[Critique] La Grande aventure Lego, réalisé par Phil Lord et Christopher Miller

grande-aventure-lego

A l’instar des Transformers et des G.I. Joe, les Lego investissent les salles de cinéma. Leur différence avec leurs compères est de taille : un projet visuellement original, poussé par un duo qui n’a déjà plus rien à prouver en matière de comédie. Une aventure fun et rocambolesque.

Briques d’énergie

Depuis quelques années, les Lego côtoient le cinéma de près avec une série de jeux vidéo qui retraverse des sagas comme Star Wars, Indiana Jones ou encore le Seigneur des Anneaux sous le signe de l’humour. Il est donc peu étonnant de les voir débarquer sur grand écran pour une aventure originale, réalisée par Phil Lord et Christopher Miller, à qui l’on doit Tempête de boulettes géantes et 21 Jump Street. La particularité esthétique de La Grande aventure Lego se trouve dans le respect total des jouets : tout est composé d’éléments existants dans le commerce, même lorsqu’il s’agit de la mer, de flammes ou d’explosions. Une volonté qui a permis de se détacher parfois de l’animation sur ordinateur pour créer certains plans en stop-motion. Mais trêve de technique, ce long métrage, c’est l’histoire d’Emmet (voix prêtée par Chris Pratt), un ouvrier qui mène une vie plus que banale, suivant à la lettre les règles de bonne conduite de sa ville qui prône un bonheur stérile et abrutissant. Derrière le travail en musique, l’absence de développement personnel et de créativité, le terrible Lord Business (Will Ferrell), dont le but est de figer tout à son goût à l’aide de colle. Une prophétie veut qu’un Maitre-Constructeur, ces Lego capables de créer d’incroyables choses à l’aide de leur esprit seul, trouve une pièce spéciale qui permettra à la rébellion de renverser le pouvoir. Une pièce que découvrira Emmet.

grande-aventure-lego-2

Exploitée en salle en 3D, La Grande aventure Lego nous projette à une échelle réduite qui, paradoxalement, fait preuve d’immensité. On peut se sentir si à l’étroit dans l’appartement d’Emmet que la première course-poursuite en ville semble s’étendre sur des dizaines de kilomètre de brique, et ce n’est encore qu’une infime partie de ce que réserve ce long métrage déjanté. C’est un vrai film d’action et d’aventure que proposent Phil Lord et Christopher Miller, offrant des univers variés, situations tendues et affrontements spectaculaires. La Grande aventure Lego déploie une énergie incroyable, tantôt galvanisante, tantôt fatigante – avoir manqué l’équilibre est probablement la faiblesse du film. Emmet, visiblement le messie (ordinaire) tant attendu, part dans une mission folle en compagnie de Cool-tag (Elizabeth Banks), Vitruvius (Morgan Freeman), Batman (Will Arnett) ainsi que d’autres personnages emblématiques, nombreux étant les clins d’oeil et références. A un rythme effréné, qui laisse toutefois place à l’émotion dans ses rares moments de halte, le film dénonce le formatage de l’esprit au travers du réveil créatif de tout à chacun. Grâce à des doublages d’excellente qualité – du moins en version originale –, on s’attache facilement à ces petits personnages drôles et parfois extravagants. Et cette oeuvre qui a du cœur derrière ses êtres de plastique, dotée de quelques plans fabuleux, s’adresse autant aux petits qu’aux grands. Concentré sans additif d’idées et d’énergie, La Grande aventure Lego est un film d’animation des plus délirants.

4 étoiles

 

La Grande aventure Lego

grande-aventure-lego-afficheFilm américain, australien
Réalisateurs : Phil Lord, Christopher Miller
Avec les voix de : Chris Pratt, Will Ferrell, Elizabeth Banks, Morgan Freeman, Will Arnett, Jonah Hill, Channing Tatum, Liam Neeson, Alison Brie, Charlie Day
Titre original : The Lego movie
Scénario de :
Durée : 100 min
Genre : Animation, Comédie, Aventure, Action
Date de sortie en France : 26 février 2014
Distributeur : Warner Bros. France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. Auto-promo tonitruante qui frappe fort en n’oubliant pas au passage son public. Une heureuse surprise… 3/4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *