Critique : L’Epine dans le Coeur (Michel Gondry)

L'épine dans le coeurL’Epine dans le Coeur
Film français
Réalisateur : Michel Gondry
Avec : Suzette Gondry, Jean-Yves Gondry, Michel Gondry
Scénario de : Michel Gondry
Directeur de la photographie : Jean-Louis Bompoint
Monteuse : Marie-Charlotte Moreau
Durée : 86 mn
Genre : Documentaire
Date de sortie en France : 21 Avril 2010

 

 

 

 

 

Synopsis :
Suzette Gondry, la tante du réalisateur Michel Gondry, raconte son passé d’institutrice et dévoile des pans de sa vie privée.

Bande Annonce (VF) :

Critique

Michel Gondry, l’éternel ado de 12 ans (d’après ses dires), est bien connu pour ses films et clips au caractère onirique, déployant des trouvailles visuelles toujours des plus surprenantes. Avant tout, Gondry recherche l’innovation, la nouveauté, l’art de faire autrement, et ce documentaire bien que très sobre, ne déroge pas à la règle.

l-epine-dans-le-coeur-1

Sur les traces d’une vie.

Suzette Gondry fut institutrice dans les Cévennes de 1952 à 1986 ; Michel Gondry nous fait remonter le train (miniature) du temps, chronologiquement, où sa tante va se remémorer son travail et les conditions de vie face aux lieux où elle enseigna. Souvenirs d’époques révolues, histoires en tout genre, la tante à la vue faiblissante fait preuve d’une mémoire d’éléphant. Composé de quelques rencontres et témoignages, le documentaire ne se limite pas à la fonction d’enseignante puisque le portrait d’une mère de famille va être dressé en parallèle. Le film s’ouvre d’ailleurs sur un repas où Suzette raconte une amusante anecdote au milieu des siens, captivant les adultes autour de la table.

l-epine-dans-le-coeur-2

Jean-Yves Gondry, cousin de Michel et fils de Suzette – j’espère que vous suivez, ce n’est pas si compliqué généalogiquement ! –, est l’autre figure centrale de L’Epine dans le Coeur qui décrypte également un drame familial – le décès d’un père – et une relation mère / fils parfois amère.
Michel Gondry démontre surtout que l’on peut s’intéresser à n’importe quelle vie, de façon simple, au travers de témoignages et questions habiles pour créer un documentaire plutôt atypique, collection de souvenirs sur pellicules – d’ailleurs, composé de nombreuses séquences Super 8 –, mémoires d’une personne à l’heure du bilan.

Restant dans la sobriété du spontané, dans la culture du « fait maison » qu’il avait imposé avec Soyez Sympas, Rembobinez, Gondry distille quelques séquences fidèles à son univers sans jamais s’éloigner de son sujet où l’on capte aisément son penchant nostalgique pour l’enfance, teinté d’une douce mélancolie. Avec ses pointes d’humour, ses séquences émouvantes inhérentes au rappel des blessures du passé, ce voyage historique et intime dans les Cévennes séduit par sa bonhomie bien amenée.

Conclusion

L’Epine dans le Coeur est un « documentaire familial » simple et sincère, immortalisant le destin d’une femme et son témoignage du temps qui passe. S’adresse t-il aux fans du réalisateurs de La Science des Rêves et d’Eternal Sunshine of the Spotless Mind ? Non, pas du tout, la curiosité de découvrir la personne qui se cache derrière le nom de Suzette Gondry suffira.

Note : 7/10

Documentaire itinérant disposant de très peu de copies, voici la liste des cinémas où vous pourrez découvrir L’Epine dans le Coeur :
Programmation PARIS
21/04 : MK2 Bibliothèque
28/04 : MK2 Quai de seine
05/05 : MK2 Bastille
12/05 : MK2 Beaubourg
19/05 : MK2 Odéon
Programmation GRP et NORD
28/04 : Angers 400 coups
12/05 : Lille Métropole
26/05 : Nantes 14A
09/06 : Brest Studios
23/06 : St Brieuc Club
30/06 : Morlaix Salamandre
Programmation SUD
28/04 : Nîmes Sémaphore
12/05 : Toulouse Utopia
26/05 : Bordeaux Utopia
09/06 : Bayonne Atalante
16/06 : Pau Méliès
23/06 : Montpellier Diagonal
Programmation EST et LYON
7/07 : Lyon Comoedia
21/07 : Strasbourg Star
4/08 : Mulhouse
18/08 : Nancy St Séb
1/09 : Metz Caméo
8/09 : Grenoble Nef
22/09 : Clermont-Ferrand les ambiances
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

2 commentaires

  1. Je me demande si on pourra le considérer à proprement parlé comme son nouveau film, mais en tout cas rien que l’initiative est particulièrement touchante.

  2. Pourquoi ça ne serait pas un nouveau film, je trouve qu’on peut y voir aussi en creux toutes les histoires de famille et leur complexité, il s’agit d’un vrai travail comment quelqu’un peut dire qu’on n’est pas sûre de pouvoir en parler comme d’un film… c’est bizarre.. enfin!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *