[Critique] Jersey Boys, réalisé par Clint Eastwood

jersey-boy

Clint Eastwood conte la vie de Frankie Valli et de son groupe les Four Seasons. Biopic adapté d’une comédie musicale, Jersey Boys repose plus sur ses voix que sur des atouts cinématographiques bien rares.

Fade partition

Se déroulant à la même époque qu’Inside Llewyn Davis, non loin de New York, Jersey Boys se positionne à l’opposé de l’œuvre musicale des frères Coen : sans verve, terriblement classique et faisant preuve de bien peu d’énergie. Il y a pourtant un vrai sens du rythme au début du film, alors que le groupe n’est pas encore formé et que les chanteurs/musiciens bringuebalent de petits délits en petits concerts jusqu’à trouver leur principal atout, en la personne de Frankie Valli (John Lloyd Young). Mené par le plus mafieux de la bande, Tommy DeVito (Vincent Piazza), le trio complété par Nick Massi (Michael Lomenda) manque d’un compositeur capable d’offrir la matière nécessaire au succès à la voix d’ange de Frankie. Cette pièce manquante, c’est Bob Gaudio (Erich Bergen), qui deviendra un élément clé du groupe malgré une collaboration initialement infructueuse. Des succès aux troubles gangrenant la formation, Jersey Boys narre son aventure avec des interventions face caméra de la part de ses personnages principaux, procédé qui tente de palier au manque de mordant de cette œuvre.

jersey-boys-walken

Dans la continuité de J. Edgar, Clint Eastwood livre une œuvre poussiéreuse, et qui accuse d’un manque cruel d’idées de mise en scène. Des plus classiques, le découpage n’apporte aucune vitalité au film, cette dernière reposant uniquement sur ses bons comédiens – parmi lesquels on retrouve Christopher Walken –, et qui donnent véritablement de la voix lors des phases de chant. Et là encore, que ce soit sur scène ou en studio, la caméra de Clint Eastwood ne témoigne d’aucune vigueur, capturant le plus platement possible les performances des Four Seasons. Si Eastwood réalisateur s’est toujours attaché à une forme de classicisme, cette dernière s’avère de plus en plus faible, sans inspiration. Même un retour en arrière lors de l’apogée du groupe visant à découvrir le mal causé par le dispendieux Tommy n’offre guère mieux qu’un sursaut dans cette sage biographie musicale à l’esthétique peu alléchante – Tom Stern, directeur de la photographie d’Eastwood depuis 2002 confère à l’image un caractère bien plus froid et austère que nostalgique. Et enfin, comme une mauvaise blague, les hideux maquillages qui plombaient la fin de J. Edgar resurgissent aussi pour une courte scène où se retrouvent les quatre hommes du New Jersey après une longue séparation. Si le résultat final s’en tient au semi-raté, surtout grâce aux acteurs et à la musique, on espère que le prochain film de Clint Eastwood, American Sniper, déjà en boite, nous offrira des moments de cinéma plus savoureux.

2.5 étoiles

 

Jersey Boys

jersey-boys-afficheFilm américain
Réalisateur : Clint Eastwood
Avec : John Lloyd Young, Michael Lomenda, Vincent Piazza, Erich Bergen, Christopher Walken, Joseph Russo
Scénario de :
Durée : 134 min
Genre : Musical, Biopic
Date de sortie en France : 2014
Distributeur : Warner Bros. France

Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *