[Test DVD] Anonymous (Roland Emmerich)

Fiche Technique :

Anonymous (2012) réalisé par Roland Emmerich
Avec : Rhys Ifans, Vanessa Redgrave, Joely Richardson, Sebastian Armesto, Rafe Spall, Edward Hogg
Durée : 124 min (pal speed up)
Genre : Drame, Historique
Pistes Audio : Anglais, Français, Allemand Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Français, Anglais, Arabe, Néerlandais, Finnois, Allemand, Norvégien, Suédois, Turc
Format d’image : 2.35:1
Résolution : 576p
Editeur : Sony Pictures Releasing France

 

 

 

Synopsis :

C’est l’une des plus fascinantes énigmes artistiques qui soit, et depuis des siècles, les plus grands érudits tentent de percer son mystère. De Mark Twain à Charles Dickens en passant par Sigmund Freud, tous se demandent qui a réellement écrit les œuvres attribuées à William Shakespeare. Les experts s’affrontent, d’innombrables théories parfois extrêmes ont vu le jour, des universitaires ont voué leur vie à prouver ou à démystifier la paternité artistique des plus célèbres œuvres de la littérature anglaise.
A travers une histoire incroyable mais terriblement plausible, « Anonymous » propose une réponse aussi captivante qu’impressionnante. Au cœur de l’Angleterre élisabéthaine, dans une époque agitée d’intrigues politiques, de scandales, de romances illicites à la Cour, et de complots d’aristocrates avides de pouvoir, voici comment ces secrets furent exposés au grand jour dans le plus improbable des lieux : le théâtre…

Mini-critique :

L’idée originale est des plus séduisantes : illustrer en images l’hypothèse que William Shakespeare n’était pas le dramaturge de génie derrière Hamlet, Roméo et Juliette ou encore Le Roi Lear. Le scénario d’Anonymous s’avère réussi, lui même respectant les codes de la tragédie classique, avec son lot de manipulations, de trahisons et de funestes destins. Mais voilà, derrière la caméra se trouve Roland Emmerich, réalisateur de blockbusters qui ne font pas dans la dentelle, d’Universal Soldier à 2012, et, sans surprise, sa mise en scène se montre des plus médiocres. Avec un éléphant dans un magasin de porcelaine, le résultat aurait pu être bien pire, mais si l’entreprise parvient à tenir la route, c’est avant tout grâce à une superbe reconstitution de la cour d’Elizabeth Ire d’Angleterre et la profondeur du jeu de certains acteurs, notamment Rhys Ifans, dans le rôle du comte d’Oxford, qui serait à l’origine des œuvres attribuées à Shakespeare. Même en terme de découpage, le cinéaste allemand montre qu’il ne maîtrise aucunement la construction d’une séquence en terme d’intensité dramatique. Le théâtre comme arme politique capable d’un soulèvement populaire et de modifier le destin d’un royaume : oui ! Le cinéma d’Emerich à la hauteur d’un tel sujet ? non, hélas !

Bande annonce (VO) :

 

Le DVD

– Image :

Cette édition DVD est bien peu généreuse en terme de définition et de piqué, l’image est si douce que les détails s’évanouissent totalement dans les plans d’ensemble. Côté colorimétrie et contraste, il n’y aucun soucis à relever ; les noirs manquent seulement de profondeur dans une poignée de scènes. Aucun bruit numérique ne vient parasiter l’image.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Un mixage en dolby digital 5.1 assez bien équilibré – les voix sont toutefois quelque peu noyées dans l’ensemble sur les premières scènes du film. Les faiblesses de cette piste audio se trouvent dans son dynamisme, à l’amplitude réduite.

– Bonus :

– Commentaire audio de Roland Emmerich et du scénariste John Orloff
– Scènes supplémentaires (2:52)
– Qui est le vrai William Shakespeare ? (10:14)
– Bandes annonces : Le Stratège, Restless

 

Film :
2 étoiles
Image:
3 étoiles
Son :
4 étoiles
Bonus :
2.5 étoile
Avis Global :
2 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. Zut, j’aurais bien aimé le voir au cinéma. Je vais me contenter du DVD.
    L’histoire est vraiment très originale : dévoiler un complot de cette ampleur ne peut que donner un film originale. Sur le contenu je suis déjà conquise, après concernant le travail du réalisateur je réserve mon jugement.
    Je vous tiens au courant dès que l’ai visionné 😉

    Cordialement,
    Laure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *