeuvre originale.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Comme je le signale dans la critique, la bande originale de Lost Highway est constituée de musiques hétérogènes aux effets décuplées par le mixage : entre les ambiances discrètes qui parcourent le film et les séquences plus virulentes où hurlent des guitares agressives, il y a une forte amplitude musicale parfaitement restituée par la piste DTS-HD Master Audio. Le canal des voix présente les même caractéristiques : presque tout est chuchoté durant la première partie du film alors que les véritables échanges verbaux ont lieu avec Mr. Eddy. Sur ce point, la piste audio est aussi exceptionnelle.

– Bonus :

Seul point noir de cette édition, l’appauvrissement des bonus. En 2008, MK2 avait réédité Lost Highway dans une magnifique édition deux DVD, proposant environ 90 mn de bonus fort intéressants. Si les rescapés de cette édition sont excellents qualitativement, leur durée totale, réduite à une trentaine de minutes, déçoit :
– Interview de David Lynch (04:57)
– Interview de Bill Pullman (03:46)
– Interview de Patricia Arquette (04:20)
– Interview de Robert Loggia (02:49)
– Making-of (09:30)
– Featurette (07:02)
– Teaser
– Bande-annonce
Ces bonus sont présentés au format 4/3 en définition standard.

 

Conseillé à

  • ceux qui veulent vivre une expérience cinématographique hors norme.
  • ceux qui apprécient le cinéma de Richard Kelly, notamment Donnie Darko dont l’univers et l’atmosphère sont inspirés par David Lynch.
Déconseillé à

  • ceux qui recherchent à tout prix une intrigue linéaire.
Notes :
Film : 10/10
Image : 4/5
Son : 5/5
Bonus : 2/5

Avis global : 8/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

7 commentaires

  1. Un film exceptionnel qui doit être mon préféré de Lynch ^^ tout est réunit, les doubles mondes, le dédoublement de personnalité, l’atmosphère pesante etc. du très grand cinéma ^^

  2. Je crois que je vais garder mon DVD pour l’instant. Je vais attendre que des éditions avec un contenu éditorial plus intéressante sortent.

  3. @yuko, c’est aussi mon préféré, enfin, sur la même marche du podium que Mulholland Drive aussi. Avec Cachou et Vance vous avez interrompu vos chroniques sur Lynch ?

    @Pitivier, je ne sais pas si ça viendra. Je trouve surprenant que MK2 ait abandonné tant de bonus pour le passage en blu-ray…. En tout cas, pour le film, c’est techniquement réussi.

  4. Et dis donc, tu n’as l’impression d’avoir été généreux sur ta critique de l’image??
    Je viens de l’avoir après avoir lu ta critique et je te trouve bien gentil, la qualité de l’image est tout juste supérieure à celle du DVD, voire la même selon les plans… mais bon…

  5. @Julien, j’essaie de juger l’image en fonction du matériau et de son époque ; en comparant avec l’édition DVD – et même avec un bon upscaler -, il est clair que l’on gagne en contrastes et en couleur et malgré que les plans d’ensemble ne soient pas bluffants, tous les plans rapprochés gagnent en piqué. Ce n’est donc pas une claque visuelle, mais je pense sincèrement que tout amateur du film le possédant en DVD peut sérieusement envisager de prendre la version blu-ray.

  6. et bien j’ai le dvd et le bd… et au niveau de l’image, moi je trouve qu’il n’y a pas une réelle différence…
    en tout cas, la note de 4 sur 5 me parait très exagérée…

  7. Eh bien désolé d’apprendre ta déception… Une note en dessous de 4 m’aurait paru trop faible pour la solidité du transfert en considérant l’extrême pénombre dans laquelle le film baigne et qui est, en général, la pire ennemie des transferts HD.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *