Critique du film Les nains aussi ont commencé petits

les-nains-aussi-ont-commence-petits

Sans nul doute l’un des films les plus perturbants et controversés dans la carrière de Werner Herzog, Les nains aussi ont commencé petits dépeint une rébellion qui sombre sans amertume dans l’anarchie absolue. Une œuvre étrange, cruelle, débarrassée de toute limite et, accessoirement, tournée avec des personnes de petite taille uniquement.

Libérer le mal

Les grilles de lecture de ce film sont aussi nombreuses que les personnes ayant vu Les nains aussi ont commencé petits. Il y a pourtant une déclaration clé qui est lancée à la fois avec courage et résignation par l’une des rebelles à l’unique employé du centre d’éducation – ou ce qui semble vraisemblablement l’être –, seul face à cette situation de crise : « Quand on fait une chose bien, personne ne le remarque. Et quand c’est mal, personne ne l’oublie. On en a assez combattre nos mauvais côtés. » Ainsi sera la conduite des personnages de ce film ne reculant devant aucune provocation, dans une œuvre jouant sur une imagerie iconoclaste, provocatrice et parfois tout à fait répugnante. Tourné dans un paysage aride des îles Canaries, Les nains aussi ont commencé petits est un long métrage qui perturbe dès son entame, n’offrant guère de repères aux spectateurs. Ne s’encombrant d’aucune intrigue, le film de Werner Herzog joue d’abord sur un tableau absurde. Le mobilier, totalement inadapté aux personnages, provoque des situations tristement comiques – le membre du centre qui doit monter sur une chaise afin de voir ce que font les révoltés de l’autre côté de la porte, ou encore Hombre ne pouvant monter sur le lit nuptial malgré ses nombreuses tentatives. Et le nanisme n’est pas une singularité du lieu puisque une automobiliste qui s’arrêtera à côté de ce centre en révolte présentera les mêmes traits physiques que la troupe. Ce qui n’empêche pas de créer une situation de malaise en considérant les actes de ces personnages, mais, si la volonté et le geste d’Herzog reposent loin de toute moquerie, la sensibilité de certains spectateurs pourront prêter de bien basses intentions au cinéaste allemand.

les-nains-aussi-ont-commence-petits-2

Si une œuvre comme Freaks – la monstrueuse parade de Todd Browning montrait l’humanité de personnes aux corps hors-normes ou difformes, en y opposant la monstruosité dont pouvait faire preuve une séduisante femme, Les nains aussi ont commencé petits prendra une route diamétralement opposé pour son peuple de personnes de petite taille. Défini par son créateur comme un film sombre et cauchemardesque, colportant des scènes qu’il regrettera avoir tourné et gardé dans son montage final – la mort de la truie, la maltraitance mortelle de poules qu’Herzog juge toujours nécessaire pour l’atmosphère anarchiquee du film –, ce long métrage travaille en profondeur des contrastes. L’acte de rébellion, qui pourrait conduire à une joyeuse forme de liberté n’est qu’un plongeon dans l’anarchie, la destruction, et un véritable culte du mal. La cruauté et la méchanceté infiltrant même les rangs de la bande, qui s’attaque aux deux aveugles à l’écart du groupe. Ces nains à la voix au timbre aigus et aux rires souvent nerveux – fascinant Helmut Döring dans le rôle de Hombre – affichent des traits presque enfantins, et ce, même dans l’allégresse les saisissant dans leurs actes chaotiques. L’amusement, statique, ne trouve que d’échappatoire dans le nihilisme et la destruction. Une voiture, d’abord source de jeu lorsqu’elle se retrouve à tourner en rond sans conducteur, ne trouvera aucune autre utilité si ce n’est dans son anéantissement. Un repas sera l’occasion de semer un peu plus le chaos tandis que des pots de fleur enflammés deviendront les cierges d’un rite insensé par son courant absurde et violent. Orchestré par un Werner Herzog des plus provocateurs, ce théâtre du mal offre une expérience sinistre et troublante, dont le rire diabolique résonne toujours aujourd’hui : le geste est donc accompli avec succès.

3.5 étoiles

Les nains aussi ont commencé petits sera à (re)découvrir dans le coffret Werner Herzog Volume 1, distribué par Potemkine Films à partir du 4 novembre 2014.

herzog-dvd-vol1

 

Les nains aussi ont commencé petits

les-nains-aussi-ont-commence-petits-jaquette-dvdFilm ouest-allemand
Réalisateur : Werner Herzog
Avec : Helmut Döring, Paul Glauer, Gerd Gickel, Marianne Saar
Titre original : Auch Zwerge haben klein angefangen
Scénario de :
Durée : 96 min
Genre : Drame

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *