Test Blu-ray : La Dernière séance

Fiche Technique :

La Dernière séance (1971) réalisé par Peter Bogdanovich
Avec : Cybill Shepherd, Jeff Bridges, Timothy Bottoms, Ben Johnson, Cloris Leachman, Ellen Burstyn, Eileen Brennan, Clu Gulager
Titre original : The Last Picture show
Durée : 126 min (director’s cut)
Genre : Drame
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais, Français DTS-HD Master Audio 1.0
Sous-titres : Français (optionnels)
Format d’image : 1.85:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Carlotta Films

 

Synopsis :

Anarene, 1951. Sonny et son meilleur ami Duane partagent leur temps libre entre le billard, le café et le cinéma du coin. C’est là qu’ils emmènent leurs petites amies, comme la jolie Jacy qui rêve de grand amour et d’aventures pour ne pas avoir la même vie étriquée que ses parents. Ces adolescents vont bientôt être confrontés à des choix décisifs pour leur futur…

Le film :

Deuxième long métrage de Peter Bogdanovich, La Dernière séance (The Last picture show de son titre original, qui est repris pour l’édition détaillée ici), s’inscrit dans le mouvement du Nouvel Hollywood sans en prendre la forme. Tourné dans un noir et blanc très contrasté, le film s’appuie sur une mise en scène classique, bien que se privant de nombreux plans d’ensemble pour se focaliser sur ses talentueux comédiens. Pourtant, Bogdanovich filme ici se dont Hollywood se détournerait : la nudité, les premiers ébats sexuels d’adolescents suivis au cours de leur dernière année de lycée dans leur bled texan, année où il est indispensable de passer à l’acte avant de voguer vers les promesses de la vie. Mais quelles sont ces promesses ? Car La dernière séance ne porte pas seulement un regard sur une bande d’adolescents mais aussi les adultes du coin, qui vivotent, un peu amers, coincés dans une routine qui tente d’éviter le déclin total de leur ville, avec son restaurant, son billard et son cinéma.

Crépusculaire, ce drame, présenté ici dans le montage définitif de Peter Bogdanovich avec sept minutes supplémentaires au compteur, brille aussi par le charisme et la sensualité de ses comédiens. C’est ici qu’on y découvre Cybill Shepherd, qui fait tourner la tête à tous les garçons, et mêmes aux hommes, c’est ici que Jeff Bridges prouve déjà l’immense talent qui l’anime, que Timothy Bottoms confirme suite à Johnny s’en va-t-en guerre, et c’est ici que Cloris Leachman et Ben Johnson décrochent chacun un Oscar (meilleurs seconds rôles). Le film aura été nominé pour huit statuettes au total. En 1951, dans cette petite ville texane, les secrets n’existent pas, et l’adultère, les tromperies, le moindre écart de conduite sont tout de suite connus de tous. En résulte des relations qui s’effritent, des décisions brusques, des trajectoires qui se tracent sous une impulsion. Adaptation du roman éponyme de Larry McMurtry, le film de Peter Bogdanovich souffle une implacable tristesse sur les frêles épaules d’une jeunesse loin des grandes villes, perdue entre désirs d’émancipation et la volonté de suivre la route de leurs parents. Fort dans ses rapports humains, touchant par sa profonde mélancolie contrebalancée par un certain éclat dans sa sensualité juvénile, La Dernière séance tient de ces œuvres remarquables, à l’épreuve du temps.

 

Le Blu-ray

– Image :

Filmé par Robert Sturees, notamment chef opérateur du Ben-Hur de William Tyler et du Lauréat de Mike Nichols, La Dernière séance dévoile un noir et blanc superbe de détails avec un piqué de haute qualité. La restauration a préservé la texture de l’inimitable grain 35 mm où le fourmillement ne rejoint que les zones de noirs profonds de quelques séquences. Comme toujours, les plans avec fondu enchaîné se montrent plus doux que les autres, mais sur l’ensemble du film, c’est une restauration impressionnante, d’autant plus qu’en extérieur, la profondeur de champ se montre assez étendue.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Le mono d’origine ne présente aucune dégradation liéz au temps. Le mixage se montre très équilibré et si la piste n’a jamais à montrer son dynamisme, le film n’utilisant que des musiques diégétiques, on ne peut que saluer la qualité de cette piste frontale qui restitue parfaitement le travail réalisé à l’époque. Par le cadre de ce drame, nous voilà en présence d’une modeste mais parfaite piste audio.

– Bonus :

– Entretien avec Peter Bogdanovich (13 min, en HD)
– « The Last picture show : souvenirs de tournage » (1h05, en SD). Entretiens avec divers membres de l’équipe du film, dont Peter Bogdanovich, Cybill Shepherd, Jeff Bridges, …
– Featurette d’époque (6 min, en SD)
– Bande annonce (HD)

Annotations :


Cette édition prestige limitée à 2000 exemplaires comporte également le film en édition DVD, huit photos, un bloc-notes de 50 pages, cinq cartes postales ainsi qu’un affiche.

 

Film :
4.5 étoiles
Image:
4.5 étoiles
Son :
5 étoiles
Bonus :
5 étoile
Avis Global :
5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.