[Critique] Palo Alto, réalisé par Gia Coppola

palo-alto

Dans la prolifique famille Coppola, voilà l’arrivée d’une nouvelle figure derrière les caméras : Gia. Petite-fille de Francis Ford, nièce de Sofia, la jeune femme livre son premier long métrage en adaptant un recueil de nouvelles de James Franco. Une œuvre sur l’adolescence véhiculant autant de faiblesses que de beaux moments de cinéma.

Peines adolescentes

Il y a quinze ans déjà, Sofia Coppola signait son premier long métrage en adaptant The Virgin Suicides de Jeffrey Eugenides. Un désir de parler de l’adolescence que partage à un âge similaire Gia, sa nièce, puisqu’elle porte sur grand écran avec Palo Alto des histoires courtes de James Franco suivant le quotidien de lycéens. Pour ce film choral, une volonté d’authenticité pousse la réalisatrice à restreindre son casting à de jeunes comédiens, dont l’âge correspond au mieux à celui des personnages, la plus âgée du groupe étant Emma Roberts, 22 ans lors du tournage. Elle incarne April, jeune fille évoluant dans l’équipe de football féminine et qui en pince sérieusement pour l’entraîneur, Mr. B (James Franco). D’ailleurs, ce dernier ne semble pas insensible à son charme – ni à celui d’autres étudiantes évoluant dans l’équipe. La problématique amoureuse du film se développe avec Teddy (Jack Kilmer), jeune homme trop timide pour avouer ses sentiments à April et sous la mauvaise influence de son ami Fred (Nat Wolff). Un esprit turbulent, aux réflexions singulières, qui n’hésitera pas à abuser d’Emily (Zoe Levin). Atmosphère doucement planante, grâce à la musique de Blood Orange, pour une galerie de personnages hésitants sur leur conduite à l’orée de l’âge adulte.

palo-alto-wolff-levin

Alors que l’on pourrait imaginer Gia Coppola faire appel à l’aide de son grand-père où de sa tante pour la réalisation de ce film, c’est plutôt auprès de James Franco, réalisateur à ses heures, qu’elle est venue demander conseils. Bien qu’ayant travaillé sur Twixt ou Somewhere, la jeune femme se retrouve pour la première fois à diriger des acteurs, choisir une lumière et un cadre avec la chef opératrice Autumn Durald – elle-même à la pratique relativement limitée –, et à conduire un projet jusqu’aux tables de montage. En résulte de ce manque d’expérience dans le domaine certains plans d’une grande pauvreté esthétique – qui contrastent avec des séquences d’une grande beauté – et des échanges entre les personnages rendus mécaniques par un découpage et un montage pas toujours efficaces. Pourtant, c’est un vrai désir de cinéma que montre Gia Coppola dans des séquences où la solitude frappe ses personnages comme une gifle, affichant toute la fragilité propre à cette période de la vie. Autre moment fort, lorsqu’un personnage évoque – ou fantasme ? – en voix-off l’orgie sexuelle dans laquelle il a jeté sa propre copine. Alors qu’Emma Roberts continue d’affirmer son talent dans un de ses rôles les plus sérieux, Palo Alto permet de découvrir un nouveau talent au patronyme déjà cinématographique : Jack Kilmer. Le fils de Val Kilmer, qui fait une courte apparition ici, sait déjà capter l’attention avec ses regards mélancoliques et sa nonchalance face aux événements venant marquer l’adolescence, faisant de son personnage l’un des plus intéressants à suivre.

palo-alto-roberts-kilmer

Peut-être que la matière première offerte par les récits de James Franco est en partie responsable de la fragilité de ce premier long métrage, mais au fond, Gia Coppola fait preuve d’une certaine forme de témérité. La réalisatrice doit faire face à la délicate tâche d’échapper aux comparaisons avec un héritage cinématographique aussi colossal que terrifiant pour une artiste jeune et nébuleuse. Tout comme les adolescents qu’elle accompagne dans Palo Alto, il lui reste à s’affirmer et à trouver sa voie.

3 étoiles

 

Palo Alto

palo-alto-afficheFilm américain
Réalisateur : Gia Coppola
Avec : Emma Roberts, James Franco, Nat Wolff, Jack Kilmer, Zoe Levin
Scénario de : d’après le recueil de nouvelles de James Franco
Durée : 100 min
Genre : Drame
Date de sortie en France : 11 juin 2014
Distributeur : Pathé Distribution

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *