Test Blu-ray : Dunkerque

Fiche Technique :

Dunkerque (2017) réalisé par Christopher Nolan
Avec : Fionn Whitehead, Tom Hardy, Jack Lowden, Mark Rylance, Tom Glynn-Carney, Harry Styles, Cillian Murphy, Barry Keoghan
Titre original : Dunkirk
Durée : 107 min
Genre : Guerre, Drame
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais, Français DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres : Français, Néerlandais ; Anglais pour sourds et malentendants
Format d’image : 2.20 et 1.78
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Warner Bros.

 

Synopsis :

Le récit de la fameuse évacuation des troupes alliées de Dunkerque en mai 1940.

Le film :

A lire : la critique cinéma de Dunkerque

Dans une année triste en matière de blockbuster et de cinéma à grand spectacle, Christopher Nolan et Bong Joon-Ho (avec Okja) s’avèrent être les rares réalisateurs à avoir relevé des défis sans se complaire dans l’adaptation, la suite ou le remake. Certes leurs films n’auront pas fait l’unanimité – n’est-ce pas un gage de qualité, finalement ? –, et d’aucuns pointeront toujours du doigt les lacunes historiques de Dunkerque, mais ce long métrage ne doit pas être abordé comme un cours d’histoire mais une expérience sensorielle de survie dans un cadre historique, via trois axes aux temporalités différentes. Sur le petit écran, le film ne perd rien de sa force, de cette capacité à happer le spectateur grâce à son savant montage, la musique oppressante de Hans Zimmer et l’entreprise d’envergure colossale à l’image. Opéra de fureur et de chaos, Dunkerque est un nouveau bijou dans l’impressionnante filmographie de Christopher Nolan et l’un des plus grands films de l’année 2017.

Bande annonce (VOST) :

 

Le Blu-ray

– Image :

Si vous avez fait partie des chanceux qui ont pu voir le film en version pellicule en salle, IMAX ou non, il faut dire d’emblée que le blu-ray procure une expérience moins « vivante » mais absolument remarquable pour le support. Puisque nous ne pouvons pas avoir de projecteurs 70 mm ou IMAX dans nos foyers, savourons ce magnifique blu-ray au niveau de détail épatant. Sur la plage, ce sont des centaines de soldats en uniformes qui occupent parfois toute la profondeur de champ où la fumée s’échappe de bâtiments et véhicules détruits. Dans les airs, le ciel et la mer regorgent de détails avec un piqué fabuleux tandis que se distinguent le moindre appareil en vue. Sur la mer, satisfaction identique avec l’épopée de Mr. Dawson (Mark Rylance), répondant à l’appel citoyen pour évacuer les troupes. Avec de nombreuses scènes crépusculaires et nocturnes, Dunkerque montre des noirs très profonds et des contrastes impressionnants, notamment au cœur des différents navires voués à couler. La palette de couleurs, riche également, marie les tenues kaki des soldats à l’ocre du sable brillamment tandis qu’un tout autre film semble se jouer aux côtés de Tom Hardy aux commandes de son Spitfire.
A noter des changements de formats du film, IMAX oblige, entre le 1.78 et le 2.20, mais contrairement à un certain Michael Bay, Christopher Nolan maîtrise parfaitement cette alternance sans nuire à l’expérience du film.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
S’il n’y a presque pas de répit dans Dunkerque, c’est parce qu’il y a aussi Hans Zimmer à la baguette pour tarauder le spectateur, de la première à la dernière minute du film. Pourtant, cette orchestration visant à faire grimper la pression connaît aussi ses respirations, comme c’était le cas également pour Inception. Le DTS-HD Master 5.1 du disque met l’installation audio à l’épreuve du chaos. Tirs de fusils et mitrailleuses, bombardements, mer agitée, moteurs d’avion, bateaux à la dérive et cris de soldats désespérés se relaient en permanence avec une spatialisation exceptionnelle. Au centre, les voix parviennent parfaitement à se détacher grâce à un mixage parfaitement équilibré. Impressionnant d’un bout à l’autre et terriblement immersif.

– Bonus :

Les bonus, en HD sont présents sur un second disque blu-ray. Il s’agit d’un making-of très complet découpés en différents modules indépendants :

Création :
– Retour sur le passé (8 min)
– Dunkerque (5 min)
– Les défis du tournage (4 min)
– Les choix de caméra (6 min)

Sur Terre :
– Reconstruire la digue (6 min)
– Les soldats sur la plage (5 min)
– Les uniformes (5 min)

Dans les airs :
– Filmer dans les airs (12 min)
– Dans le cockpit (6 min)

En Mer :
– Constituer une flotte navale (4 min)
– À bord du Moonstone (6 min)
– Filmer en mer (14 min)
– Au coeur des naufrages (7 min)
– La petite armada (6 min)

Conclusion :
– Entretenir le suspense (7 min)
– L’esprit de Dunkerque (8 min)

Annotations :

Présence d’un code de téléchargement pour obtenir le film en version numérique.
L’édition Fnac propose un DVD de bonus supplémentaire avec un extrait de l’entretien de Christopher Nolan à la Cinémathèque lors de la présentation du film (30 minutes environ).

 

Film :
5 étoiles
Image:
5 étoiles
Son :
5 étoiles
Bonus :
4.5 étoile
Avis Global :
5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

4 commentaires

  1. Salut,
    je vais pas y aller avec le dos de la cuillère pour donner mon avis sur ce film et en passant sur le dernier Transformers, puisque tu ajoutes une petite dose supplémentaire gratos.
    Dunkerque est film qui dispose d’un montage exceptionnel et d’une musique absolument unique et fantastique.
    mais Dunkerque est surtout le plus pitoyable film sur une reconstitution historique de la seconde guerre mondiale.
    30 000 hommes à évacuer d’une plage et qui seront pilonnés sans cesse par l’aviation ennemi.
    Alors si il y 1 000 hommes en tout (et je suis gentil) et deux ou trois avions de temps en temps qui viennent faire des petits trous dans le sable, c’est le maximum de l’horreur de ces trois jours… Pour Nolan.
    De plus, si on retire la musique, les plans n’ont plus aucune tension… Rien.
    Je trouvais déjà la fin de Interstellar ridicule et fainéante, mais là, le coup de l’avion qui n’en finit pas de s’écraser et qui vient mettre fin à un suspens innexistant, comme si il mettait fin à cette séquence de la guerre absolument ignoble dans la réalité, mais là, c’est le néant des sentiments ou de l’horreur de la guerre ( excepté la séquence du bateau qui coule avec tous les hommes enfermés, mais même ça ça passe tranquillement).
    Tu parles de maîtrise des changement de pellicules dans Dunkerque, je ne suis pas d’accord, il y a des changements dans les mêmes séquences, sans aucune raison.
    C’est vrai que c’est moins épileptique qu’une séquence au début de Transformers, mais en BR, c’est comme pour Dunkerque, ça ne se voit pas, et ça ne gêne pas.
    Je dirais pour finir, que M. Bay vend du spectacle sur lequel il ne ment pas, ça explose, ça fight, c’est débile mais ça ne s’arrête jamais, et pour une fois en plus, c’était plutôt tellement WTF que c’était de temps en temps drôle (le majordome, ou la séquence où tous les humains connus à ce jour savent qui sont les Transformers, il fallait les avoir sévèrement accrochés pour aller aussi loin.)
    Nolan a vendu une reconstitution historique (c’est même sur toutes les affiches du film et sur le synopsis officiel), et a réussi à en faire le pire film de tous les temps sur la seconde guerre mondiale. ça c’est historique!!
    100 millions de dollars pour ça… Le soldat Ryan de Spielberg, 10 millions de moins, et pourtant…
    Je crois que vous les critiques « pros » ne devaient plus voir en salle les M. Bay, vous aimez pas le gars, ni ses films, faut pas gâcher de la tune comme ça, mais il faut surtout aussi arrêter de surestimer Nolan pour tout et n’importe quoi.
    Il fallait marquer en gros sur les affiches et dans la promo: Ceci n’est pas une reconstitution…
    Bref, une sacrée déception et une douche froide.
    Je dis tout ça avec beaucoup d’amour car ce n’est que du cinéma.
    Bonnes fêtes de fin d’années 🙂

  2. 300 000 hommes, pas 30 000.

  3. Salut domdom
    Eh bien oui, j’en ai profité pour tacler encore une fois Michael Bay, mais The Last Knight a vraiment été ma séance de cinéma la plus éprouvante en 2017… Je sais, c’est petit, mais j’ai prévu de revoir les Bad Boys prochainement sur Netflix, mais je me suis aussi promis de ne plus voir toute suite éventuelle à la saga TR (et pourtant je trouvais le précédent assez fun).

    Mais revenons en à nos moutons : je comprends ton point de vue à propos de la plage, car dans mon entourage, il y a eu des discussions là dessus. Pour moi, j’ai plus l’impression que le temps que l’on passe sur la plage, c’est seulement le début et la fin de l’évacuation, mais quoi qu’il advienne, cette forme « minimaliste » du chaos ne m’a pas sorti du film.
    Quant à la vente du film comme une reconstitution historique, je ne sais pas si c’est vraiment entre les mains de Nolan ou plus de son distributeur. Pour « A Beautiful Day », on voyait sur l’affiche « Le Taxi Driver du 21ème siècle », ce qui est tout à fait idiot, et pour « Le Grand Jeu » avec Jessica Chastain, qui sort mercredi prochain, la bande annonce présente « Le Loup de Wall Street au féminin » ce qui est encore plus sot… – j’ai eu la chance de le découvrir il y a deux semaines et vais publier dessus prochainement.
    Merci d’avoir partagé ton point de vue et bonnes fêtes de fin d’année à toi aussi !

  4. Je vais quand même te répondre.
    Nolan était conseillé par un historien Anglais, donc je crois qu’il a essayé de montrer ce qu’a été cette évacuation.
    Mais il y a encore quelques points qui à mon sens ridiculisent ce film:
    *La flotte de petits navires Anglais est d’un côté montrée de manière ridicule en nombre à l’image, mais elle est sublimé par son action qui a pourtant était uniquement symbolique car prévenu trop tard (ils ont sauvés 10% de tous ceux qui ont pu partir).
    *La bataille dure 9 jours, et il me semble qu’ont les voit presque tous vu le cycle jour nuit, donc non je ne crois pas que Nolan n’est montré que le début et la fin.
    *On parle de 400 000 hommes a évacuer en 9 jours, et il me semble que le film à l’air de montrer l’évacuation de 1 000 ou 2 000 pauvres gars.
    *Ensuite on a droit à cet avion tombant en panne d’essence en plein après midi, et atterrissant sur une superbe plage déserte et vierge de tout bombardement (il est vrai qu’il n’y avait que 400 bombardier allemands qui pilonnés sans arrêt Dunkerque et ses plages durant ces 9 jours), au soleil couchant!!! Soit quelques heures plus tard, car nous sommes à la fin de printemps. Je passe sur le fait qu’il plombe un bombardier Allemand sans pouvoir manœuvrer son avion, bref certainement un avion « magique »…
    *Mais le point le plus triste de ce film, c’est que Nolan aura sublimé cette affreuse séquence de la seconde guerre mondiale, sans y mettre la moindre morale.
    C’est la première fois de ma vie que je vois un film sur la guerre, où à la fin tu ne te dis pas: « La guerre c’est affreux, dégueulasse, inhumain, inutile, une horreur etc… »
    Non, là c’est juste esthétique, sans sang, sans tripes, sans gêne, sans sentiment, c’est juste beau, avec ce petit discours à la fin « nous nous battrons partout ».
    Je le répète, ce film est une insulte sur le sujet qu’il traite, et sublimer une fois de plus ce réalisateur et ce Dunkerque est une faute.
    On peut dire que c’est un super directeur photo, mais le pire réalisateur à ce jour pour un film de guerre.
    Le cinéma qui traite de fait historique avec de tel moyen se doit d’apporter le maximum possible un reflet de la réalité, et là, ceux qui n’iront pas se renseigner sur les vrais faits de Dunkerque, penseront que c’était assez calme, tranquille, gérer par les Anglais alors que ce sont les Français qui ont retenus les Allemands à 1 contre 10/30… bref c’est un film d’escroc.
    Et finalement, c’est sacrément plus grave qu’un Transformers nul ou pas…
    Voilà, c’était pour être complet.
    J’espère que 2018 sera plus réussi pour le cinoche que 2017.
    J’ai encore Star wars à voir!!!
    Ciao Dom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.