Critique : Vice-Versa

Le nouveau film des studios Pixar plonge dans l’esprit d’une jeune fille de 11 ans. Une aventure originale, tantôt drôle, tantôt touchante, qui explore brillamment les bouleversements intérieurs et extérieurs survenant à l’adolescence. Vice-Versa, un petit bijou d’animation.

Gouvernance des émotions

La belle idée de Pete Docter pour Vice-Versa tient d’une illustration aussi originale que pertinente de l’esprit. Des émotions à la mémoire en passant par les rêves, les mécanismes sont explorés avec un beau sens de l’aventure tandis que se joue un véritable drame dans la vie de la jeune Riley (Kaitlyn Dias). Une gamine joyeuse, c’est d’ailleurs la Joie (Amy Poehler) qui mène l’équipe d’émotions à la baguette, composée de Tristesse, Dégoût, Colère et Peur. Une limite à cinq émotions qui ne nuit en rien aux qualités psychologiques du récit, qui pose un touchant regard sur l’arrivée de l’adolescence, un peu comme le réalisait sous une autre forme Max et les maximonstres de Spike Jonze. Ici, chaque événement dans une journée est caractérisée par une émotion unique selon sont déroulement, et la personnalité de Riley se repose sur des souvenirs essentiels sous le sceau jaune de la Joie. Mais alors que la petite famille est contrainte de déménager à San Francisco, coupant Riley de ses amies et de son équipe de hockey sur glace, Tristesse (Phyllis Smith), toujours gardée à l’écart des commandes et souvenirs par Joie, se saisit d’un souvenir essentiel, changeant sa tonalité. Une dispute éclate et propulse alors Joie et Tristesse hors du centre de contrôle. Les deux émotions devront alors coopérer dans le labyrinthe de la mémoire et de la pensée de la jeune fille alors qu’il ne reste plus que la Colère, la Peur et le Dégoût pour contrôler les réactions de l’enfant, voyant sa personnalité s’effondrer peu à peu dans un repli dépressif.

INSIDE-OUT-19

Si un drame se joue à l’extérieur, marqué par des couleurs moins saturées, le monde intérieur fourmille de magie haute en couleurs, des studios de cinéma où sont produits les rêves au stockage des souvenirs, billes colorées par l’émotion associée. En explorant lors d’une scène de dîner les réactions parentales face à Riley, déprimée suite à son premier jour d’école, Vice-Versa montre le potentiel comique qui aurait pu être la ligne directrice du film. Mais les scénaristes ont préféré creuser une matière plus sensible, sorte de mélancolie rêveuse où l’on assiste à la reconstruction d’une enfant au seuil de l’adolescence. Bien que les émotions commandent, les actions de Riley agissent également en réponse sur leur comportement, et la possibilité d’une fugue devient une vraie catastrophe alors que toutes les îles de la personnalité de la jeune fille se sont disloquées. A l’instar des meilleurs Pixar, Vice-Versa est une véritable œuvre familiale, au discours capable d’interpeller les plus jeunes sans se fermer aux adultes, voire même capable d’aider les parents à comprendre leurs enfants, et ces derniers d’analyser leur propre comportement, le tout, sous un mode ludique et fantastique. Dans le parcours de Joie et Tristesse, l’apparition de Bing Bong (Richard Kind), l’ami imaginaire de Riley lorsqu’elle était plus jeune, dynamise l’aventure tout en densifiant le propos sur l’évolution de l’individu, le passé qui joue toujours un rôle pour passer un cap.

vice-versa-2

Vice-Versa est le récit d’un deuil, celui de l’enfance, qui s’effondre sans prévenir pour mener à une reconstruction, imagée dans le film par une restructuration de l’esprit, une complexification des états émotionnels. La vie ne peut pas être gouvernée par l’allégresse seule : l’émotion inverse a aussi son mot à dire, ses instants à saisir, car l’unicité de chaque situation, chaque dialogue résulte d’affects parfois contradictoires. Doux-amer, perspicace et ingénieux, le film d’animation de Pete Docter n’oublie pas dans son générique de fin que le rire est le meilleur des remèdes. Un vrai bonheur.

4 étoiles

 

vice-versa-affiche

Vice-Versa

Film américain
Réalisateur : Pete Docter
Avec les voix de : Kaitlyn Dias, Amy Poehler, Phyllis Smith, Richard Kind, Bill Hader, Lewis Black, Mindy Kaling, Diane Lane, Kyle MacLachlan
Titre original : Inside out
Scénario de : , Ronaldo Del Carmen, Meg LeFauve, Josh Cooley
Durée : 94 min
Genre : Animation, Comédie
Date de sortie en France : 17 juin 2015
Distributeur : The Walt Disney Company France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *