[Critique] Expendables 2 (Simon West)

Avec le succès d’Expendables, il était certain que Sylvester Stallone allait remettre le couvert avec sa bande, d’autant plus qu’il n’avait pas obtenu tous les acteurs qu’il souhaitait intégrer à l’équipe, dont Jean-Claude Van Damme, qui campe ici le méchant de l’histoire. Avec Simon West à la réalisation, qui a récemment livré un honnête remake du Flingueur, on pouvait supposer que ce film d’action proposerait un spectacle impressionnant et divertissant. Hélas, c’est tout le contraire qui se produit, Expendables 2 ressemble à la destruction d’un abri-bus par un bulldozer.

La grande débâcle

C’était le scénario du premier Expendables qui faisait achopper le film, avec sa ridicule et mignonne mission de renversement d’un dictateur hispanique, mais Stallone, devant et derrière la caméra, avait plutôt assuré du côté des séquences d’action, finement dosées en crescendo. Plus concentré sur le duo Statham/Stallone, le long-métrage se vantant de réunir les plus grandes stars du film d’action pouvait décevoir quelque peu par sa galerie sous-exploitée, malgré le petit moment de gloire concédé à chacun. Dans Expendables 2, le tir a été corrigé sur ce point, le casting, encore gonflé (par Van Damme, Chuck Norris et plus de présence de la part de Willis et Schwarzenegger), est exploité comme une véritable équipe, qui décevra toutefois les fans de Jet Li, disparaissant après une seule intervention, au profit de Nan Yu, femme intégrant l’équipe – y aurait-il alors un quota d’acteur asiatique à ne pas dépasser ? Mais dans Expendables 2, il semblerait que tout le budget « destruction massive » ait été engloutie par la scène d’ouverture, mission musclée et explosive de récupération d’un otage, au caractère brouillon, peu spectaculaire et qui annonce la couleur : si l’avion de Barney Ross (Sylvester Stallone) peine à décoller, le film, lui, n’y parviendra jamais malgré quelques pointes d’humour salvatrices.

Perdant l’un des leurs lors d’une mission imposée par Church (Bruce Willis) – soyez rassuré, ce n’est pas une star qui casse sa pipe mais une nouvelle recrue, les vrais héros du cinéma d’action américain étant immortels –, la bande des Expendables décident de contrecarrer les plans du bad guy sans nom joué par Van Damme et de lui casser sévèrement les dents. Mais cette entreprise se montre un désastre sur deux points majeurs. D’une part, il y a l’indigence du scénario, de ses dialogues tristement risibles et situations d’une vacuité désespérante – dans l’avion, on lit, on joue au Rubik’s cube et on drague la seule nana du groupe, aussi charismatique que du papier peint –, où l’action est désespérément absente ou mal orchestrée. D’autre part, le film est un échec d’un point de vue artistique : on ne peut compter le nombre de plans flous, sans contraste, parfois d’un aspect désagréablement laiteux, à en croire que le département image était en grève sur le tournage ! Rarement la photographie d’un film américain aussi conséquent (environ 100 millions de dollars de budget) aura été aussi laide ces dernières années. Expendables 2 est alors un parcours pénible, déploiement d’armes et de muscles ne reculant devant rien, qui ne peut pas être sauvé par la mince autodérision avec le peu présent Chuck Norris, s’appuyant sur son statut légendaire acquis sur internet. Le résultat est si minable qu’il serait peut-être temps pour certains de gagner les musées, comme le suggèrent les plus vieux acteurs de la troupe dans le film. Une série Z à éviter, en attendant le prochain épisode, au casting encore plus lourd – et au résultat encore moins bon ?

1

 

Expendables 2

Film américain
Réalisateur : Simon West
Avec : Sylvester Stallone, Jason Statham, Dolph Lundgren, Jean-Claud Van Damme, Chuck Norris, Bruce Willis, Arnold Schwarzenegger, Terry Crews, Nan Yu, Randy Couture, Liam Hemsworth, Nan Yu
Titre original : The Expendables 2
Scénario de : Richard Wenk, Sylvester Stallone
Durée : 103 min
Genre : Action, aventure
Date de sortie en France : 25 août 2012
Distributeur : Metropolitan FilmExport


Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

8 commentaires

  1. Halleluia ! Enfin un compère qui ne crie pas à la réussite, je me sentais seul !… Un nanard complet, de luxe sans doute mais un nanard certifié. Sans le casting improbable personne ne ferait attention à ce truc digne du direct to DVD… 0/4

  2. Ce n’est clairement pas Schwarzenegger le plus vieux. Je ne sais pas qui vous al dit mais vous avez tout faux.

  3. Pas d’accord avec cette critique , si Jet Li apparait pas longtemps c’etait à cause d’un conflit de planning. Le seul default du film c’est le montage y a eu trop de charcutage pour reduire le film à 1 h42 ( notamment dans le combat de fin) .Quand au souci avec la photo, en fait le film a ete tourné en 35 mm avec des cameras panavision , sa passera mieux sur le blu ray. Je prefere me remater Expendables 2 que le dernier Batman qui était chiant comme la mort. JCVD lui il sait mourir contrairement à Marion Cotillard.

  4. @Spike : c’est un peu tricher avec le spectateur que de laisser Jet Li présent sur l’affiche, argument purement marketing. Qu’il soit tourné en numérique ou 35 mm, ça n’excuse pas la mise au point – qui sans nul doute sera aussi catastrophique en blu-ray.
    Je porte pas vraiment TDKR dans mon coeur mais, sans vouloir polémiquer sur Marion Cotillard, c’est un choix de Christopher Nolan – vraisemblablement – d’avoir laissé cette fameuse scène de décès.

  5. Apparemment l’image est bonne d’apres blu ray .com http://www.blu-ray.com/movies/The-Expendables-2-Blu-ray/33059/

    Que Jet Li soit sur l’affiche ça ne me gêne pas, c’est au spectateur de suivre les news sur le film, suffit de voir le premier teaser sorti l’an dernier ou un plan du premier film a ete reutilisé vu que Jet Li n’avait pas encore tourné ses scènes. Je trouve plus scandaleux de ne pas voir Scott Adkins sur l’affiche alors qu’il a quasi le même temps de presence que JCVD, ils auraient pu le mettre à la place d’Hemsworth.

  6. @Spike : l’image est bonne mais visiblement les plans mous sont toujours là => « Some of the film is rather gauzily soft, but that seems to be an intentional directorial decision »

  7. Bon article ! Je le conseille et le diffuserai ! Au revoir ! PS : Je reviendrai

  8. Bon site ! Je le recommande fortement ! A bientôt! PS : Je reviendrai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *