Critique : La Momie

Avec La Momie version 2017, les studios Universal cherchent à emboîter le pas de Disney avec Marvel et de Warner Bros avec DC Comics, à savoir lancer une franchise hyper lucrative qui permet d’assurer de belles recettes sur plusieurs années. Premier film nous introduisant au « Dark Universe » du studio, La Momie est une super production calamiteuse.

Brouillamini hollywoodien

Le film n’est guère brillant avant même que l’on découvre la société secrète tenue par le Dr. Henry Jekyll, joué par un Russell Crowe sans envergure, mais dès lors, le déraillement atteint des sommets de n’importe quoi comme on le voit assez rarement à cette échelle, digne d’un triste et luxueux pastiche de cinéma fantastique. Car La Momie d’Alex Kurtzman ne se contente pas de revenir sur le mythe égyptien, le film met en place les premiers pions d’une franchise qui pourrait nous conduire à rencontrer un Johnny Depp en homme invisible – est-ce une façon de ne pas avoir le comédien sur le plateau ? – ou encore Angelina Jolie en fiançée de Frankenstein – Brad Pitt doit-il se faire du mauvais sang ? L’exercice est totalement raté, spectaculairement raté. Ce film, qui débute comme un film d’aventure à la sauce Mission Impossible dans le désert irakien souffre de divergences artistiques ahurissantes pour un tel projet. La Momie se veut sombre et sérieux, mais pas trop : un second degré et un humour foireux viennent ça et là pour troubler l’équilibre d’un projet qui glisse vers l’abîme au bout d’un quart en étant bienveillant. Un soupçon d’horreur pour doper l’aspect fantastique, un peu d’éléments propres au cinéma de super-héros sauce Marvel et/ou DC, et un Tom Cruise qui écrase tous ses partenaires de jeu, d’un Jake Johnson littéralement fantomatique à une Annabelle Wallis au charisme inexistant. Seule Sofia Boutella, la momie en question, parvient à tenir son personnage d’outre-tombe face à la superstar américaine.

Ce n’est pas moins de six personnes qui sont créditées au scénario de ce désastre, dont on sauvera en partie la direction artistique et quelques scènes clés, comme le vertigineux crash aérien – à la hauteur d’un épisode de Mission : impossible justement. Quelques raccords tentent d’apporter une certaine dimension mystique, aussi, mais le peu de qualités que l’on pourra accorder à La Momie sont noyées dans cet incroyable brouillamini que seul Hollywood est capable de produire dans son culte du box-office. Le mal est là également, dans ce véritable manque d’amour pour le cinéma, en l’occurrence, fantastique, puisque contrairement à ce que pourrait déclarer le producteur Sean Daniel (récemment derrière le remake de Ben-Hur), ce n’est pas l’amour pour les monstres qui anime ce projet mais bien l’amour du pognon. Certes, le cinéma est une industrie, mais lorsque cette industrie s’écarte de toute valeur artistique pour composer un produit aussi factice et foireux, il devient nécessaire de faire le point. Cette momie qui prend la direction de l’Angleterre pour ranimer des croisés tandis que le père Cruise, touché par une malédiction, se prend des torgnoles d’un bout à l’autre de cette horreur dans laquelle Russell Crowe lutte contre l’alcool – pardon, contre M. Hyde –, tient du pur désastre. Alors qu’on tente d’expliquer cet échec par le comportement de Tom Cruise, on ne souhaite qu’une chose, que ce Dark Universe soit vite abandonné ou confié à des auteurs passionnés – on peut toujours rêver.

1

 

La Momie

Film
Réalisateur : Alex Kurtzman
Avec : Tom Cruise, Sofia Boutella, Jake Johnson, Annabelle Wallis, Russell Crowe, Courtney B. Vance
Titre original : The Mummy
Scénario de : David Koepp, Christopher McQuarrie, Dylan Kussman, Jon Spaihts, Alex Kurtzman, Jenny Lumet
Durée : 110 min
Genre : Aventure, Fantastique, Action
Date de sortie en France : 14 juin 2017
Distributeur : Universal Studios France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *