Vivre en 3D selon James Cameron

Depuis le succès d’Avatar, l’un des rares films à exploiter la 3D élégamment, James Cameron semble possédé par le démon aux binocles polarisées. Après avoir donné sa bénédiction à Sanctum, James Cameron annonce qu’il s’associe au directeur de la photographie Vince Pace pour fonder le Cameron – Pace Groupe (CPG). Leur mission : démocratiser la 3D à toutes les sauces.

La 3D au cinéma, c’était marrant une fois, deux fois, trois fois ; mais maintenant, qui éprouve du plaisir à payer sa place de cinéma encore plus chère qu’elle ne devrait être pour voir un film converti en 3D et donc moche (Alice au pays des merveilles) ou bien, dans le meilleur des cas, pensé en 3D mais tout aussi inabouti (Tron : L’héritage) ?
La mode des films en 3D ne touchera pas à sa fin de si tôt malgré l’effort de certains réalisateurs. Saluons Zack Snyder et son Sucker Punch médiocre mais en 2D, Gore Verbinski avec son Rango, film d’animation 3D en 2D, une espèce en voie d’extinction ; ou encore Christopher Nolan qui tourne actuellement Batman : The Dark Knight Rises à l’ancienne. Mais le CPG va rappeler à l’ordre ces résistants qui finiront probablement éjectés du royaume hollywoodien s’ils ne cèdent pas à la tentation ou aux pressions des studios ; le groupe de Cameron vise à étendre la présence mondiale de la 3D, sous toutes ses formes en multipliant les films, les évènements culturels et sportifs, ainsi que les publicités en relief. Les intentions du CPG ne s’arrêtent pas là, il est question de développer de nouvelles caméras et outils qui permettront aux cinéastes et techniciens de bénéficier d’une technologie de plus en plus simple et poussée.

On compte à l’heure actuelle six films en production avec le soutien du CPG : Pirates des Caraïbes – La fontaine de jouvence de Rob Marshall, un remake de 47 Ronins – avec Keanu Reeves, si, si ! -, L’invention de Hugo Cabret de monsieur Martin Scorsese, Les Trois Mousquetaires de Paul W.S. Anderson – oui, le mois d’Avril est propice aux blagues mais ça n’en n’est pas une, bande-annonce à l’appui ! -, Life of PI de Ang Lee et le dernier épisode des robots de Michael Bay, Transformers : Dark of the Moon (à ne pas associer avec un mythique album de Pink Floyd).

Autrement dit, si vous adorez la 3D, c’est une ère de volupté qui vous attend, mais pour les autres, le calvaire ne fait que commencer puisque James Cameron est catégorique : le futur sera en 3D. (Une phrase à prononcer d’une voix sinistre avec énormément de résonance sur le « D ».)
Imaginez un peu ce que l’avenir nous réserve : nous allons pouvoir revoir Douze hommes en colère en 3D – Sidney Lumet, paix à son âme -, regarder la chronique de l’inepte et maniérée Tania Bruna-Rosso du Grand Journal comme si nous étions sur le plateau, pénétrer au coeur de la publicité infâme du Thalys et pourquoi pas, s’asseoir à côté de John Hamm François Fillon aux séances de l’Assemblée nationale – tout ça, en string Borat depuis son canapé !

Elle est pas belle la vie en 3D selon James Cameron ?

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

3 commentaires

  1. Moi qui pensais que les spectateurs commenceraient à se lasser de ces films qui perdent de la qualité, se reposant quasiment que sur ce procédé, et de ces lunettes inconfortable xx

    Après je suis obligé de faire un parallèle avec le passage du muet au parlant . Les premier films parlant n’étaient en effet par forcément géniaux les réalisateurs simplifiaient souvent leur réalisation pour pouvoir faire avec les contraintes d’enregistrement du sons et certains artistes comme Chaplin s’y opposé fermement .

    Alors qui sait peut être que dans 10 ans , 3D ne rimera plus avec production américaine grand public faite pour engraisser les studios

    Romain

  2. La 3D, c’est bien aussi! Y a qu’à voir les films réellement pensé pour ce format (citer Tron, hum, hum) comme Le Drôle de Noel de Mr Scrooge et le meilleur d’entre tous : Hell Driver TOURNE en 3D.

  3. @Romain, le problème, c’est que certains spectateur n’ont pas le choix. Pour ma part, j’aurais bien aimé voir Hell Driver, et quand je suis passé au cinéma, j’avais en plus oublié mes lunettes – double peine ! Du coup, je n’y suis pas allé et j’attendrais une sortie en vidéo…

    Je ne sais pas si c’est comparable avec l’évolution muet / parlant ou même noir & blanc / couleur. Disons que ces améliorations ont rapproché le cinéma du réel, mais la 3D est une déviation de la perception du réel. Mais c’est surtout l’aspect monétaire qui me dérange : ils gonflent le box office par cette méthode et, à l’heure actuelle, on ne facture pas plus cher un film qu’il soit en noir & blanc ou en couleurs 😉

    @Marvelll, eh bien dans ma réponse à Romain tu vois pourquoi j’ai été privé de Hell Driver. Perso, c’est un gadget dont je me suis lassé et même la plus grande réussite en 3D, Avatar, m’a procuré plus de plaisir en le visionnant en blu-ray, en 2D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *