[Critique] The Iceman (Ariel Vromen)

iceman

Nouvelle pierre à l’édifice des tueurs en série au cinéma qui trouvent leur origine dans la réalité. Michael Shannon campe dans The Iceman Richard Kuklinski, un homme de main qui aura refroidi une centaine de personnes du milieu des années 1960 au milieu des années 1980. Un thriller formellement classique, porté par son casting.

Double vie

On ne connait pas tout à fait Ariel Vromen, réalisateur israélien qui a affiche à son compteur une poignée de films qui n’auront pas trouvé le chemin des cinémas en France. Son nouveau film s’appuie sur un roman d’Anthony Bruno et un documentaire de Jim Thebaut pour dépeindre la vie d’un tueur en série d’origine polonaise, ayant servi au service de la mafia dans le New Jersey pendant une vingtaine d’années avant d’être arrêté par la police. Le film s’ouvre sur le visage vieilli par une barbe de Michael Shannon, enveloppé par les ténèbres. Des regrets quant à ces actes ? Aucun, déclare froidement le criminel. The Iceman retrace alors son parcours, de ses débuts dans un laboratoire de films pornos avant d’être pris, un peu par malchance, dans un engrenage meurtrier au service de Roy Demeo – joué par Ray Liotta, toujours cantonné au même rôle. De la mise en scène à la musique, tout s’inscrit dans les standards du genre, sans coup d’éclat ni accroc. L’intérêt que suscite ce long métrage se trouve dans la performance de Shannon, présentant à la fois un flegme reptilien – glaçante scène dans laquelle il abat un clochard en pleine rue à la demande de Demeo – et une propension à la véhémence, lorsque ses proches sont la cible de propos déplacés. Le premier meurtre est d’ailleurs une exécution qui trouve son origine dans un altercation verbale à propos de sa petite amie, Deborah (Winona Ryder). Le couple se marie, deux filles naissent de leur union. Une double vie débute pour Kuklinski qui, naturellement, cache sa « profession » aux siens.

iceman-michael-shannon

Le profil psychologique rappelle, par sa dualité, L’Etrangleur de Boston (Richard Fleischer), la maladie mentale en moins. Kuklinski n’agit pas sous d’obscures pulsions, il exécute les ordres et exécute les hommes sans broncher. Deux exceptions : ni femme, ni enfant. C’est par ses amis et un protégé de Demeo que la mécanique va s’enrayer, petit à petit, par les bavures de Josh Rosenthal (David Schwimmer) et la difficulté pour Kuklinski à camoufler complètement son funeste gagne-pain. L’impressionnant Michael Shannon trouve en Winona Ryder l’actrice idéale pour jouer cette femme aimante et ignorante des agissements de son époux tendre et protecteur. Dans le portrait établi par The Iceman, ce sont les paradoxes qui intriguent le plus. Leurs filles vont dans une école catholique, pourtant, Richard ne croit pas en Dieu comme le démontre une scène dans laquelle il offre à un James Franco suppliant la chance de prier, afin de voir si une intervention divine le sauvera de son sort. Et le parcours de Kuklinski l’amène à rencontrer un autre confrère expert en refroidissement, se déplaçant justement dans un camion de glace lui permettant de conserver des cadavres au frais, Mr. Freezy (Chris Evans). Une collaboration qui mènera la presse à utiliser le terme de « iceman », attribué à Kuklinski malgré les méfaits à quatre mains. Au bout de cette sombre histoire, dont le dernier segment est marqué par le danger touchant la famille du tueur, on pourra reprocher à Vromen l’absence de prise de risque – ou pour le moins, l’absence de singularisation – dans ses choix de mise en scène, mais il obtient une telle performance de Michael Shannon que le protagoniste seul suffit au film pour se démarquer de la moyenne. Conventionnel et efficace.

3 étoiles

 

The Iceman

the-iceman-afficheFilm américain
Réalisateur : Ariel Vromen
Avec : Michael Shannon, Winona Ryder, Ray Liotta, Chris Evans, David Schwimmer, James Franco
Scénario de : Ariel Vromen, Morgan Land, d’après un roman d’Anthony Bruno et un documentaire de Jim Thebaut
Durée : 105 min
Genre : Thriller
Date de sortie en France : 5 juin 2013
Distributeur : Metropolitan FilmExport


Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

2 commentaires

  1. Courtier immobilier

    fabuleux article, merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *