Test Blu-ray : Gone Girl (UK)

gone-girl-blu-ray-uk

Fiche Technique :

Gone Girl (2014) réalisé par David Fincher
Avec : Ben Affleck, Rosamund Pike, Neil Patrick Harris, Patrick Fugit, Carrie Coon, Kim Dickens, Tyler Perry, Missy Pile, Emily Ratajkowski
Durée : 149 min
Genre : Thriller, Drame
Blu-ray testé : Edition britannique – Région B
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 5.1 ; Français, Allemand, Italien, Japonais DTS 5.1 ; Hongrois Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Français, Portugais, Japonais, Allemand, Arabe, Bulgare, Croate, Grec, Hébreux, Hindi, Hongrois, Islandais, Italien, Roumain, Serbe, Slovène, Anglais pour sourds et malentendants
Format d’image : 2.40:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : 20th Century Fox

 

Synopsis :

A l’occasion de son cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne signale la disparition de sa femme, Amy. Sous la pression de la police et l’affolement des médias, l’image du couple modèle commence à s’effriter. Très vite, les mensonges de Nick et son étrange comportement amènent tout le monde à se poser la même question : a-t-il tué sa femme ?

Le film :

Pour accéder à la critique rédigée lors de la sortie cinéma, direction la critique de Gone Girl.

Après un second visionnage :
A ne lire que si vous avez déjà vu le film pour cause de spoilers. Avec son superbe scénario vicieux et ironique, mis en scène de la patte irrésistible de David Fincher, il est plaisant de replonger dans Gone Girl même en connaissant ses rebondissements. Si Amy tient le mauvais rôle du film, il est intéressant de la considérer elle-même en victime, victime de parents ayant exercé une pression trop forte sur la réussite de leur progéniture dès l’enfance. Scène-clé, lorsqu’elle montre à Nick les différents albums d’Amazing Amy alors qu’il s’apprête à lui demander sa main. Amy est une femme complexée par la réussite de son alter-ego sur papier, cherchant alors à obtenir plus que le meilleur de son compagnon : incarner l’homme idéal – voir sa réaction lors de l’émission télévisée où Nick Dunne joue justement le parfait mari repenti, ainsi que les scènes d’épilogue. Bien sûr, il n’est pas possible d’excuser tous les agissements de la blonde au plan machiavélique, mais il faut lui restituer sa part d’humanité, femme rongée par un monde sans scrupule – du cadre parental à la société elle-même. Ses parents accablés sont peut-être alors la figure du mal la plus subtile du cinéma de David Fincher puisqu’ils sont, en apparences – titre du roman de Gillian Flynn qui donne naissance à ce film – les plus acceptables : de simples bourgeois à l’esprit tranquille.

Bande annonce (VOST) :

 

Le Blu-ray

– Image :

Rares sont les réalisateurs qui sont parvenus à conserver leur identité visuelle – ou du moins à développer leur style – en passant de l’argentique au numérique. Bien sûr, la texture de l’image est naturellement différente entre un Se7en et The Social Network, mais Fincher a conservé son goût pour une image contrastée, où l’emploi de filtres verdâtres ou bleutés est devenu usuel. Gone Girl marque la troisième collaboration consécutive (il y a eu auparavant Fight Club) entre Fincher et le directeur de la photographie Jeff Cronenweth. Trois collaborations sous le signe du cinéma numérique qui partagent les mêmes qualités, une précision implacable dans les mouvements de caméra, un niveau de détail ahurissant sur chaque plan, une colorimétrie unique, alliant les extrêmes du chaud et du froid, avec des teintes parfois morbide. Il y a aussi ces scènes nocturnes aux sources lumineuses multiples, merveilles de contraste – point culminant ici avec le discours de Nick Dunne de nuit –, ces lampes torches déchirant les ténèbres. Une noblesse d’image contemporaine. Nous sommes désormais habitués à la perfection pour les blu-ray de David Fincher et Gone Girl ne déroge pas à la règle. Sublime.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Fidèle à Trent Reznor et Atticus Ross pour la troisième fois, David Fincher mise encore une fois sur une bande originale dense, glauque, moderne, électronique et organique. De nouveau, les morceaux du duo, restitués fabuleusement de part un mixage parfait et une spatialisation judicieuse des pistes, offrent à chaque scène une couleur particulière, allant de la romance mélancolique au cauchemars feutré. Toujours aussi travaillé, l’espace sonore chez Fincher gagne une dimension physique en s’emparant des différents satellites de l’installation audio. Au centre, la voix-off d’Amy revisitant son couple, et le combat de Nick Dunne aux côtés de sa sœur : finesse et clarté sont au-rendez-vous. Une piste en DTS-HD Master Audio 5.1 exemplaire et délicate.

– Bonus :

– Commentaire audio de David Fincher

Annotations :

L’édition testée ici provient du Royaume-uni. Si l’on retrouve toutes les qualités techniques des dernières œuvres de David Fincher sur ce disque, le manque de bonus s’avère aussi inédit qu’incompréhensible, et ce, pour toutes les éditions actuellement sur le marché. Toutefois, à la différence de l’édition française, l’édition américaine et l’édition anglaise – qui présentent les mêmes arguments en matière d’image, de son, et avec des sous-titres français – sont accompagnés d’un livre illustré Amazing Amy, chouette petit objet de consolation pour ce film qui méritait d’être aussi généreux que Millenium – les hommes qui n’aimaient pas les femmes et The Social Network en matière de suppléments.

gone-girl-uk

 

Film :
4.5 étoiles
Image:
5 étoiles
Son :
5 étoiles
Bonus :
2.5 étoile
Avis Global :
3.5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *