Critique : Le Dernier Exorcisme (Daniel Stamm)

Le Dernier Exorcisme

Le Dernier Exorcisme

Film américain
Réalisateur : Daniel Stamm
Avec : Patrick Fabian, Ashley Bell, Iris Bahr, Louis Herthum
Titre original : The Last Exorcism
Scénario de : Hugo Botko, Andrew Gurland
Directeur de la photographie : Zoltan Honti
Monteuse : Shilpa Khanna
Durée : 87 mn
Genre : Epouvante, Horreur, Drame
Date de sortie en France : 15 Septembre 2010

 

 

 

 

La trame :

Une équipe de journalistes suivent le révérend Marcus Cotton, célèbre prêcheur et exorciste.

 

Bande Annonce (VOST) :

 

Critique

Film vu dans le cadre de L’Etrange Festival où il fut introduit par son réalisateur, Daniel Stamm, et producteur, Eli Roth – sympathique personne croisée avant le film et à laquelle j’ai lancé un « oooooh faced » qui l’a bien fait marrer, les amateurs de Cabin Fever comprendront –, que l’on ne présente plus depuis les Hostel et ses apparitions chez Tarantino. Eli Roth, face à une salle comble, a expliqué, en français, que Le Dernier Exorcisme est un film indépendant, tourné à la Nouvelle Orléans, qui a besoin du bouche à oreille pour se faire connaitre. Il a insisté sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un film gore comme les longs-métrages qu’il a réalisé, et remercié les organisateurs et coproducteurs (Studio Canal) avant de laisser la parole à Daniel Stamm qui s’est exprimé plus brièvement, prévenant avant tout les premiers rangs que la caméra à l’épaule risquait de leur filer la nausée. C’est après un tonnerre d’applaudissements que la salle 500 du Forum des Images, qui comptait parmi ses invités Alexandre Aja, fut plongée dans le noir pour découvrir ce Dernier Exorcisme.

Les coulisses d’un exorcisme

Après Paranormal Activity et Phénomènes Paranormaux, voici venu un nouveau docu-fiction porté sur l’épouvante, abordant le thème de l’exorcisme au travers du labeur d’un révérend, Marcus Cotton (Patrick Fabian), qui s’avère être un excellent showman, capable de séduire les croyants en prêchant n’importe quelles paroles, même les moins bibliques. Le Dernier Exorcisme nous présente Cotton dans ses fonctions et auprès de sa famille avant de s’attaquer au vif du sujet : pratiquer un exorcisme, au fin fond de la Louisiane, qui sera documenté par les deux journalistes (un caméraman et une preneuse de son) partageant le quotidien de l’homme de foi. Dès lors, difficile de décrire le film sans révéler sa subtilité majeure qui injecte du sang neuf à ce genre qui semblait avoir dévoilé toutes ses zones d’ombre.

Le démon de minuit

Daniel Stamm exploite parfaitement les possibilités proposées par l’aspect documentaire et de la caméra à l’épaule, offrant d’ailleurs une séquence grisante et effrayante dans laquelle la caméra n’est plus manipulée par les membres de l’équipe – je ne vous en dis pas plus ! Explosant les territoires de l’épouvante en s’immisçant dans le genre dramatique et parcouru par des notes d’humour, Le Dernier Exorcisme présente tous les ingrédients nécessaires à s’élever au rang de (petit) monument comme le sont Rec ou le Projet Blair Witch. Pourtant, en seconde partie, la volonté d’insérer des scènes mouvementées va ternir les qualités nouvelles en cherchant à secouer les spectateurs aussi violemment que la caméra à renfort de musiques et bruitages excessivement agressifs. Les séquences de suspense et tension crescendo sont réussies, celle mimant l’action déçoivent systématiquement. Néanmoins, le film dégage un charme singulier en bousculant les attentes des spectateurs grâce à sa trame inédite qui intègre tous les codes du genre, sans oublier sa galerie d’acteurs convaincants, dont Ashley Bell qui s’adonne à de perturbants exercices de contorsionniste – aucun trucage n’a été réalisé sur ce point.

Conclusion

Suffisamment glauque pour les amateurs d’épouvante, certains considéreront le film, à tort, comme un vulgaire agrégat de part ses originalités scénaristiques, non exempts de défauts, qui permettent pourtant au Dernier Exorcisme de se démarquer des autres productions du genre. On passe à côté d’un grand film, à quelques psaumes près.

Note : 7/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

6 commentaires

  1. boarf, j’ai personnellement trouvé ça très médiocre… et justement, je n’y ai pas vu la moindre originalité !

  2. Pas original, même pour la tournure humoristique ? C’était la première fois que je voyais ça dans un film de cet acabit.

  3. Sachant que j’ai ri (si,si) devant l’Exorciste, ai-je la moindre chance d’accrocher à ce film ?Je me pose vraiment la question…

  4. @Acouphene, humm si tu recherches l’horreur, passe ton chemin. Ici, il y a vraiment une approche critique (et humoristique) des exorcismes, les frissons sont plus « accessoires », du moins, sur la majeure partie du film.

  5. bonjour je voudrai savoir si dans le filM il y a des saine chokante ,ki fait peur

  6. @Anthony, tout est question d’appréciation du spectateur mais oui, il y a une poignée de scènes destinées à choquer mais c’est loin d’être le credo du film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *