Les Arcs 2014 : #03 Cap sur l’Irlande

good-vibrations

Le festival met le cap sur l’Irlande en musique avec les deux films découverts : Good Vibrations (photo ci-dessus) et Frank. C’est à découvrir avec la première soirée Vodkaster dans la suite de cet article.

Une matinée classique aux Arcs correspond à un petit déjeuner avec un groupe de festivaliers polonais non loin de Liam Cunningham avant de se diriger vers le hammam du Manoir Savoie.

good-vibrations-2

Dans le cadre du focus Irlande, le Taillefer offre une projection de Good Vibrations, réalisé par Lisa Barros D’sa et Glenn Leyburn. Le film se déroule en Irlande du Nord et suit la vie de Terri Hooley, un DJ qui contribua à l’avènement du mouvement punk à Belfast. Le long métrage replace brillamment le contexte politico-religieux des plus délicats de l’époque, usant savamment d’images d’archive pour toujours tempérer la bonne humeur et la fougue de son protagoniste campé par Richard Dormer. DJ reconverti en vendeur de vinyles sur la rue comptant le plus d’attentats à la bombe de Belfast, Terri a une révélation un soir alors qu’il se rend à un concert d’un petit groupe de musique punk. Il réalise que ces jeunes et leur musique ne plient pas face aux autorités et leurs méthodes plus que discutables. Dès lors, il lui importe de signer des petits groupes non pas afin de gagner de l’argent mais de donner de l’ampleur au mouvement – et de profiter aussi d’un peu de reconnaissance ! Terri Hooley signera alors des groupes tels que Rudi, The Outcasts ou encore The Undertones. Malgré les menaces et des finances peu glorieuses, Hooley parvient à ne jamais vendre son âme au diable, véritable trublion qui fonce tête baissée dans les projets qui le prend aux tripes, peut-être l’essence même de l’esprit punk. Engagé et vibrant, Good Vibrations parcoure toute une décennie avec un beau sens du rythme et la rage adolescente aux bouts des riffs de guitare. Une belle découverte, disponible en import DVD et blu-ray.

frank

Projeté au Taillefer sur les coups de 15h30, Frank est un long métrage de Lenny Abrahamson qui participe à la compétition. C’est l’histoire de Jon (Domhnall Gleeson), un jeune compositeur dénué de talent et, qui par un coup du destin, se retrouve à remplacer un soir le claviériste d’un obscur groupe underground, mené par un certain Frank (Michael Fassbender), chanteur mystique au visage constamment masqué par un imposant casque qui n’est pas sans rappeler Astro le petit robot. D’abord drôle, le film d’Abrahamson, dont le scénario est signé par Jon Ronson et Peter Straughan (Les Chèvres du Pentagone), vire au pathétique lorsque Jon intègre le groupe pour enregistrer leur premier album, dans une maison retirée dans la campagne irlandaise. Dès lors, il est difficile de déterminer si le film se moque de ces musiciens adeptes de musique expérimentale et concrète ou bien s’il ne s’agit que d’une sordide parodie. Frank finit même par se battre contre son propre propos sur la création, et c’est seulement sur le versant de la célébrité, en exploitant intelligemment les réseaux sociaux qu’il continue de marquer quelques points. Au-delà de Jon et Frank, les autres membres du groupes sont réduits à de tristes archétypes – une batteuse mutique, un guitariste français ne s’exprimant qu’en français et une multi-instrumentaliste jouée par Maggie Gyllenhaal dérangée et hargneuse. Le voyage aurait pu être beau, notamment par la performance gestuelle de Michael Fassbender et un détour au Texas au festival South by Southwest mais le dernier acte du film confirme la vacuité de l’entreprise, malgré un geste vraiment poignant de Fassbender. Une déception de taille. Bande annonce :

soiree-vodkaster

Retour express à 1950 pour interviewer deux adorables membres du jury : Jack Reynor et Linh-Dan Pham. Des entretiens qui seront à découvrir dans quelques jours avec Après la séance.

Mise à jour le 24/02/15 avec le portrait de Linh-Dan Pham :



La soirée continue aux Belles Pintes avec la première soirée Vodkaster qui conjugue connaissance cinéphiles et alcools forts. Mon groupe, baptisé les Arcs Buyers Club, se positionne en milieu de classement avant le grand final chez Luigi mercredi. La soirée se conclue sans surprise O’Chaud en compagnie des festivaliers les plus fêtards.

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *