Critique : Commissariat (Ilan Klipper, Virgil Vernier)

Commissariat

Commissariat

Film français
Réalisateurs : Ilan Klipper, Virgil Vernier
Durée : 99 mn
Genre : Documentaire
Date de sortie en France : 10 novembre 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

La trame :

Le quotidien d’officiers de police à Elbeuf, commune proche de Rouen.

Bande Annonce (VF) :

Critique

Après Flic, documentaire tourné dans une école de police, Ilan Klipper et Virgil Vernier collaborent à nouveau en milieu policier pour Commissariat qui propose de suivre le quotidien des agents de police de la commune d’Elbeuf. Grâce à une caméra non envahissante et un soucis de ne pas mettre en scène la réalité, les deux réalisateurs brisent les clichés pour mettre à nu le réel.

Commissariat 1

A l’heure où la police est montrée dans les médias comme un groupe exclusivement répressif intervenant dans les banlieues, Commissariat permet d’aborder la réalité de leur quotidien sans artifice, au fils des patrouilles, des interventions et des auditions qui composent ce documentaire. Au poste, où défilent des personnes de classes populaires, il est question d’extirper des mots pour remonter aux maux, d’écouter et de raisonner, car contrairement au virulent monologue d’une jeune femme dans une cellule, affirmant que les policiers ne font preuve d’aucune humanité, les agents filmés ici sont le dernier rempart humain, avant d’éventuelles sanctions pénales, de ceux frappés par la détresse. Une détresse bien souvent amplifiée par l’alcool chez des individus au visage stigmatisé par les abus et la misère. Certaines interventions surprennent par leur nature, comme la dispute d’un couple en voiture où le jeune homme désire rejoindre son domicile seul ou bien avec la police, ne souhaitant plus être aux côtés de son amie, conductrice, qui l’aurait, selon ses dires, agressé verbalement et physiquement. Une majeure partie du métrage affiche d’ailleurs une facette inattendue des policiers qui, toujours dans le but de faire respecter la loi et protéger les individus, deviennent, en parallèle, les assistants sociaux d’une population à la dérive.

Commissariat 2

Un film d’amour ? est la question que pose l’affiche du film. Si un trait particulier peut-être dégagé de tous les portraits esquissés par Commissariat, c’est bien le manque d’amour et la solitude en découlant qui dévaste tout un chacun, et ce, même chez ceux qui portent l’uniforme comme en témoigne le dialogue entre deux agents (femmes) dans un fourgon. Composé de plans séquence fixes, Commissariat capture la réalité sans la déformer sous le poids de futiles effets de style et d’un montage aux découpes outrancières qui sont pourtant des éléments dominant les documentaires contemporains. Ainsi, le nouveau film d’Ilan Klipper et Virgil Vernier n’est pas sans rappelé l’émission Strip-tease, diffusée sur France 3, où les réalisateurs s’effaçaient pour mieux saisir des bribes de vie – un partis pris à contre-courant que l’on ne peut que saluer.

Conclusion

Approché avec intelligence, l’univers policier capturé dans Comissariat permet de jeter un regard neuf sur une profession dont les clichés véhiculés par les médias, nous ont éloignés de la réalité de leur quotidien.

Note : 7/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

3 commentaires

  1. tu parles très bien de ce film, que j’ai moi aussi eu la chance de découvrir en avant première…

  2. Bonjour est ce que vous savez comment peut o obtenir ce documentaire svp?

  3. @Elodie : j’ai contacté le distributeur du film et j’attends toujours une réponse de leur part, mais visiblement, le film n’est ni disponible en DVD, ni en VOD…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *