[Test Blu-ray] Crawlspace (Justin Dix)

crawlspace-blu-ray

Fiche Technique :

Crawlspace (2012) réalisé par Justin Dix
Avec : Amber Clayton, Ditch Davey, Eddie Baroo, Pota Sergeant
Durée : 87 min
Genre : Science-fiction, Thriller
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais, Français DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres : Français
Format d’image : 2.35:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Fox Pathé Europa

 

 

Synopsis :

Pine Gap, base secrète de la CIA dédiée aux manipulations génétiques, ne donne plus aucun signe de vie depuis quelques heures. L’unité de soldats d’élite envoyée sur place découvre alors avec stupeur un lieu qui paraît abandonné depuis des années et dont les occupants ont tous disparu. Dans cette base sous haute sécurité, certaines expériences ont mal tourné…

Mini-critique :

Premier long métrage de Justin Dix, superviseur d’effets spéciaux ayant notamment travaillé sur les épisodes II et III de Star Wars, Crawlspace est l’exemple typique du film à petit budget échouant dans sa volonté de jouer dans la cour des grands. D’abord sous l’influence d’un Alien – le retour, ce film de science-fiction plonge un commando de militaires dans les couloirs obscurs d’un centre de recherche secret où les victimes d’expérimentations se sont révoltées. Difficile de ne pas penser aux scènes de combats du film de James Cameron dans ces premières minutes paresseuses, laissant présager un simple « film de couloir », où les protagonistes erreront tout au long du film pour éliminer leur cible et s’évader. Crawlspace n’ira guère plus loin malgré un développement de deux personnages bousculant ces simples enjeux : Romeo (Ditch Davey), à la tête du commando, refuse d’abattre l’une des prisonnières, Eve (Amber Clayton), qu’il reconnaît comme sa femme, pourtant décédée. A partir de là s’étalera grossièrement – certains dialogues touchent à la récitation de la mécanique du récit – une sombre histoire d’expériences militaires afin de développer des soldats aux terribles pouvoirs psychiques. Les idées que balance en vrac Justin Dix pourraient fonctionner avec une écriture plus fluide et subtile, mais aussi, un budget plus conséquent. Hormis un sound design et des décors réussis, la misère technique s’impose dans la plupart des plans, et ce, dès l’affichage du titre du film à l’infographie médiocre. Un long tunnel au suspense maigre et à l’action peu engageante.

Bande annonce (VOST) :

 

Le Blu-ray

– Image :

En terme de définition, Crawlspace est solide. Les jeux de lumières jaunes, verts et rougeoyants qui guident les personnages dans les obscurs tunnels donnent une image sombre et contrastée. Un voile gris émerge de quelques plans mais ce transfert se caractérise plutôt par une absence de véritables défauts. Bon, malgré l’absence de qualités transcendantes sur le plan artistique.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Bien que les musiques du film s’avèrent particulièrement fades, imitant les orchestrations des blockbusters contemporains, la piste DTS-HD Master Audio 5.1 proposée par Crawlspace montre de grandes qualités acoustiques. De la répartition des effets sonores à leur précision, sans oublier le dynamisme de l’ensemble, tout concourt pour développer une ambiance sonore riche et immersive.

– Bonus :

– Bande annonce

 

Film :
1.5 étoiles
Image:
4 étoiles
Son :
4.5 étoiles
Bonus :
0 étoile
Avis Global :
1.5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

4 commentaires

  1. Je voudrais savoir, si possible, est-ce que les sous-titres sont FORCÉ lors de l’écoute de la trame sonore original anglaise (VO)? Peut t’on enlever les sous-titres? Merci!

  2. Bonjour Karl, je n’ai pas accès à ma platine blu-ray avant la fin de la semaine mais je vérifierai ça et vous tiendrai informer.

  3. Bonsoir Karl, après vérification, il n’est pas possible de désactiver l’affichage des sous-titres avec la piste anglaise.

  4. Merci Dom d’avoir pris le temps de regarder et de répondre à ma question, c’est très apprécié!

    Par contre, domage que l’on ne puisse pas enlever les sous-titres.

    Merci encore pour l’info 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *