Critique : Rebelles

Récompensé des Globes de Cristal au dernier Festival de comédie de l’Alpe D’Huez, Rebelles est le premier long métrage réalisé en solo par Allan Mauduit (Vilaines). Une comédie déjantée comme on en voit peu en France, mais qui pêche trop souvent par sa mise en scène.

Prise de pouvoir

C’est devenu très rare pour la France de sortir des clous en matière de comédie, d’oser braver le politiquement correct, le tout public facile et cliché en vue d’exploser le compteur d’entrées, bref, de s’engager dans la marge, là où l’humour est noir, quand il froisse, secoue et revigore par ses excès. On peut toujours compter sur le duo Delépine/Kervern, toujours fidèles à leurs idéaux – le sous estimé I feel good sorti en septembre 2018 mériterait bien une nouvelle vie en vidéo –, et il y avait eu cette tentative inaboutie avec Un Petit boulot de Pascal Chaumeil, qui finissait par renier sa singularité et surtout, tomber dans un dernier acte décevant. Allan Mauduit voulait d’ailleurs adapter le roman porté à l’écran avec Romain Duris, dont les droits furent acquis par Michel Blanc. Direction l’écriture, avec Jérémie Guez, pour livrer Rebelles, qui réunit un improbable trio d’actrices, employés d’une conserverie de Boulogne-sur-Mer. Il y a Nadine, jouée par une Yolande Moreau déjà vu justement chez Delépine et Kervern dans ce type de personnage, prolo qui n’arrive plus à joindre les deux bouts, avec un mari qui ne glande rien ; Marilyn, mère divorcée plutôt extravagante, jouée par Audrey Lamy, elle aussi à l’aise dans ce type de personnage ; Sandra, un contre-emploi de Cécile de France, ancienne Miss Nord-Pas-De-Calais qui retourne au bercail dans le mobile home de sa mère suite à des mésaventures dans le sud de la France. Un soir, alors que les trois sont de corvée de nettoyage à l’usine, un accident survient : leur patron meurt dans une scène hilarante alors qu’il tentait de violer Sandra. Les trois femmes récupèrent une vraie fortune en liquide dans un sac qu’il portait. Rêves de jours meilleurs mais emmerdes à la clé, évidemment.

Dès lors, gangsters et policiers entrent dans la danse, contraignant les trois femmes à faire profil bas avec cette somme qui pourrait pourtant changer radicalement leurs vies. Rebelles s’inscrit dans une joyeuse prise de pouvoir des femmes, avec une vraie défiance pour le patriarcat sous toutes ses formes – du patron à la figure paternelle, en passant par des mafieux belges, tous prennent le tarif plein pot. Grâce à une belle cohésion entre les trois actrices, des dialogues et situations poilantes, Rebelles offre un vrai plaisir mais qui se retrouve souvent entaché par une volonté de saluer Quentin Tarantino, exercice des plus délicats. Les références sont nombreuses, d’une baston dans un mobile home qui appelle la confrontation de Kill Bill Vol. 2 entre la mariée et Elle Driver à l’emploi d’une reprise du Bang Bang de Nancy Sinatra pour accompagner une séquence clé du film. Allan Mauduit est loin de la maestria technique du réalisateur palmé pour Pulp Fiction, dont le style repose sur une mise en scène et un montage des plus dynamiques et précis. Dans Rebelles, malgré quelques trouvailles, la caméra se montre hésitante, et parfois catastrophique lorsque les armes sont de sortie. Des scènes à fort potentiel culte tombent ainsi à l’eau, peu aidée par une bande originale aux guitares électrique indigestes de Ludovic Bource – pourtant génial avec Michel Hazanavicius, que ce soit pour les OSS 117 ou bien The Artist.

Soigné du côté de l’écriture de ses héroïnes ordinaires, Rebelles montre, malgré ses défauts, une voie à suivre en France : cela ne fait aucun doute que d’autres cinéastes ont de tels projets sous le coude, reste alors à la production de suivre. Pour un cinéma plus libre, plus cool, plus progressiste, en somme, réjouissant.

2.5 étoiles

 

Rebelles

Film français
Réalisateur : Allan Mauduit
Avec : Cécile de France, Audrey Lamy, Yolande Moreau, Simon Abkarian, Samuel Jouy, Béatrice Agenin
Scénario de : Allan Mauduit, Jérémie Guez
Durée : 87 min
Genre : Comédie
Date de sortie en France : 13 mars 2019
Distributeur : Le Pacte

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

4 commentaires

  1. bonjour,
    serait-il possible d’obtenir les titres de la bande originale???

  2. Bonjour,
    Après de nombreuses recherches, impossible de vous donner l’information, même sur la reprise du « Bang Bang » présente dans le film. Désolé !

  3. Re,
    bang bang est chante par la groupe Parabellum.

  4. Bravo pour la trouvaille et merci d’avoir glissé l’information ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.