Test Blu-ray : Il Maestro di Vigevano

Fiche Technique :

Il Maestro di Vigevano (1963) réalisé par Elio Petri
Avec : Alberto Sordi, Claire Bloom, Vtio De Taranto, Guido Spadea, Piero Mazzarella, Tullio Scovazzi
Durée : 109 min
Genre : Comédie dramatique
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Italien DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-titres : Français (obligatoires)
Format d’image : 1.85:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : StudioCanal

 

Synopsis :

Dans la petite ville de Vigevano, capitale lombarde de la chaussure, Antonio Monbelli gagne sa vie comme instituteur. Mais il doit faire face aux plaintes quotidiennes de sa femme qui aspire à un train de vie meilleur. Un jour, celle-ci trouve un emploi d’ouvrière dans une petite usine de la ville. Pour Monbelli, c’est à la fois un affront, une honte et le début d’une remise en question.

Le film :

Troisième long métrage d’Elio Petri, produit par Dino de Laurentiis, Il Maestro di Vigevano est l’adaptation du roman éponyme de Lucio Mastronardi. Début des années 1960 à Vigevano, capitale de la chaussure en Lombardie comme nous le décrit Antonio Mombelli (Alberto Sordi), narrateur et protagoniste de cette satire prenante, douce-amère, partagée entre la force comique de son comédien principal et le triste constat que porte Elio Petri sur le changement de paradigme de la société italienne : si être instituteur, métier exercé par Monbelli, était auparavant un signe de réussite, de prestige dans la société, aujourd’hui, il vaut mieux être ouvrier pour Bugatti, l’industriel qui écoule plusieurs centaines de paires de chaussures chaque jour. Effectivement, les ouvriers sont bien mieux payés que le corps enseignant, dont le labeur est désormais déconsidéré dans un monde de plus en plus matérialiste. Monbelli pourrait être un père de famille heureux malgré un fils mauvais élève, mais sa femme Ada (Claire Bloom) rêve d’un meilleur train de vie que ne peut pas lui offrir son mari. Elle veut travailler, ce qui serait une humiliation pour Antonio, ou bien faire travailleur leur fils, le comble de la honte.

Soudain, le quotidien de Mombelli et son tranquille foyer se retrouvent alors chamboulés, pris dans une logique contagieuse de gagner sa vie et de l’exposer fièrement. La connaissance ne pèse plus rien face à une conception matérialiste et capitaliste du quotidien. S’en suivent des désastres personnels, pour un monde voué à péricliter, insidieusement. Cette œuvre méconnue d’Elio Petri se montre absolument formidable, par ce qu’elle dépeint de la société italienne, précieux témoignage qui aide à comprendre les diverses mutations qui nous amènent à mettre en perspective la situation actuelle où la culture et l’éducation ont cruellement reculé, mais aussi par ses qualités cinématographiques. La mise en scène est ample, réfléchie, et le film navigue aisément entre deux versants, l’un comique et l’autre mélodramatique. Petri parvient même à composer quelques séquences fantasmées fantastiques, grâce au talent d’Alberto Sordi mais aussi de géniales astuces de mise en scène. Brillamment interprété et accompagné d’une belle bande originale de Nino Rota, le fondamentalement tragique Il Maestro di Vigevano est un long métrage qui mérite à être redécouvert aujourd’hui.

 

Le Blu-ray

– Image :

Il Maestro di Vigevano nous invite dans sa ville de Lombardie par les airs, avant de poser son regard sur l’instituteur : mais là encore, la vision d’Elio Petri et du chef opérateur Otello Martelli (grand collaborateur de Federico Fellini) mènent à des cadres avec d’impressionnantes lignes de fuite. En dehors de la salle de classe et de l’appartement des Monbelli, la profondeur de champ s’étend souvent, offrant une myriade de jolis détails urbains. C’est un noir et blanc somptueux que l’on découvre sur ce blu-ray, avec sa texture 35 mm, et aucune vilaine trace des années passées. Hormis un très léger fourmillement de certaines basses lumières dans de rares plans, et un peu de variation, vraiment légère, de la profondeur des noirs, c’est une image tout à fait remarquable qui est présente sur ce disque.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Le mixage mono d’origine a été abandonné au profit d’un mixage stéréo en DTS-HD Master audio. L’intérêt de la spatialisation frontale peut être questionné mais le mixage se montre proche de la perfection, avec des voix parfaitement claires et détachées des belles compositions de Nino Rota, évoquant parfois son merveilleux travail sur Les Nuits de Cabiria. Les effets sonores se limitent à ceux du quotidien urbain, du chahut d’une salle de classe et des machines d’usine à chaussures. Quelques craquements se font entendre sur quelques secondes du chapitre 2, et hormis cet élément mineur, aucun souci n’est à signaler.

– Bonus :

Les bonus sont en haute définition.
– Préface de Jean-Baptiste Thoret (12 min)
Il Maestro di Vigevano revu par Paola Pietri, Jean Gili et Philippe Rouyer (53 min)

Annotations :

Ce film fait partie de la collection « Make my day ! » du réalisateur et critique Jean-Baptiste Thoret, qui comptait déjà auparavant huit longs métrages. Cette édition présente le film sur deux disques, en DVD et en Blu-ray.

 

Film :
4.5 étoiles
Image:
4.5 étoiles
Son :
4 étoiles
Bonus :
3.5 étoile
Avis Global :
4 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.