Test Blu-ray : Les Larmes amères de Petra Von Kant

Fiche Technique :

Les Larmes amères de Petra Von Kant (1972) réalisé par Rainer Werner Fassbinder
Avec : Margit Carstensen, Hanna Schygulla, Irm Hermann, Katrin Schaake, Eva Mattes
Titre original : Die bitteren Tränen der Petra von Kant
Durée : 124 min
Genre : Drame
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Allemand DTS-HD Master Audio 1.0
Sous-titres : Français
Format d’image : 1.37:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Carlotta Films

 

Synopsis :

Une femme de la grande bourgeoisie, creatrice de mode, vit une passion douloureuse avec une jeune femme de condition plus modeste, Karin, qui reve de devenir mannequin.

Le film :

Le 18 avril 2018, Carlotta Films édite 15 films de Rainer Werner Fassbinder répartis en deux coffrets blu-ray. Les Larmes amères de Petra Von Kant est issu du coffret volume 1. Une rétrospective en salle débute en parallèle dont une intégrale Fassbinder à la Cinémathèque française.

Avec Les Larmes amères de Petra Von Kant, Rainer Werner Fassbinder adapte pour la dernière fois une de ses pièces de théâtres. Le film est un huis clos extrêmement particulier, car au cours de ses deux heures très volubiles, la caméra évoluera simplement autour du lit d’une chambre, ouverte sur un bureau. La chambre de la styliste Petra Von Kant (Margit Carstensen), bourgeoise aux manières exécrables, dont l’autorité sur son assistante Marlène (Irm Hermann) s’approche de la tyrannie, que la jeune femme accepte toujours dans le plus grand silence – et la plus grande souffrance ? Assistante qui s’occupe de tout, même sur le versant créatif, sa patronne se languissant au lit, pour recevoir, manger et pleurer ces larmes amères qui seront obtenues par la jeune arriviste Karin (Hannah Schygulla). Rencontrée lors d’une visite anodine de sa tante, Karin devient l’objet d’un désir dévastateur pour Petra. La styliste à succès, sortie la tête haute de son divorce comme elle le prétend avec un cynisme qui semble cacher de vives blessures, promet à Karin les devants de la scène.

Le film s’ouvre avec un sous-titre intrigant, « un cas de maladie », mais quelle est la maladie que filme Fassbinder ? Au cours des différents chapitres qui composent le film, où la caméra et la lumière de Michael Ballhaus redéfinissent sans cesse l’espace pourtant limité, changeant les rapports de force entre les trois personnages en permanence, il est difficile de déterminer exactement quel point constitue le cœur de l’étude à laquelle se livre Fassbinder avec des actrices géniales, Carstensen en tête dans son personnage aussi repoussant que fascinant, femme si versatile, profondément fragile mais puisant parfois une force rageuse effrayante. Un élément offre une piste solide à explorer, une vaste reproduction du tableau Midas devant Bacchus de Nicolas Poussin occupant tout un pan de la chambre. Le succès de Petra Von Kant serait peut-être le vœu exaucé, et la souffrance l’unique possibilité de s’en libérer ? Entre amour et haine, soumission, domination et manipulation, Les Larmes amères de Petra Von Kant est une œuvre certes prolixe, mais assurément brillante.

 

Le Blu-ray

– Image :

Si l’on met de côté trois ou quatre plans où la colorimétrie et le fourmillement viennent troubler un peu la qualité de cette restauration, l’image offerte par ce blu-ray est tout simplement magnifique, charnelle et délicate. Très peu de profondeur de champ est proposé par Les Larmes amères de Petra Von Kant mais il y a une palette de couleurs très riche, dans un environnement assez fourni en détails. Des caresses de l’aurore à une lumière plus blanche et crue, la chambre de Petra Von Kant se redéfinit au fil de ses actes. Tous les curseurs de la haute définition sont au vert avec une absence totale de traces du temps.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
L’atmosphère sonore du film se décompose tout simplement entre les voix des protagonistes, la frappe des touches d’une machine à écrire par Marlène et quelques morceaux musicaux sur un tourne-disque. Sur une piste mono (en DTS-HD MA), le mixage se montre idéalement équilibré et le dynamisme se révèle lorsque Petra écoute de la musique. Aucun souffle, ni bruit parasite ne sont à signaler.

– Bonus :

Les bonus sont à retrouvés sur un DVD complétant le coffret :
– Michael Ballhaus à propos de Martha (20 min)
– R.W. Fassbinder, 1977 (29 min), deux entretiens avec le cinéaste.
– Life, love & celluloid, documentaire de Juliane Lorenz (90 min)

Annotations :

Disponible uniquement dans le coffret R.W. Fassbinder vol. 1, Les Larmes amères de Petra Von Kant est regroupé avec L’amour est plus froid que la mort, Le Bouc, Prenez garde à la sainte putain, Le Marchand des quatre saisons, Martha, Tous les autres s’appellent Ali.

 

Film :
4 étoiles
Image:
4.5 étoiles
Son :
5 étoiles
Bonus :
3.5 étoile
Avis Global :
5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.