Test Blu-ray : The Square

Fiche Technique :

The Square (2017) réalisé par Ruben Östlund
Avec : Claes Bang, Elisabeth Moss, Dominic West, Terry Notary, Christopher Læssø, Marina Schiptjenko
Durée : 152 min
Genre : Comédie dramatique
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Suédois/Anglais, Français DTS-HD Master Audio 5.1, Suédois/Anglais, Français DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-titres : Français
Format d’image : 1.85:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : M6 Vidéo

 

Synopsis :

Christian est un père divorcé qui aime consacrer du temps à ses deux enfants. Conservateur apprécié d’un musée d’art contemporain, il fait aussi partie de ces gens qui roulent en voiture électrique et soutiennent les grandes causes humanitaires. Il prépare sa prochaine exposition, intitulée « The Square », autour d’une installation incitant les visiteurs à l’altruisme et leur rappelant leur devoir à l’égard de leurs prochains. Mais il est parfois difficile de vivre en accord avec ses valeurs : quand Christian se fait voler son téléphone portable, sa réaction ne l’honore guère… Au même moment, l’agence de communication du musée lance une campagne surprenante pour The Square : l’accueil est totalement inattendu et plonge Christian dans une crise existentielle.

Le film :

Retrouvez la découverte du film à Cannes 2017.

Satire sociale grinçante pour certains, œuvre misanthrope et caricaturale pour d’autres : il n’y a rien de tel qu’une Palme d’Or clivant la presse et les festivaliers pour marquer les esprits. Bien plus incisif que pour son précédent film, Snow Therapy, le cinéaste suédois Ruben Östlund livre avec The Square une comédie dramatique d’une grande densité, satire qui prend forme dans le milieu de l’art contemporain pour envelopper toute la société suédoise. Chaque scène constitue un élément fort dans l’analyse du personnage central, Christian (Claes Bang), conservateur d’un musée d’art contemporain, mais aussi, par petites touches, des travers de ses compatriotes. Christian est un homme qui a une très haute estime de sa propre personne, de ce qu’il émane, par sa position et ses beaux discours, mais c’est un homme divorcé mesquin, lâche, dont les actes ne s’accordent jamais à sa parole. Et le film va pousser notre protagoniste captivant à la transformation au travers d’une succession d’événements malencontreux. Il y a d’abord le vol de son téléphone et de son portefeuille qui va provoquer, insidieusement, la chute du premier domino : le localisant avec le GPS, il décide avec un collègue de mettre une lettre de menace dans toutes les boites aux lettres des appartements de l’immeuble concerné, sans évaluer les conséquences de ce geste que l’on peut regarder sous plusieurs axes. C’est d’abord un acte irresponsable et lâche, mais il y a, pour le milieu dans lequel il évolue, une part de performance artistique. Les objets récupérés de cette façon pourraient parfaitement faire l’œuvre d’une exposition. Au début du film, lors d’une interview avec une journaliste américaine, Anne, jouée par Elisabeth Moss, il lui demande si son sac à main, exposé dans le musée, deviendrait une œuvre d’art ? C’est un long métrage qui provoque de vives réactions, par le déraillement notamment : une conférence de presse troublée par un spectateur atteint du syndrome de Tourette, une performance artistique incontrôlable lors d’un dîner mondain, l’apparition d’un chimpanzé dans un appartement… Comment réagir lorsque le quotidien se retrouve subitement troublé de façon parfois surréaliste ?

S’attaquant au milieu bourgeois avec un humour féroce, toujours au service du récit et jamais dans une logique narquoise, The Square questionne les notions de confiance, de responsabilité et de bonté envers son prochain. Comme cette statue retirée maladroitement au début du film, la Palme d’Or 2017 est une invitation raffinée à descendre de son piédestal pour tendre vers une société horizontale, où tout le monde serait égaux et à l’écoute de l’autre. La route sera longue, douloureuse et semée d’embûches, mais si Christian peut s’en approcher – grâce aux femmes, d’une part avec cette journaliste mais aussi au travers du regard de ses deux jeunes filles –, pourquoi pas nous ?
The Square tient de ces œuvres fantastiques, vouées à se bonifier avec le temps.

Bande annonce (VOST) :

 

Le Blu-ray

– Image :

Des bureaux du musée aux salles d’expositions, en passant par le palais royal et les rues de la capitale suédoise, The Square montre un environnement urbain riche et diversifié, avec un travail appuyé sur les couleurs, le film se déroulant sur une palette colorimétrique partagée entre des tons blancs et jaunes, avec un fort travail sur les contrastes – l’appartement de Christian ou la fête du vernissage de l’exposition. Le blu-ray restitue toute la beauté d’une image capturée en Alexa, avec sa sensibilité qui permet d’obtenir des noirs profonds et des contrastes solides. Le niveau de détail et la précision du piqué impressionnent, même lorsque des lumières stroboscopiques cisaillent le cadre. Aucun défaut ni souci de compression ne vient entacher ces deux heures et demies de grande comédie dramatique, à la mise en scène précise.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Les pistes originales, partagées entre suédois et anglais, ainsi que les pistes françaises sont proposées en DTS-HD MA 5.1 et stéréo. Le dynamisme explose dès l’ouverture du film avec sa musique électronique qui précède la quiétude du premier plan du film où Christian doit se lever suite à une soirée visiblement bien arrosée. La spatialisation est parfaitement exploitée en fonction des différentes atmosphères de The Square avec une précision remarquable de chaque effet sonore, au penchant naturaliste. Le canal des voix est tout simplement parfait tandis que le caisson de basse s’exprimera au cours de quelques séquences, comme ce « Genesis » de Justice alors que Christian part en quête de ses effets personnels.

– Bonus :

Les bonus sont en haute définition, sauf précision.
– Making of d’une scène d’anthologie (12 min). La préparation de la performance artistique de Terry Notary lors du dîner.
– Essais et casting (5 min), avec certaines sources en définition standard.
– Dans les coulisses, galerie photo en vidéo (2 min 30)
– Exposition : The Square « tableau critiques » (1 min). Slogans et extraits de critique où l’on trouve une lettre de félicitation du Président de la République suite à l’obtention de la Palme d’Or.
– Cannes 2017 : interviews de Ruben Östlund, Elisabeth Moss et Claes Bang (9 min)
– Ebauches d’affiches internationales (1 min)

Annotations :

Disponible dans un digipack comprenant aussi le film dans sa version DVD, The Square est aussi a retrouvé dans un coffret intégrale Ruben Östlund, comprenant Snow Therapy, Play, Happy Sweden et The Guitar Mongoloid.

 

Film :
4 étoiles
Image:
5 étoiles
Son :
5 étoiles
Bonus :
3 étoile
Avis Global :
4 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.