Soirée Midnight Collection : le droit de rire

Mardi 5 juillet 2016, Panic Cinema et Carlotta Films ont pris contrôle du Max Linder Panorama pour une soirée spéciale consacrée aux films de vidéoclub, ces séries B voire Z des années 1980 que l’on prenait plaisir à découvrir en VHS avec un doublage parfois ahurissant. Retour sur cette belle soirée qui s’est conclue par la projection de The Exterminator de James Glickenhaus.

Avec la collection « Midnight Collection », Carlotta Films remet au goût du jour des longs métrages qui n’avaient probablement pas marqué lors de leur éventuelle sortie en salles mais séduit de nombreux amateurs de films de genre lors de leur sortie en VHS. Ces bonnes vieilles bandes magnétiques dont on se souvient désormais avec nostalgie. Cet été, ce sont 8 films qui voient le jour avec une première vague déjà disponible, composée de Maniac Cop, The Exterminator, Blue jean cop et Le Scorpion rouge.

midnight-collection-blu-ray

La deuxième vague aura lieu le 24 août avec les films Frankenhooker, Basket case, Basket case 2 et Basket case 3

maniac-cop

Dans le hall du Max Linder Panorama, où traînait un flic pas très net, il était possible pour les plus chanceux de repartir avec un blu-ray ou encore des badges et cahiers de coloriage au travers de plusieurs activités : un panier à explorer courageusement de la main ou, moins risqué, de choisir le bon boîtier de VHS, trônant fièrement comme à la glorieuse époque des vidéoclubs.

ian-freaks

Dans la salle, la soirée débute par trois bandes annonces délirantes en VF, celles de Drive-in de l’enfer, Skate gang (avec Josh Brolin !) et enfin Heavenly Bodies. Espérons que Carlotta se penche sur ces trois films pour des prochaines sorties dans la Midnight Collection. Ensuite, sur scène, Ian Freaks a réalisé un numéro d’avaleur de sabres avant de tronçonner une pomme de la bouche d’une spectatrice – ou complice, mais Panic Cinema m’affirme le contraire alors je vais leur faire confiance ! –, et ce, avec une cagoule opaque sur la tête. A ne pas tester à la maison !

ninja-eliminator-4

C’est ensuite un court métrage sous forme de bande annonce totalement grindhouse qui décrocha les rires dans la salle : Ninja Eliminator 4 : the french connection de Mathieu Berton. Huit minutes de délire kitsch avec des effets d’un autre temps qui revisitent joyeusement le cinéma d’action bis. Et en parlant de cinéma bis, c’est Laurent Aknin, auteur de Cinéma Bis qui prit la parole pour parler de son rapport à la VHS et présenter The Exterminator de James Glickenhaus.

The-Exterminator

Dans cette production américaine de 1980, aussi connu sous le titre Le Droit de tuer, un vétéran du Vietnam campé par Robert Ginty se transforme en implacable justicier lorsque son meilleur ami est agressé et blessé grièvement dans les rues de New-York. Fantastique nanar sublimé par son doublage en français qui provoque de véritables ruptures comiques, le film de James Glickenhaus se range dans la catégorie des vigilante movie tout à fait classiques, avec un nettoyeur des rues déterminé à défendre et venger les plus faibles. Pas de grande figure du mal ici (éliminée rapidement) mais une poursuite passive avec les forces de l’ordre, qui trouve sa résolution dans un raccourci scénaristique prodigieux de fainéantise. Involontairement drôle, suffisamment rythmé et doté de confrontations/éliminations prenantes, The Exterminator tient de ces films parfaits pour une soirée décontractée entre potes. A noter que, malgré l’utilisation d’un lance-flamme dans le film, la jaquette et l’affiche ont été subtilisé à une toute autre œuvre cinématographique : cinéma d’exploitation jusqu’au bout du terme !

Bravo et merci à Carlotta Films et Panic Cinéma pour cette belle soirée rétro, fun et un brin gore.

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *