Critique : Life – Origine inconnue

A découvrir la bande annonce de Life – Origine inconnue, le nouveau film de Daniel Espinosa (Sécurité rapprochée, Enfant 44) ressemble méchamment à un croisement entre Alien – le huitième passager et Gravity. Et c’est exactement ça, en moins bien.

Alien en orbite

Alien – le huitième passager de Ridley Scott est un film absolument parfait. Peut-être que vous préférez le second, ou le director’s cut du troisième opus par David Fincher. Mais dans le lot, le chef d’œuvre inouï, c’est ce voyage de retour à bord du Nostromo aux côtés de Sigourney Weaver, John Hurt et compagnie, ce message de détresse qui le détourne de sa trajectoire, la découverte d’une créature incroyable et mortelle, ces dédales de couloirs où une fin brutale peut survenir à tout instant. Comment transcender un film aussi abouti lorsqu’on se lance dans un projet qui s’inspire directement de ce monument cinématographique ? Le suédois Daniel Espinosa ne trouve pas la réponse avec Life – Origine inconnue, film de science-fiction loin d’être désagréable mais qui souffre de l’existence de son sublime modèle. L’ingrédient formel ajouté nous ramène au plus récent Gravity d’Alfonso Cuaron, véritable bijou sur le versant technique – et peut-être plus encore. Ainsi, à bord de l’ISS où les personnages évoluent sans l’entrave de la gravité terrestre, un organisme monocellulaire revenu directement de Mars va être étudié, mais la créature, qui ressemble d’abord au gingembre qui accompagne vos sushis, va montrer une croissance aussi phénoménale que sa résistance et son agressivité envers les pauvres humains. Qu’adviendrait-il si cette dernière atteint notre belle planète bleue ?

Techniquement, Life – Origine inconnue est une réussite : l’espace de ses 1h45, le spectateur se retrouve plongé au cœur de la station spatiale au-dessus de la Terre. Les acteurs évoluent dans cet univers sans gravité avec aisance, avec aussi à la clé, quelques sorties en combinaison. Le casting international réuni pour l’occasion séduit aussi : Jake Gyllenhaal en tête d’affiche est entouré par Rebecca Ferguson, Ryan Reynolds ainsi que les moins connus mais tout aussi convaincants Olga Dihovichnaya, Ariyon Bakare et Hiroyuki Sanada. A la question, y-a-t-il une vie sur Mars, le film répond par l’affirmative en choisissant donc l’option de l’hostilité envers l’espèce humaine. Mais attention, pas de xénophobie ici, on peut supposer que les petites expériences pratiquées dans le laboratoire de la station se soient avérées suffisantes pour attiser la colère de Calvin – car oui, l’organisme est baptisé par une petite fille depuis New-York dans la scène la plus niaise de ce long métrage. Tous les ressorts classiques du film catastrophe se retrouvent ici, au fil des membres d’équipage décimés et que le destin de la station spatiale se montre aussi en péril.

Ce spectacle de science-fiction, efficace, se voit terni par une bande originale insipide de Jon Ekstrand – alors que le film de Ridley Scott travaillait son atmosphère avec des compositions fabuleusement angoissantes de Jerry Goldsmith – mais aussi des décisions qui portent à s’interroger sur le quotient intellectuel de ces humains en orbite. Certes, le récit nécessite d’avancer en exploitant des failles, mais on attend un certain degré d’intelligence de la part de ces scientifiques – la gestion de la situation de crise dans le labo laisse à désirer une fois que le suspense et la tension ont lâché nos nerfs. En somme, il n’est pas étonnant de voir ce film sortir un mois avant Alien Covenant, un créneau qui lui permettra d’exister quelques jours avant le film de Ridley Scott, et ce, quelle que soit sa qualité, avant de s’effacer peu à peu des mémoires de cinéphiles avides de récits mêlant l’horreur et les possibilités infinies qu’offre chaque piste, chaque substance extraterrestres.

3 étoiles

 

Life : Origine inconnue

Film américain
Réalisateur : Daniel Espinosa
Avec : Jake Gyllenhaal, Rebeca Ferguson, Ryan Reynolds, Olga Dihovichnaya, Ariyon Bakare, Hiroyuki Sanada
Titre original : Life
Scénario de : Rhett Reese, Paul Wernick
Durée : 104 min
Genre : Science-fiction, Thriller
Date de sortie en France : 19 avril 2017
Distributeur : Sony Pictures Releasing France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *