Critique : The Circle

Adaptation du roman éponyme de Dave Eggers, The Circle conduit Emma Watson à décrocher un emploi chez un acteur majeur des nouvelles technologies, centralisant les données de tous ses utilisateurs, pour le bien, mais surtout pour le pire. La nouveau film de James Ponsoldt (Smashed, The Spectacular Now) manque cruellement de finesse mais soulève d’importantes problématiques.

Web totalitaire

Imaginez la rencontre entre Google et Facebook, ajoutez une dose de collecte d’informations à la sauce NSA et vous obtenez une image assez claire de la société The Circle, dans laquelle Mae – Emma Watson, parfaite pour camper ce personnage malléable en quête d’intégration et d’accomplissement – décroche un job dans le service des relations clients. C’est son amie Annie (Karen Gillan) qui lui fait le tour expéditif de cette impressionnante ville-entreprise, proposant à ses jeunes employés dévoués une multitude d’activités pour s’épanouir au-delà de leur tâche – avec même des concerts ! En apparence, le paradis salarial comme projette des sociétés comme Google ou bien Facebook. Parmi leurs activités ? La centralisation des données, notamment via True You, véritable carte d’identité version 2.0 qui ne laisse aucune zone d’ombre sur votre vie et votre parcours – phénomène dont nous nous approchons dangereusement ? Dynamique, le film de James Ponsoldt vise à dénoncer les travers des nouvelles technologies avec le parcours de cette nouvelle recrue qui va se retrouver instrumentalisée par son patron, Eamon Bailey (excellent Tom Hanks en patron à succès de la Silicon Valley). Lors d’une sortie en kayak seule, Mae manque de trouver la mort, mais elle est sauvée grâce aux caméras installées par son boss, un nouveau service permettant à terme de voir un peu partout sur la surface du globe. Suite à cela, elle devient la cobaye d’une nouvelle aventure : grâce à une caméra, sa vie sera partagée 24h/24 sur le web où tout un chacun peut y aller de son commentaire – ce qui représenterait l’ultime évolution de la fonctionnalité Facebook live et reflète l’inanité du contenu diffusé par certains Youtubeurs plus ou moins suivis. Les commentaires futiles fusent autour de Mae, qui commente sa vie à voix haute, vie alors dépourvue de toute intimité, mais à quoi bon, puisque la transparence et le partage sont devenus les maîtres mots d’une société dirigée vers un détraquement total.

Fascinant dans sa première partie, grâce à sa mise en scène justement trop mobile, avec ses travellings circulaires, comme pour souligner la vacuité et l’artificialité des échanges entre Mae et ses collègues, The Circle va se perdre dans une volonté d’embrasser trop de maux apportés par les nouvelles technologies. De la collecte des données à cette déclinaison du Big Brother ignoble où l’étalage de la vie privée est acceptée avec un grand sourire, le film de Ponsoldt va jusqu’à la possibilité de gérer les votes pour les élections américaines en passant par la recherche mondiale d’individus en quelques minutes grâce aux téléphones et caméras. Trop d’éléments abordés sans finesse, l’autre souci de The Circle, qui peine à insuffler du suspense dans sa machine infernale où le bien recherché pour tout un chacun que l’on affiche dans des conférences grisantes cache une triste réalité aux enjeux financiers et politiques – et qui reste trop dans l’ombre de ce thriller d’anticipation. C’est regrettable car les problématiques abordées par ce film sont d’une importance capitale aujourd’hui, où l’on ne mesure peut-être pas assez bien la fracture entre les générations qui ont vu apparaître internet tardivement dans leur vie, ceux qui ont grandi en voyant la naissance de ces nouveaux outils et ceux qui sont nés dans cet univers prêt à les pervertir dès le plus jeune âge. Se vautrant dans un final raté, on ne peut que s’attacher aux meilleurs segments de The Circle en espérant que ce dernier éveillera la conscience d’internautes dont le temps et les actions sont déjà trop manipulés par les besoins de géants du web.
Vous avez terminé la lecteur cet article ? Déconnectez-vous !

3 étoiles

 

Disponible en DVD et Blu-ray depuis le 14 novembre 2017, The Circle offre dans cette dernière édition une image HD de grande qualité, solide dans ses contrastes et son piqué, accompagnée par des pistes audio pour satisfaire tout le monde : le DTS-HD Master audio 5.1 est disponible pour la VO et le français. A noter que les sous-titres sont forcés avec la VO. On compte également la présence d’une piste en audiodescription ainsi que des sous-titres destinés aux sourds et malentendants.
Côté bonus, en HD :
– Interview d’Emma Watson (7 min)
– Interview de Tom Hanks (4 min 21s)
– Interview de l’équipe du film (18 min 34s)

 

The Circle

Film américain, émirati
Réalisateur : James Ponsoldt
Avec : Emma Watson, Tom Hanks, John Boyega, Karen Gillan, Ella Coltrane, Patton Oswalt, Glenne Headly, Bill Paxton
Scénario de : James Ponsoldt, d’après un roman de Dave Eggers
Durée : 110 min
Genre : Thriller, Drame
Date de sortie en France : 12 juillet 2017
Distributeur : Mars Films

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *