David Lynch pousse à nouveau la chansonnette

David Lynch - Good day today - I know

Depuis l’impressionnant INLAND EMPIRE, sorti en 2006, le monde du cinéma n’attend que la prochaine baffe filmique de David Lynch. L’artiste aux talents multiples nous surprend en nous offrant deux nouvelles chansons.

La musique et David Lynch, c’est une histoire d’amour qui date. Toujours utilisées comme vecteurs d’émotions, créatrices d’atmosphères oniriques ou oppressantes, les musiques sélectionnées par David Lynch (et/ou composées par Angelo Badalamenti) pour sublimer ses films, proviennent d’horizons variés, de toutes époques, bien que l’influence des années cinquante soit majeure, notamment dans Twin Peaks, Blue Velvet et Mulholland Drive.

Outre son film musical Industrial Symphony N°1 (1990) et la production de l’album de Julee Cruise, The Voice of Love quelques années après, David Lynch nous a déjà montré ses talents de musicien, il y a presque dix ans déjà. En 2001, il compose avec John Neff, BlueBob, un album de rock expérimental à l’influence boogie tenace. Les meilleures compositions sont intégrées au long-métrage suivant de David Lynch, l’immanquable Mulholland Drive (dont le test du blu-ray arrivera prochainement ici). Pour INLAND EMPIRE, David Lynch travaille à nouveau en studio pour créer des morceaux d’une grande noirceur, dont certains sont composés avec le pianiste polonais Marek Zebrowski.

Novembre 2010, David Lynch est de retour, seul, pour deux morceaux aux styles radicalement opposés ; commençons d’ailleurs par le plus singulier, Good day today :

Surprenant de simplicité, autant rythmique que tonale, Good day today est dans la veine de l’électro-pop que produit le groupe Au Revoir Simone. La voix de Lynch est fortement déformée par un vocoder et, hormis l’intégration de samples pour ponctuer certaines phrases, la chanson se montre très linéaire.

Plus intéressant – à mon sens –, le morceau I know :

Une lente et écrasante batterie ainsi qu’un orgue funèbre introduise le chant plaintif et lo-fi de David Lynch ; une guitare électrique délivre ses notes avec parcimonie : on reconnait parfaitement l’artiste derrière BlueBob. Lancinant et lugubre, I know est parcouru de sonorités éthérées qui font de lui une parfaite composition pour illustrer un nouveau long-métrage… mais pour quand ?

Les deux morceaux sont disponibles à l’achat sur itunes et peuvent être précommandés sur ce site pour une sortie en vinyl et CD prévue le 31 janvier 2011.

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *