Critique : A couteaux tirés

Avant de repartir pour une fournée de Star Wars, Rian Johnson renoue avec ses premiers amours en nous livrant un film à enquête comme le fut Brick en 2006, en s’attaquant au genre particulier du whodunit. Un film plaisant, enjoué, et qui se permet de tacler la politique migratoire des Etats-unis.

Richesse intérieure

Il est assez réjouissant de voir un cinéaste retrouver le sel de son cinéma originel suite à une grosse machine comme Star Wars : épisode VIII Les derniers Jedi. Et d’autant plus réjouissant lorsque sa distribution impressionnante permet à des comédiens enfermés dans des rôles de films de studio de trouver des personnages qui les conduisent à retrouver un jeu plus souple, voire délicieusement extravagant : à savoir le futur ex-agent 007 Daniel Craig, en enquêteur mystérieusement dépêché à la demeure des Thrombey, Benoît Blanc, et Chris Evans, loin du costume de Captain America, porté une dizaine de fois en moins de dix ans. Evans campe Ransom Drysdale, petit-fils de Harlan Thrombey (Christopher Plummer), patriarche d’une grande famille retrouvé égorgé dans sa chambre le lendemain de son anniversaire ayant réuni une descendance aussi aimante qu’envieuse d’un vaste héritage. Harlan Thrombey était un auteur à succès de romans policiers, et avec les droits d’adaptation de ses œuvres pour le cinéma, une vaste fortune ainsi qu’une impressionnante demeure avec domaine, il y a de quoi saliver pour ses enfants et petits-enfants. La troupe se compose de Toni Collette, Jamie Lee Curtis, Don Johnson, Michael Shannon, Jaeden Martell, Katherine Langford et de Riki Lindhome. Autour de cette famille et présente le soir de l’événement tragique, la gouvernante Fran (Edi Patterson) ainsi que l’infirmière à domicile d’Harlan, Marta Cabrera, jouée par Ana de Armas qui trouve ici le rôle le plus intéressant de sa carrière : c’est d’ailleurs son personnage qui sert la narration du récit une fois tous les personnages rencontrés et interrogés par la police et le détective privé.

Grâce à un scénario ficelé soigneusement – mais dont on pourra évidemment relever des faiblesses en creusant un peu –, Rian Johnson sème des indices et fausses pistes sur la mort d’Harlan. Avec la question de l’héritage, presque tout le monde aurait pu commettre un acte odieux pour en tirer profit. Mais le spectateur sera mis dans la confidence des derniers instants de vie de l’écrivain, sans lui dévoiler les tenants et aboutissants de cette mort. Si près du drame mais pourtant si loin de la vérité ! Avec de belles saillies comiques, des séquences de dialogue parfois exquises, un sens aiguisé du rythme et un personnage central accablé par une incapacité à mentir – enfin, lorsqu’elle ment, Marta ne peut s’empêcher de vomir, de là à y voir un clin d’ œil à La Cité de la peur, il n’y a qu’un pas –, A couteaux tirés joue sur un versant particulièrement séduisant du film policier. De plus, le film est loin de se montrer simplement joueur : il y a derrière toute cette affaire un véritable propos sur la perception des étrangers aux Etats-Unis, dans un geste qui n’a bien entendu rien de révolutionnaire mais qui possède quelque chose de profondément salvateur dans cette ère d’horreur et de vanités banalisées par l’improbable président Donald Trump. Une œuvre au caractère gentiment jubilatoire.

Un grand merci au Club 300 Allociné pour la découverte du film en avant-première.

4 étoiles

 

A couteaux tirés

Film américain
Réalisateur : Rian Johnson
Avec : Ana de Armas, Daniel Craig, Chris Evans, Jamie Lee Curtis, Michael Shannon, Don Johnson, Toni Colette, Lakeith Stanfield, Christopher Plummer, Katherine Langford, Jaeden Martell, Riki Lindhome, Edi Patterson
Titre original : Knives out
Scénario de : Rian Johnson
Durée : 131 min
Genre : Policier, Comédie, Drame
Date de sortie en France : 27 novembre 2019
Distributeur : Metropolitan Films

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.