Critique : Child’s Play la poupée du mal

Huitième film consacré à la poupée maléfique Chucky, sous forme de reboot puisque le titre original a été repris, Child’s play – ajoutez « La poupée du mal » pour attirer le badaud en France –, et que plus aucun membre de l’équipe originale ne répond présent, le film de Lars Klevberg manque de susciter le moindre frisson. Un film d’épouvante au rabais, dont on peut saluer les effets gores : en somme, un produit à renvoyer au marchand !

Jeu douteux

Alors qu’une série télévisée est en cours de développement, on ne s’attendait pas à revoir Chucky sur grand écran. En France, sa dernière apparition fut discrète, en VOD il y a deux ans avec Le Retour de Chucky – le rerereretour finalement, le titre original étant Cult of Chucky. Culte, un mot approprié pour qualifier la poupée née en 1988 dans le film Jeu d’enfant de Tom Holland. Long métrage loin d’être brillant, mais qui possédait cet aspect naturellement angoissant procédant de cette terreur d’enfance devenant une réalité : un jouet dont les traits en plastique qui pouvait horrifier la nuit se montrait capable de commettre les pires horreurs – et de revenir inexorablement dans la belle tradition du boogeyman. En 2019, Chucky est commercialisé sous le nom de Buddi, jouet ultra technologique, capable de prendre le contrôle de la domotique et doté d’une certaine forme d’intelligence artificielle. Si le visage de la poupée se montre peu convaincant par rapport à l’original, sorte de version OGM aux traits façonnés par les bons produits Bayer-Monsanto, on peut saluer l’utilisation d’animatronique qui permettent de rendre réelle cette créature. Des effets numériques entrent en jeu principalement pour donner une palette de jeu au visage. Le meilleur des deux mondes ! Dans cet épisode, la poupée s’introduit dans la chambre d’un petit américain à cause d’une mauvaise opportunité saisie par sa mère célibataire, Karen (Aubrey Plaza) : cette employée d’un grand magasin décide d’offrir à son fils Andy (Gabriel Bateman) un Buddi retourné par un client mécontent des défauts présentés par le jouet, notamment des yeux virant au rouge. A plusieurs milliers de kilomètres du land of the free, au Vietnam, un employé de la chaîne de montage des Buddi a trafiqué l’informatique d’une poupée suite à son licenciement. Vengeance !

Amenée de façon ridicule, la menace que représente Chucky aurait pu conduire à un récit intéressant sur l’intelligence artificielle ou notre rapport au tout connecté, au cloud. Le scénario pondu par Tyler Burton Smith – dont le travail se limitait au monde du jeu vidéo avec Sleeping Dogs et Quantum Break – n’offre aucun point de vue sur ces éléments nouveaux dans cet univers. Malgré tout, l’insidieuse relation qui se développe entre l’enfant et le jouet qui a pour voix celle de Mark Hamill, et dont la violence initiale émerge comme une protection inappropriée, fonctionne grâce à une technique au point – et simplement la technique pure et non la mise en scène, assez transparente. Remarqué par l’efficacité de ses courts métrages, comme Polaroïd – vu notamment au NIFFF 2015 –, le réalisateur norvégien Lars Klevberg effectue un désolant passage de l’autre côté de l’Atlantique. Non seulement Polaroïd est devenu un long métrage à la très mauvaise réputation – non distribué chez nous –, et le voici déjà à perdre une de ses forces, à savoir jouer avec la tension du spectateur. Plaisant sur ses quelques scènes à tendance gore, Child’s Play : la poupée du mal ne travaille aucune atmosphère qui conduirait vers l’angoisse. Moralement le film se montre même douteux : quelque part, il raconte que les démunis payent lorsqu’ils contournent le système, engendrant des dommages collatéraux à la société. D’abord Karen, en s’accaparant une poupée à priori en état de fonctionnement, puis cette personne qui remettra en route le jouet mis hors de service au cours de l’histoire afin de le revendre. Entre les mains des plus pauvres, le jouet destiné aux gosses des familles aisées devient une machine à tuer. Un reboot insipide, mais bien ancré dans son époque foireuse.

2 étoiles

 

Child’s Play : la poupée du mal

Film américain
Réalisateur : Lars Klevberg
Avec : Aubrey Plaza, Gabriel Bateman, Mark Hamil (voix), Brian Tyree Henry, Tim Matheson, Carlease Burke
Titre original : Child’s Play
Scénario de : Tyler Burton Smith
Durée : 90 min
Genre : Horreur
Date de sortie en France : 19 juin 2019
Distributeur : Paramount Pictures France
Film interdit au moins de 12 ans

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.