Critique : Les Ogres

Second long métrage de Léa Fehner, Les Ogres nous conduit dans le quotidien d’une troupe de théâtre itinérante, jouant L’Ours de Tchekhov. Un univers familier pour la réalisatrice toulousaine puisqu’elle a grandi dans ce milieu dans les années 1990. Avec sa magnifique bande d’acteurs, dont certains membres de sa famille, Léa Fehner nous livre un beau film disponible en DVD dès le 23 août 2016.

Soif de vie

Dans Les Ogres, il y a énormément d’énergie, d’émotion, de vie ; tout cela s’agite face à la caméra dans un ballet tantôt chaotique, tantôt ordonné, avec une liberté de mouvement, que ce soit au sens littéral comme au figuré, qui fait un bien fou. Et le film est loin d’être un cliché sur le mode de vie de ces artistes qui consacrent leur vie à l’art du spectacle, qui font de leur vie un spectacle : non, ce plongeon dans cet univers, qui ne cherche pas à le saisir ni à l’analyser, brille par son authenticité, sa capacité à nous captiver par ses gueules, les humeurs et conflits, les amours et coucheries, les actes tendres et impolis. Le spectateur n’est que de passage au sein du Davaï Theatre, mené d’une main ferme et passionnée par François – François Fehner, père de la cinéaste, fascinant. Un passage qui s’ouvre par la blessure d’une acrobate, qui contraint le directeur à récupérer dans l’urgence une acrobate avec laquelle il a eu une liaison, Lola (formidable Lola Dueñas). Conflit immédiat avec la femme de François, Marion (Marion Bouvarel, mère de la réalisatrice), voyant là une menace directe pour son couple, qui a donné naissance à une comédienne et une poignée de petits enfants. Les Ogres trace sa route en déplaçant son chapiteau de ville en ville tout en creusant le passé de quelques personnages clés, et ce, en captant les sources d’une dépression, les rouages du deuil d’un père, mais le mouvement avant, le flux de vie, ne s’arrête jamais : Mona, jouée par l’excellente Adèle Haenel, attend un enfant avec un compagnon de la troupe.

les-ogres-fehner

La force du film réside aussi dans le regard d’une cinéaste qui, en plus d’aborder un univers familier, sait parfaitement le capter. Ce sont parfois de simples détails, des regards entre des comédiens, une scène de réveil où les enfants jouent parmi les vestiges de la soirée arrosée de la veille ou bien encore l’incongruité de retrouver tout un troupeau de vaches parmi les caravanes et sous le chapiteau. Se refusant à une narration rigide, Les Ogres capte des tempéraments, dessine l’état d’esprit d’une communauté qui a une soif de vie et de partage phénoménale, une envie inextinguible d’offrir leur belle excentricité malgré la fatigue du poids des années, ce que répète souvent François. Des ogres loin des monstruosités contées aux enfants – bien qu’un épisode avec des enfants, drôle, conduise la compagnie vers un mur –, des ogres qui se nourrissent du plaisir de jeu, qui se poursuit hors de scène – géniale scène d’adultère dans une caravane. Si Léa Fehner parvient à émouvoir et à faire rire, c’est parce qu’elle met devant sa caméra des personnalités magnifiques, des êtres dotés d’une incroyable capacité à s’aimer, se battre, se comprendre et se pardonner. Des êtres vivants, sur la route dans une fausse routine, car chaque étape se distingue de la précédente, drastiquement ou infinitésimalement. Il se dégage alors une vraie philosophie de vie, qui invite à regarder le quotidien sous un axe différent, débarrassé de toute gravité. Sur des airs entêtants d’accordéon, nous ne sommes pas loin de l’ode à la légèreté, au sens le plus noble !

4 étoiles



Disponible en DVD à partir du 23 août 2016, Les Ogres offre une qualité d’image optimale, qui connaît naturellement moins de précision dans les scènes nocturnes. Côté audio, c’est parfait puisque l’on trouve une piste 5.1, une piste stéréo ainsi qu’une piste en audiodescription. Les sourds et malentendants ne sont pas oubliés grâce à un sous-titrage adapté.
On regrettera seulement la pauvreté des bonus avec seulement trois scènes commentées – mais très intéressantes –, « La Parade », « Le départ d’Inès », « La perte des eaux » et la bande annonce du film.

 

les-ogres-affiche

Les Ogres

Film français
Réalisatrice : Léa Fehner
Avec : François Fehner, Marion Bouvarel, Marc Barbé, Adèle Haenel, Inès Fehner, Lola Dueñas, Philippe Cataix
Scénario de : Léa Fehner, Catherine Paillé, Brigitte Sy
Durée : 142 mn
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie en France : 16 mars 2016
Disponible en DVD à partir du 23 août 2016
Distributeur : Pyramide Distribution

Bande Annonce :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *