[Critique] The Raid 2, réalisé par Gareth Evans

the-raid-2

Avec The Raid 2, Gareth Evans poursuit la saga qui lui a offert son premier succès. Une suite agréablement surprenante, qui exploite une narration classique et offre des scènes d’action absolument remarquables.

Eloge du combat

Nombreux furent les spectateurs et critiques à s’extasier devant The Raid, film d’action où un immeuble devenait le théâtre d’un abominable carnage, constitué d’autant de fusillades que de séquences de baston parfois interminables. Si Gareth Evans y montrait une véritable vitalité dans sa mise en scène, il était bien loin d’atteindre la virtuosité dont il fait preuve dans ce nouvel épisode. Une question de moyen probablement, mais sans nul doute d’expérience aussi. De plus, l’intérêt scénaristique du premier film se montrait quasiment nul. Ici, on retrouve Rama (Iko Uwais) quelques heures après avoir sauvé sa peau et accompli sa mission. Pas le temps de souffler pour le policier devenu machine de guerre, qui se voit contraint d’infiltrer un puissant gang de Jakarta afin de faire tomber les pontes de la pègre. Si cette histoire d’infiltré au milieu d’une guerre de clans avec son soupçon de trahison et de corruption s’avère parfaitement classique, le scénario de Gareth Evans permet de contextualiser les séquences d’action composées avec un soin tout à fait particulier – plus de dix-huit mois furent consacrés à l’élaboration des chorégraphies, avec un entraînement de six mois pour les acteurs.

the-raid-2-boue

L’exploitation du cadre qu’offre Jakarta, la composition de véritables personnages de film de gangster et la mise en place d’enjeux dramatiques donnent à The Raid 2 la matière qui manquait au précédent volet. L’éloge du combat auquel se livre Gareth Evans devient alors parfaitement jouissif, d’autant plus que le cinéaste parvient à réaliser des séquences aussi impressionnantes par leurs chorégraphies hyperréalistes que leur mise en scène. Tous les espaces intéressent Evans, en constante recherche des angles de caméra et du rythme qui permettent d’atteindre une énergie et une violence des plus spectaculaires – et parfois écœurantes. Les toilettes et la cour boueuse d’une prison offrent les premiers éclats incroyables de violence, avec des plans parfois ahurissants où la caméra navigue dans un chaos sans précédent. D’un affrontement à l’autre, Gareth Evans sait se montrer de plus en plus spectaculaire, repoussant les limites du possible avec une aisance presque arrogante. D’une collecte de dette qui tourne au carnage à une course poursuite où les passagers d’un véhicule s’affrontent à mains nues, The Raid 2 réussit à s’imposer comme un petit bijou en matière d’action. Certes, l’ampleur prise par cette histoire et ces combats pourrait déconcerter certains, mais d’aucun ne pourra critiquer la technique à l’oeuvre. De plus, même des personnages secondaires trouvent un minimum de densité, comme le désespéré Prakoso (Yayan Ruhian), éloigné de sa femme et de son fils par sa sombre besogne. Ultra-violente – le film a reçu une interdiction au moins de 16 ans en France –, cette nouvelle aventure de Rama, où les corps tuméfiés ou démembrés se comptent par dizaines, saura séduire un public en manque de violence de haut niveau.

3.5 étoiles

 

The Raid 2

the-raid-2-afficheFilm indonésien
Réalisateur : Gareth Evans
Avec : Iko Uwais, Arifin Putra, Tio Pakusodewo, Oka Antara, Alex Abbad, Julie Estelle, Yayan Ruhian
Titre original : The Raid 2 : Berandal
Scénario de :
Durée : 150 min
Genre : Action, Thriller
Date de sortie en France : 23 juillet 2014
Distributeur : The Jokers / Le Pacte

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

3 commentaires

  1. Souvent trop surestimé comme son prédecesseur… Oui les scènes d’action sont bluffantes mais le scénario reste un vrai gruyère malgré les efforts certains… 2/4

  2. Je suis allé le voir hier et j’ai été un peu déçu par la fin. Mais il y a de belles scènes d’action comme l’a dit selenie et je trouve que ça rattrape un peu, même si cela ne fait pas tout.

    Bon film dans l’ensemble même si il y a mieux.

  3. C’est un film d’action bande de nigauds pufff, arrêtez un peu la masturbation intellectuelle stérile, c’est un film d’action puissant, vous devriez habituer à nouveau vos corps à la violence, aux coups, à la dureté de la vie, vous avez perdu beaucoup en feeling des choses.. Ou alors vous êtes des femmes (sans méchanceté de ma part) ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *