Critique : Vice

Adam McKay poursuit son exploration de l’histoire récente de l’Amérique en taillant un sacré portrait à charge de Dick Cheney, vice-président de George W. Bush. Dans la lignée de The Big Short – le casse du siècle, voilà une satire tonitruante, sacrément cynique et qui, bien qu’en partie fictionnelle, questionne les failles critiques de nos démocraties.

Dépravation républicaine

Il est certain que dans le camp des Républicains – aux Etats-Unis, et non le parti de la droite française qui change de nom comme de chemise –, Vice doit être rejeté en bloc ou bien ignoré, pris comme pur objet fictionnel, où les fantasmes d’un fervent démocrate entachent sans finesse le nom d’une figure politique dont la carrière s’étend du milieu des années 1960 jusqu’à l’élection de Barack Obama en 2008. Adam Mckay l’annonce avant le premier plan, ce biopic prend de nombreuses libertés avec une réalité impossible à cerner avec précision. Dès lors, tout est permis, même les coups les plus bas, et ce sont souvent les plus drôles. Adoptant un langage cinématographique proche de celui de son précédent film, consacré à la crise des subprimes, The Big Short, mais en corrigeant certains tics agaçant de caméra, Vice dépeint la vie d’un homme qui, sans avoir été président, influença grandement la politique américaine, et par conséquent, le monde dans lequel nous vivons. Avec un montage nerveux, tonitruant et parfois aussi subtil qu’un bulldozer à la charge, Adam McKay sculpte à l’aide de Christian Bale le virulent portrait d’un monstre politique, vue comme une véritable ordure n’agissant non pas pour le peuple américain mais ses intérêts privés, ceux de son camp. En opposition complète avec le bon sens, le respect de l’autre, l’écologie.

En s’engouffrant dans des zones floues et obscures de la vie de Dick Cheney, Adam McKay souligne les failles critiques de nos démocraties. Il y a une véritable jouissance ici à interpréter les lois à son avantage, voire à les contourner jusqu’à s’y substituer dans certaines situations. Quelque part, Vice montre à quel point l’exercice du pouvoir doit être revu, aux Etats-Unis comme ailleurs, certains événements faisant écho à la politique française récente ou actuelle. Tantôt poilant, tantôt terrifiant, le film d’Adam McKay couvre une multitude de micro événements qui mettent en perspective le monde chaotique dans lequel nous vivons, de la naissance des chaînes d’infos partisanes comme Fox News – adeptes des fakes news auxquelles McKay répond par des déformations et interprétations de la réalité, œil pour œil, dent pour dent ! – au terrorisme de l’Etat Islamique en passant bien entendu par la guerre d’Irak et Guantánamo. Chef de cabinet de la Maison-Blanche sous Ford, Secrétaire à la Défense sous Bush père, il devient le vice-président le plus puissant des Etats-Unis aux côtés du pantin George W. Bush (joué ici par Sam Rockwell.) Le parcours de Cheney impressionne mais l’exercice de son pouvoir consterne au plus haut point.

La manipulation des textes de loi et de l’opinion publique sont les fers de lance de ce personnage qui a compris très tôt comment s’imposer, comment imposer des idées, des conduites. Pour camper ce personnage infâme, Christian Bale a gagné une vingtaine de kilos et étudié la diction et la gestuelle de Cheney ; c’est un méticuleux travail de maquillage de Greg Cannom qui lui a permis de parachever cette stupéfiante ressemblance physique. Bale est littéralement énorme, et il se retrouve parfaitement entouré par Amy Adams (Lynne Cheney) et Steve Carell (Donald Rumsfeld) dans cette mascarade politique narrée par Jesse Plemons en « américain lambda » et dont le sort est intimement lié à Cheney. Dynamique mais perdant un peu d’énergie près de son dernier segment, Vice épate par sa capacité à jongler avec les informations et l’histoire, incorporant des éléments d’archive sans nuire à l’esthétique de cette œuvre osée. Taquin jusque dans son générique, Vice n’invite pas au débat mais à repenser nos institutions. Arrêtons de mordre à l’hameçon.

4.5 étoiles

 

Vice

Film américain
Réalisateur : Adam McKay
Avec : Christian Bale, Amy Adams, Steve Carell, Sam Rockwell, Jesse Plemons, Tyler Perry, Alison Pill, Naomi Watts, Lily Rabe, Lisa Gay Hamilton, Eddie Marsan
Scénario de : Adam McKay
Durée : 132 min
Genre : Comédie dramatique, Biopic
Date de sortie en France : 13 février 2019
Distributeur : Mars Films

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.