Test Blu-ray : Othello

othello-bluray

Fiche Technique :

Othello (1952) réalisé par Orson Welles
Avec : Orson Welles, Michael McLiammoir, Suzanne Cloutier, Robert Coote, Michael Laurence
Durée : 90 min
Genre : Drame, Romance
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-titres : Français
Format d’image : 1.37:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Carlotta Films

 

 

Synopsis :

À Venise, des noces ont lieu en secret entre le Maure Othello, général vénitien estimé par ses pairs, et la belle Desdémone, fille du sénateur Brabantio. Au fond de l’église, deux hommes se tiennent en retrait : il y a là Iago, l’officier d’Othello qui voue à son supérieur une haine incommensurable, et Roderigo, amoureux éperdu de Desdémone. Après leur union, Othello s’en va combattre la flotte turque, puis retrouve sa femme sur l’île de Chypre où il est nommé gouverneur. Le fourbe Iago est alors résolu à détruire le bonheur des jeunes mariés et va pour cela s’employer à manipuler leur entourage…

Le film :

Pour la deuxième fois, la puissance dramaturgique de Shakespeare se retrouve sublimée par le génie de la mise en scène d’Orson Welles. Tourné dans la difficulté, sur plusieurs années, Othello, Grand prix au festival de Cannes en 1952 – récompense suprême avant l’apparition de la Palme d’Or en 1955 – exprime encore une fois le dévouement de Welles pour son art, devant et derrière les caméras. Cette tragique histoire axée sur la jalousie répugnante de Iago (Michael McLiammoir) envers son supérieur et « ami » Othello (Orson Welles), mariée à la belle Desdémone (Suzanne Cloutier), trouve autant d’éloquence dans les dialogues de William Shakespeare que les cadres du cinéaste, multipliant les plans en contre-plongée qui élèvent les personnages comme des divinités – et dont le destin est scellé dès la fabuleuse séquence d’ouverture, procession funéraire qui résume à elle seule tout le film. Au-delà du sens du cadrage et du montage – qui atteint parfois des sommets de frénésie pour l’époque dans la première partie du film –, Othello marque pas son travail esthétique, que l’on doit bien entendu à la vision de Welles mais au travail successif de cinq chef opérateurs ! Lumière solaire et ténèbres guident le funeste destin de ces personnages brisés par un plan parfaitement fomenté, offrant une morale toujours aussi sensée malgré les siècles nous séparant de l’oeuvre originale.
Un long métrage que l’on peut désormais redécouvrir dans des conditions optimales, agrémenté d’un très riche contenu complémentaire.

Bande annonce (VO) :

 

Le Blu-ray

– Image :

Restauré en 2K, Othello porte encore un peu les stigmates de son tournage laborieux. Pas question de trouver ici des rayures ou artefacts, tous ces éléments ayant été parfaitement éliminés, mais seulement certains plans qui affichent une définition moindre. Des plans qui sont loin de perturber le visionnage du film, d’autant plus qu’il s’agit généralement de plans assez courts. Othello se caractérise par la qualité des contrastes et la profondeur des noirs – certes, qui, eux aussi, se limitent parfois à des teintes grises dans certains plans, mais ces détails se remarquent d’autant plus que le film est en noir et blanc. Certains gros plans sur le visage d’Orson Welles ou de Suzanne Cloutier s’avèrent fantastiques par leur piqué et le niveau de détail affiché, faisant oublier que le film a déjà 62 ans. Un très bon transfert.

– Son :

Avec pour unique piste audio de l’anglais en DTS-HD master audio sur deux canaux, Othello délivre ses échanges shakespeariens avec une clarté des plus appréciables. Les basses se montrent assez discrètes, même lorsque le dynamisme s’emballe quelque peu au travers de la musique ou des tirs de canons. Les oreilles les plus attentives pourront déceler de rares bruits parasites de bruissement. A noter qu’Orson Welles a doublé en post-synchronisation l’acteur Robert Coote et que Suzanne Cloutier fut, pour sa part, doublée par Gudrun Ure. Procédé qui, aujourd’hui, apparaît plus ou moins réussi selon les scènes et axes de caméra.

– Bonus :

Les bonus du blu-ray sont en haute définition.
– Perspectives sur Othello, par Joseph McBride, historien du cinéma (45 min)
– Return to Glennascaul, court métrage de Hilton Edwards (26 min).
– Bande annonce 2014
– Partie BD-Rom (non testée)
DVD bonus :
Shakespeare et Orson Welles, documentaire d’Isidro Romero (53 min).

Annotations :

Carlotta Films édite aussi Macbeth dans une édition deux blu-ray, avec le film dans sa version intégrale de 119 min et en version cinéma (85 min). Othello et Macbeth trouvent aussi les mêmes éditions en DVD mais surtout une édition blu-ray dans un coffret reprenant les deux films, toujours accompagnés des bonus des éditions simples :
macbeth-othello-bluray

 

Film :
4 étoiles
Image:
4 étoiles
Son :
4 étoiles
Bonus :
5 étoile
Avis Global :
4 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. ça fait une éternité que je ne l’ai pas revu ce film! Pour les bonus, pourquoi pas ^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *