Buffy aura droit à son reboot

Buffy

Buffy Summers, la célèbre tueuse de vampires incarnée par Sarah Michelle Gellar retrouvera les salles obscures en passant par la case reboot.

L’ère du reboot n’épargne donc personne à Hollywood, on pensait avoir définitivement perdu de vue Buffy Summers, née de la plume de Joss Whedon pour un film lamentable en 1992, pour mieux trouver le succès sur le petit écran avec la luisance de Sarah Michelle Gellar. Durant sept saisons, produites de 1997 à 2003, Buffy botta le fion d’innombrables créatures de la nuit et perdit en cours de route de nombreux êtres chers – mais pas toujours de chair. En quittant nos téléviseurs, elle emporta également Sarah Michelle Gellar, son interprète à la carrière cinématographique désertique depuis l’arrêt de la série – j’ai surtout retenu son amusant rôle de star du porno dans Southland Tales de Richard Kelly.

Buffy contre les vampires

C’est Warner Bros. qui tire les ficelles derrière cette remise à jour d’un personnage qui, aujourd’hui, ne peut faire appel qu’à un public de nostalgiques, car entre les adorateurs des insipides Twilight et les convertis au sang frais de la violente et érotique série True Blood, on est en droit de se demander à qui d’autre s’adresserait ce long-métrage, dont les personnages et l’univers devraient rester enterrés dans des souvenirs d’adolescents. Faudrait-il encore que Sarah Michelle Gellar soit de la partie… Une seule chose est certaine à l’heure actuelle, Joss Whedon, le créateur, n’est pas impliqué dans cette affaire.

Alors, les accros de Buffy contre les vampires, prêts pour de nouvelles aventures nocturnes ? Sous quelles conditions ?

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

3 commentaires

  1. Ralala.. tout ça parce qu’on est en pleine vampires-mania ^^ »
    Et toi, tu en penses quoi ??

  2. Eh bien, Buffy, pour moi, c’est un sacré souvenir d’ado. Y avait un côté un peu « occulte » à regarder les premières saisons entre amis, tard le soir – bah oui à cet âge là on ne fait pas encore de nuit blanche ! Je pense surtout que ça fonctionnait grâce à la complicité palpable des acteurs, chacun était bien dans son rôle. Donc ici, sans eux, je ne vois pas ce qu’on peut faire de propre. Pour moi, ça va être comme utiliser le nom « Resident Evil » pour les films de Paul W.S. Anderson qui n’ont que d’étroits liens avec les jeux vidéo ; du marketing en somme !

    Et toi, qu’en penses-tu ?

  3. c’est trop la joie de voir ce qu’on aime se faire piller encore une fois.
    ca va etre laid et pathtetique.
    Merci WB.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *