Portrait : Daenerys Targaryen

Pour inaugurer la rubrique portrait, l’illustrateur Valg nous conduit vers les contrées d’une des séries TV les plus populaires du moment, Game of Thrones. Le regard aussi pur que ses cheveux d’or, Daenerys Targaryen est une héroïne atypique.

La Mère des Dragons

Il y a deux semaines, la diffusion américaine de la saison 5 de Game of Thrones s’achevait avec son lot de décès ignobles et de rebondissements promettant toujours et encore d’attiser les désirs pour le Trône de Fer à Port-Réal, le tout, avec la menace de plus en plus imminente de l’hiver et des marcheurs blancs.

daenerys

Portrait au crayon réalisé par Valg, illustrateur amoureux de la culture pop et auteur du site de portaits dessinemoiunetete.fr

Mais Daenerys du Typhon, l’Imbrûlée, Khaleesi, reine et mère des Dragons, tueuse de conjurateurs et briseuses de chaînes, n’est pas encore au milieu des conflits de occidentaux de Westeros. Contrairement à certains personnages de la série, ses titres sont loin d’être galvaudés. Au début de l’aventure, c’est encore une adolescente, vendue par son frère Vyseris à un seigneur dothraki, Khal Drogo, et ce, afin d’obtenir une armée pour reconquérir le Trône de Fer. Personnage innocent et manipulé, Daenerys s’avère passionnante par la trajectoire qu’elle emprunte dans la série, à l’écart des autres protagonistes des familles dominantes. Très vite, elle apprend son rôle de reine sans s’écraser jusqu’à embrasser son destin dans un brasier qui donnera naissance à trois dragons.
Soutenue par une poignée de fidèles, elle se construit une armée, un petit empire de la justice au nom de la liberté. Mais libérer des esclaves et régner sur une ville sont deux tâches distinctes, l’une reposant sur l’action et la mobilité, l’autre sur la politique et la diplomatie. Derrière la délicate silhouette de Daenerys, il y a une femme forte et ferme, troublée par sa propre volonté d’être juste, mais jamais en manque de bravoure face à l’adversité et les sombres complots. Le Trône de Fer n’est pas encore à portée de main, ni à vol de dragon, mais qui aurait pu imaginé un tel parcours – bon, passons sur les personnes ayant lu l’œuvre de George R. R. Martin – pour cette fragile créature dans la première saison de Game of Thrones ?

Partie des cendres de sa dynastie, Daenerys Targaryen est devenue une héroïne fascinante, conservant toujours une part de fragilité alors que son pouvoir s’étend. Grandeur et délicatesse. Une reine, et une mère à la portée du commun des mortels : bien que sa progéniture soit ailée, l’adolescence apporte son lot de difficultés et complications propre aux humains – à la différence que peu d’adolescents carbonise des troupeaux de leur propre souffle.

emilia-clarke

C’est la britannique Emilia Clarke qui campe Daenerys, rôle clé dans sa jeune carrière. Si la télévision est donc son tremplin, la conquête du cinéma, entre les tournages des saisons à venir de Game of Thrones, ne saurait tarder. Dès le 1er juillet, nous pourrons la découvrir dans la peau de Sarah Connor pour le cinquième opus de la saga Terminator, Terminator : Genisys. Elle sera ensuite à l’affiche de Voice from the Stone d’Eric D. Howell et Me Before You de Thea Sharrock.

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *