Critique : Tu ne tueras point

Dix ans après Apocalypto, Mel Gibson signe son retour derrière les caméras avec Tu ne tueras point, un film consacré à Desmond Doss, un médecin qui ne toucha pas la moindre arme à feu lors de la meurtrière bataille d’Okinawa pendant la Seconde Guerre Mondiale. Une œuvre au montage très classique mais prenante par son réalisme et la bravoure spectaculaire de son protagoniste.

Soldat sans arme

L’Amérique salue ses héros : alors que le magistral Sully de Clint Eastwood, dépeignant l’amerrissage incroyable d’un airbus dans l’Hudson river, arrivera en France le 30 novembre, Mel Gibson rend hommage à un héros de la Seconde Guerre Mondiale, Desmond Doss, qui sauva la vie à plus d’une cinquantaine de ses frères d’arme alors qu’il n’en portait aucune. Joué par un Andrew Garfield déterminé et robuste, Desmond Doss est un protestant qui ne croit pas en la violence, décidé à servir son pays en rejoignant l’armée mais sans pour autant s’entraîner avec un fusil. Inutile de préciser que Desmond essuie la colère de ses supérieurs mais aussi de ses camarades, dont les passages à tabac n’auront pas raison de la volonté de fer du jeune engagé. Dans un montage linéaire – probablement le plus gros point noir de ce film –, Mel Gibson retrace le destin de Desmond Doss, de son enfance où la figure paternelle, vétéran de la Grande Guerre, n’est que violence et alcool, jusqu’à ce débarquement à Okinawa, à Hacksaw Ridge très exactement, falaise masquant un terrain défendu comme des damnés par des japonais retranchés dans des bunkers et grottes. Et peut-être que le film s’attarde un peu trop sur le passé de Doss, au détriment de l’après – le film ne précisera pas le triste sort du héros après la guerre – mais il permet de saisir les croyances du jeune homme, tout comme l’amour qui le faisait vibrer pour Dorothy Schutte (Teresa Palmer).

tu-ne-tueras-point-garfield-vaughn

On ne s’étonne presque pas de voir Vince Vaughn dans le rôle sérieux du sergent Howell, probablement grâce à sa démonstration dans la décevante saison 2 de True Detective. Malgré ses bagages de rigolo, l’acteur montre aux côtés de Garfield l’une de ses meilleures compositions, entre autorité militaire et tendresse presque paternelle. Pour les séquences d’affrontement, le cœur du film, Mel Gibson repousse les limites du réalisme et de la violence : lorsque les premières balles fusent, les hommes tombent comme dans pantins sans vie avec une brutalité déstabilisante. Lorsque les obus retombent, la chair et les membres volent en éclat dans une fureur absolue. Un carnage, un vrai. Et au milieu de ce chaos de flammes et de sang, Desmond Doss virevolte comme un oisillon, à l’affût du moindre blessé auquel il pourrait venir en aide, et ce, même après le repli des troupes et le bombardement de la Navy : s’il peut sauver une vie de plus avec l’aide de Dieu, alors il aura accompli sa mission. L’héroïsme de Desmond Doss est tel qu’on pourrait croire à un délire de la part des scénaristes Robert Schenkkan et Andrew Knight, et pourtant, tout ce qui se passe sur le terrain est véridique, et parfois la véracité des actes de Doss a même été quelque peu tempéré pour éviter que le spectateur ne cesse d’y croire !

tu-ne-tueras-point-garfield-palmer

Derrière la violence, la barbarie des affrontements, Tu ne tueras point est une œuvre qui déborde d’humanité et d’abnégation. C’est l’histoire d’un homme dénigré par les siens pour ses croyances, un homme qui ne connaît ni la rancoeur, ni la peur de mourir, et ce, pour sauver des vies, n’importe quelles vies – il viendra même à l’aide de soldats japonais. D’aucuns signalent le caractère évangélisateur du film, or, Mel Gibson rend simplement hommage à un homme de foi qui n’aura jamais renoncé à ses convictions. Pour Desmond Doss, nul besoin d’arme quand on détient la grandeur d’âme. Dans une Amérique aujourd’hui divisée et rongée par le port d’armes, Tu ne tueras point, démonstration d’héroïsme et de détermination, résonne comme un appel au respect de la vie.

3.5 étoiles

 

tu-ne-tueras-point-affiche

Tu ne tueras point

Film américain
Réalisateur : Mel Gibson
Avec : Andrew Garfield, Teresa Palmer, Vince Vaughn, Sam Worthington, Luke Bracey, Hugo Weaving
Titre original : Hacksaw Ridge
Scénario de : Robert Schenkkan, Andrew Knight
Durée : 139 min
Genre : Guerre, Biopic, Drame
Date de sortie en France : 9 novembre 2016
Distributeur : Metropolitan FilmExport

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *