[Critique] Hitchcock (Sacha Gervasi)

hitchcock

Personne n’échappe aux biopics, pas même le maître du suspense. Tout comme le récent Lincoln, Hitchcock ne s’intéresse qu’à un pan de la vie de son personnage historique, campé par Anthony Hopkins. Loin d’être à la hauteur de son icône, le film de Sacha Gervasi se montre malavisé et par conséquent raté.

Making-of : Psychose

Le film s’ouvre comme un programme télévisé de la série Alfred Hitchcock présente, mettant d’entrée de jeu le lien entre le tueur Ed Gein et Psychose. C’est sur la période ayant suivi le succès de La mort aux trousses jusqu’à l’arrivée en salle, dans la difficulté, de l’un des plus célèbres thrillers du cinéma, que se concentre Hitchcock, dont le scénario s’appuie sur le roman Alfred Hitchcock & the making of Psycho de Stephen Rebello. Pour son premier long métrage de fiction, Sacha Gervasi, qui a réalisé auparavant l’excellent documentaire Anvil : The Story of Anvil – loin de s’adresser simplement aux fanas de métal –, se retrouve face à un sujet aussi riche que délicat à traiter. Il y a en premier lieu un obstacle de l’ordre physique. Quelques minutes sont nécessaires pour s’habituer à Anthony Hopkins et sa bedaine hitchcockienne, offrant une performance ni détestable, ni totalement convaincante. Avec sa moue exagérée, on reste à deux doigts d’un rôle parodique, Hitchcock étant de la catégorie de ces figures aux traits trop singuliers pour être imités sans heurts – My week with Marilyn avait rencontré un problème similaire, qui le diminuait considérablement malgré les efforts de jeu de Michelle Williams. Affublée d’une perruque, Scarlett Johansson, campant l’actrice Janet Leigh, propose une imitation plus appréciable mais son peu de présence à l’écran ne lui permet pas de briller. C’est plutôt du côté de la femme du cinéaste que le film soulève des points intéressants. La méconnue Alma Reville, véritable femme de l’ombre œuvrant aux côtés du génie, jouée avec énergie par Helen Mirren, s’impose comme le personnage le plus intéressant de cette curieuse entreprise.

hitchcock-johansson-hopkins-mirren

Hitchcock évolue autant dans la sphère privée que professionnelle du réalisateur britannique, dressant le portrait d’un homme gourmand et voyeur, mari aussi distant que jaloux, réalisateur hyperactif et novateur, obsédé par les blondes qui auront habité son œuvre. A ce sujet, on ressent bien la profonde douleur causée par l’abandon du show business de Grace Kelly, et c’est peut-être l’un des rares points qui ne se contente pas d’effleurer les sentiments de celui qui se faisait appeler Hitch pour les intimes. Mais malgré ces bons éléments dans le relationnel avec les actrices, il y a un problème de ton : Gervasi livre une comédie dramatique qui échoue sur les deux versants, entraînée par une légèreté qui obstrue toute émotion. On apprend peu sur la production difficile de Psychose, peu d’éléments qui n’ont pas été racontés ailleurs, sans les artifices de la fiction qui s’égare à plusieurs reprises dans des scènes fantasmées où Hitchcock dialogue avec Ed Gein. S’écrasant à plusieurs reprises sur les récifs de l’hommage – tout ce qui se rapporte à la célèbre scène de la douche est trop affecté, hormis de savoureuses pirouettes avec le comité de censure –, le film se montre des plus maladroits, mais avec une certaine élégance visuelle. Alors qu’il met en lumière l’importance de Mme Hitchcock sur la carrière de Monsieur, Hitchcock vient rappeler qu’il est fort délicat de convoquer des légendes du cinéma pour rejouer leur destin.

2 étoiles

 

Hitchcock

hitchcock-afficheFilm américain
Réalisateur : Sacha Gervasi
Avec : Anthony Hopkins, Helen Mirren, Scarlett Johansson, Danny Huston, Jessica Biel
Scénario de : John J. McLaughlin, d’après Alfred Hitchcock & the making of Psycho de Stephen Rebello
Durée : 98 min
Genre : Biopic, Comédie dramatique
Date de sortie en France : 6 février 2013
Distributeur : Twentieth Century Fox France


Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

5 commentaires

  1. j’allais dire en voyant la première image « tiens on dirait antony hopkins » puis je me suis dit je dois me tromper. Mais en fait non !
    Dommage que la mayonnaise ne prenne pas forcément, ça aurait pu donner du bon

  2. Hopkins est engoncé dans son maquillage et son costume, résultat une caricature du grand réalisateur … J’ai apprécié les passages avec les critiques et la difficulté de faire un film qu’on a vraiment envie de faire. Sinon bof quoi …

  3. C’est dur… Moi j’ai trouvé ça ludique et diablement passionnant. Oui Hopkins en fait sans doute un poil trop, la prothèse l’aidant pas en plus… 3/4

  4. Hopkins joue moyennement le rôle… Je trouve que son personnage ne correspond pas avec Hitchcock, d’autres auraient fait beaucoup mieux, mais bon, c’est pas une catastrophe non plus !

  5. Il faut quand même voir ce film je pense si on est fan. (Oui, il faut que je le voie encore ^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *