Critique : Machete (Robert Rodriguez, Ethan Maniquis)

Machete - Robert Rodriguez

Machete

Film américain
Réalisateur : Robert Rodriguez, Ethan Maniquis
Avec : Danny Trejo, Jessica Alba, Michelle Rodriguez, Robert De Niro, Steven Seagal, Lindsay Lohan, Elise Avellan, Electra Avellan, Tom Savini, Tommy Nix,Don Johnson, Cheech Marin, Jeff Fahey
Scénario de : Robert Rodriguez, Alvaro Rodriguez
Directeur de la photographie : Jimmy Lindsey
Monteurs : Robert Rodriguez, Rebecca Rodriguez
Durée : 105 mn
Genre : Action, Comédie
Date de sortie en France : 1er décembre 2010

 

 

 

 

La trame :

Machete, ancien agent fédéral, mépris pour un ouvrier sans papier mexicain, est engagé pour assassiner un sénateur. Piégé, Machete doit utiliser la force pour sauver sa peau et rétablir la vérité.

 

Bande Annonce (VOST) :

 

Critique

2007 est une année exceptionnelle pour Robert Rodriguez ; en plus d’éclipser le Boulevard de la mort de Tarantino avec un monument d’action gore et de second degré, Planète Terreur, sa fausse bande-annonce Machete, utilisée entre les deux segments du projet Grindhouse, rencontre un succès tel que le film est réclamé par tous. Repoussé à maintes reprises, l’annonce d’une distribution dopée aux célébrités en tout genre (Robert De Niro, Lindsay Lohan, Steven Seagal, Jessica Alba, Michelle Rodriguez) a rendu l’attente de ce long-métrage – où Danny Trejo, cousin de Robert Rodriguez, trouve enfin un premier rôle – longue et excitante.

Danny Trejo - Michelle Rodriguez

Créer un long-métrage à l’aide de séquences disparates d’une bande-annonce survoltée est un exercice périlleux. Robert Rodriguez intègre son mexicain maniant la machette comme nul autre au milieu d’un complot politique ayant pour but de faire élire gouverneur du Texas un sénateur anti-mexicain, John McLaughlin (Robert De Niro), qui s’adonne à la chasse – au sens strict du terme – aux immigrés la nuit tombée. Machete – joué par l’impressionnant Danny Trejo qui a fêté ses 66 balais cette année –, payé pour abattre le sénateur lors d’une conférence, est piégé par ses commanditaires, qui recherchaient la médiatisation de la tentative d’assassinat dans le but de recevoir la sympathie et le vote des citoyens américains.

Robert De Niro

A la frontière d’El Mariachi, premier film de Rodriguez, réalisé à la sueur de son front et grâce à une détermination inouïe, et de son précédent opus à la sauce grindhouse, Machete lorgne du côté du médiocre Black Dynamite (Scott Sanders), film hommage au cinéma d’exploitation, et plus précisément, de la blaxploitation. L’intrigue, poussive, rebute par un déplorable manque d’humour et des dialogues écrits à la machette. Alors que Planète Terreur – impossible de ne pas prendre appui sur ce film pour souligner les défauts de Machete – enchaîne les séquences d’actions gores et originales, ponctuées de savoureuses répliques, déclamées par ses personnages délirants, Machete confronte des personnages fades dans un contexte politique qui manque de burlesque pour séduire. Jessica Alba et Michelle Rodriguez héritent de protagonistes créés dans le but de combler le vide permettant à Machete de passer du format court et condensé de la bande-annonce à celui de long-métrage. Tout est phagocyté par un terrible manque d’inspiration qui s’attaque également aux combats et massacres, expéditifs, même le duel improbable entre Steven Seagal, le vilain ultime, et Danny Trejo. On capte pourtant la volonté de réussir à renfort d’apparitions qui firent le succès de Planète Terreur – oui, je sais, je continue avec ce film. Quelques scènes sont offertes à Tom Savini, Electra et Elise Avellan (les nièces du réalisateur) ou encore Tommy Nix, qui malheureusement, ne disposent pas du matériau nécessaire pour briller.

Lindsay Lohan

Robert De Niro, en détestable politicien véreux et opportuniste, offre une performance à la hauteur de sa réputation et Lindsay Lohan, poursuivie par ses frasques jusque dans la fiction, en fille à papa amenée à porter la robe de nonne, égaient quelque peu ce récit anecdotique sur les enjeux de l’immigration où Danny Trejo est balloté stérilement. Robert Rodriguez, épaulé à la réalisation par Ethan Maniquis, manque le coche, loin des conseils avisés de son ami Quentin Tarantino, véritable garant des bobines marquantes de sa filmographie (Une Nuit en Enfer, Sin City, Planète Terreur).

Il y a des Mexicains qu’il ne faut pas chercher, et des films qu’il ne faut pas réaliser.

Note : 2/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

15 commentaires

  1. On l’a voulu, on l’a eu, un grand coup…. L’affiche reste pas mal tout de même.

  2. Vais le voir quand même, hâte de juger.

  3. J’ai hâte de le voir aussi afin de juger.

    Je suis persuadé que c’est comme desperado, que j’ai adoré d’ailleurs (le 1 comme le 2).

    Ils sont d’ailleurs noté pareil sur IMDB.

    Je suis très curieux du coup Dom !

  4. bon personnellement j’ai bien aimé ce film, je suis un aficionados de trejo et rodriguez, mais certes je comprends que ce film divise!!!

  5. Malheureusement, le film se fait descendre un peu partout. Ca ne me surprend pas trop. Je n’aime pas du tout Robert Rodriguez. Je ne lui trouve aucun talent. Ses films sont poussifs et je suis de ceux qui préfèrent 100 fois Boulevard de la mort à Planete terreur.

  6. @Marvelll et Bobox, eh bien, je n’ai qu’une chose à vous dire : bon courage !

    @maximus, ma déception est d’autant plus grande que Trejo et Rodriguez ont toute ma sympathie.

    @Pitivier, en fait, je préfère Planète Terreur parce que Rodriguez est vraiment rentré dans l’esprit grindhouse alors que Death Proof, que j’apprécie beaucoup, montre trop la patte de Tarantino au détriment de la série B old school. Mais cette course poursuite finale, quelle claque !

  7. Tiens, je ne m’attendais pas à ce que tu sortes une telle critique négative du film, comme quoi. Mais c’est sûr que si tu ramène tout à Planète Terreur (qui est un film d’épouvante horreur plus qu’un film d’action pure), on n’est pas rendu!

    http://cine-emotions.blog4ever.com/blog/index-321516.html

  8. Je suis le premier surpris par ma réaction au film ! Je ne le compare pas à Planet Terror au niveau du genre, mais au niveau du style. Il suffisait à Rodriguez de transférer les mêmes formules pour réussir : rythme soutenu, situations improbables, humour potache (…) Des éléments qu’on retrouve avant le très bon générique mais ensuite *pfiou* disparus !

  9. A mon avis, tu devrais revoir ce film car je pense que tu es passé complètement à coté. Je n’aime pas Robert Rodriguez mais là, j’ai une furieuse envie de le défendre tellement j’ai trouvé son film bandant.

    « L’intrigue, poussive, rebute par un déplorable manque d’humour et des dialogues écrits à la machette. »
    intrigue poussive, dialogues écrits à la machette… Bien vu c’est le concept. Non sérieux, c’est franchement très bon. Des personnages tous excellents, des méchants à se pisser dessus et des dialogues…. Machete don’t text. Cultes. D’ailleurs, comment peux tu écrire qu’il n’y a pas d’humour. Le film en est bourré. Et puis Machette, c’est quand même un film d’action sévèrement burné. Le meilleur de l’année sans doute. Autant planet terror m’avait profondément emmerdé, autant Machete m’a fait triper.

    Allez, laisse passer les fêtes et redonne lui sa chance en vidéo. Tu devais être fiévreux ce jour là. C’est pas possible autrement.

  10. Franchement Pitivier, j’ai aucune envie de le revoir et j’étais parfaitement prêt – et en forme – à découvrir le film. Tout ce que tu encenses dans Machete, je le trouve dans Planet Terror. « Machete don’t text », ça vaut pas le monologue tarantinesque de l’infirmière qui explique le fonctionnement de ses seringues. De même que le délire du « gang motorisé » de Planet Terror, avec sa mini moto, est replacé en bien moins fun à la fin de Machete, avec les bagnoles à suspension hydrauliques. Et puis, dans PT, ce délire (potache) du scientifique qui collectionne les testicules… Enorme !

    Nan, vraiment, au bout d’une heure de film, j’ai regardé ma montre et ça m’arrive moins d’une fois par an au cinéma ! Et toi, c’est quand que tu as vu Planet Terror pour la dernière fois ? C’est peut-être le bon moment pour t’y remettre et de le réévaluer.

  11. Enorme les suspensions hydrauliques. J’ai failli m’étrangler tellement le rigolais. Planet Terror, peut être un jour si je me fait un trip grindhouse. Il faudra que je me re telecharge le mkv. Mais globalement, zombies et humour ne vont pas ensemble chez moi. Quoi Shauwn Of The Dead ? Je n’aime pas non plus. Il y a bien Zombieland, mais n’importe quel nanard avec Woody est un régal.

  12. Shawn of the dead j’adore, humour anglais et jeu sur les codes du genre, franchement, je ne m’attendais pas à ça ! Pareil pour Zombieland mais qui tient plus du feel good-movie en milieu « zombiesque ». Sinon, à ne pas voir dans l’humour zombie : « Zombies Zombies Zombies Strippers vs Zombies » (oui avec un titre pareil fallait le vouloir pour le voir)

  13. Je viens de voir le film et je suis d’accord avec toi, c’est franchement plutôt mauvais mais quelques bonnes scènes sauvent le film. Je lui ai mis la moyenne pour ça.

  14. Je l’ai pas vu de la même façon, cela dit c’est vrai que c’est très léger à côté de son pote Tarantino, ça manque de style. Pour moi Machete est un un bon délire qui divertit tranquillement, et ça fait plaisir de s’écarter des académismes poisseux. Un cinéma de salle gosse

  15. Je n’ai pas encore vu Machete et je vois que les avis sont franchement partagés. Les critiques l’ont plutôt bien noté ce qui va donc me tenter 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *