Test Blu-ray : Sing Street

Fiche Technique :

Sing Street (2016) réalisé par John Carey
Avec : Ferdia Walsh-Peelo, Lucy Boynton, Jack Reynor, Aidan Gillen, Mark McKenna, Don Wycherley
Durée : 106 min
Genre : Comédie dramatique, Musical
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais, Français DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres : Français (forcés en VO), Français pour sourds et malentendants
Format d’image : 2.39:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : TF1 Vidéo

 

Synopsis :

Dublin, années 80. La pop, le rock, le métal, la new wave passent en boucle sur les lecteurs K7, vibrent dans les écouteurs des walkmans et le rendez-vous hebdomadaire devant  « Top of the Pops » est incontournable.
Conor, un lycéen dont les parents sont au bord du divorce, est obligé à contrecœur de rejoindre les bancs de l’école publique dont les règles d’éducation diffèrent de celles de l’école privée qu’il avait l’habitude de fréquenter.
Il se retrouve au milieu d’élèves turbulents qui le malmènent et de professeurs exigeants qui lui font rapidement comprendre qu’en tant que petit nouveau, il va devoir filer doux. Afin de s’échapper de cet univers violent, il n’a qu’un objectif : impressionner la plus jolie fille du quartier, la mystérieuse Raphina. Il décide alors de monter un groupe et de se lancer dans la musique, univers dans lequel il ne connait rien ni personne, à part les vinyles de sa chambre d’adolescent. Afin de la conquérir,  il lui propose de jouer dans son futur clip.

Le film :

Suite au bric-à-brac marqué de l’empreinte du cinéma indé américain, en bien et en mal, de New York Melody, John Carney reste dans le monde de la musique pour se diriger vers Dublin, au milieu des années 1980. Dans une ville sans perspective d’avenir, le jeune Conor (Ferdia Walsh-Peelo) se voit envoyé par ses parents dans une école catholique stricte où, à l’aide des autres rejetés dont il fait partie, il va monter un groupe de pop rock pour impressionner une mystérieuse fille plus âgée, Raphina (Lucy Boynton). Grâce à une bande originale nostalgique qui ravive des tubes de Duran Duran, The Cure ou encore de Genesis mais surtout une bande de jeunes comédiens charmants, Sing Street se positionne comme un feel good movie bien plus séduisant que le précédent long métrage du cinéaste irlandais, fort poussiéreux. Il y a ici une vraie tendresse, des épreuves et remords surmontés par l’envie d’avancer et de créer, de s’unir contre l’ordre établi représenté par le frère Baxter (Don Wycherley). Et tout ça, sans perdre le fil conducteur, cette histoire d’amour proscrite par une différence d’âge et la présence d’un petit ami. Bien que l’énergie décroissante et que l’écriture, toujours portée vers un optimisme sans faille et parfois naïf, nuisent à la seconde partie du film, Sing Street parvient à son chapitre final sans entacher sa partition somme toute classique. A noter la présence de Jack Reynor, excellent en grand frère et mentor musical.

Bande annonce (VO) :

 

Le Blu-ray

– Image :

Dans ses extérieurs et intérieurs, Sing Street fourmille de détails fins avec une colorimétrie et des contrastes infaillibles. Des répétitions dans une salle à manger aux tournages de clip en extérieur, le film montre un piqué très satisfaisant quelle que soit la profondeur de champ. On trouvera toutefois parfois des traces de compression mais surtout du fourmillement dans les basses lumières de certains intérieurs. Des défauts légers, peu prononcés.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
On pourrait penser à un problème d’encodage au début du film, seule la partie frontale de l’installation étant sollicitée par la piste audio en DTS-HD MA 5.1. Il s’agit en fait d’un étrange choix en terme de mixage et de spatialisation : les enceintes arrières ne sont actives que pour les scènes musicales ou presque. Sans déséquilibrer le dynamisme, ce mouvement de va-et-vient entre les différentes enceintes surprend, d’autant que de nombreuses scènes auraient pu profiter de la spatialisation – les scènes d’école notamment. Au centre, les voix sont parfaitement placées. A noter la présence de sous-titres pour sourds et malentendants.

– Bonus :

Les bonus sont en haute définition.
– Le choix du casting (2 min)
– Autour de la musique (3 min 30)
– Making of (5 min)
– Clip Go now (3 min 50)
– Clip « Drive it like you stole it » (3 min 36)

 

Film :
3.5 étoiles
Image:
4 étoiles
Son :
3.5 étoiles
Bonus :
3 étoile
Avis Global :
3.5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *