Philip Seymour Hoffman en cinq rôles

Philipp-Seymour-Hoffman

L’acteur Philip Seymour Hoffman a été retrouvé mort dans son appartement new-yorkais le 2 février 2014, il avait 46 ans. Modeste hommage à cet artiste exceptionnel au travers de cinq apparitions cinématographiques.

Happiness

Dans le film choral Happiness (Todd Solondz, 1998), Philip Seymour Hoffman joue Allen, un solitaire frustré sexuellement qui trouve son plaisir au travers d’appels téléphoniques vicieux et glauques. Une interprétation fiévreuse, à la rage contenue, particulièrement captivante (et drôle) une fois face à l’objet de ses désirs interprété par Lara Flynn Boyle.

Presque-célèbre

En 2000, pour Cameron Crowe, il n’a qu’un rôle secondaire dans Presque Célèbre. Pourtant, Lester Bangs, le journaliste rock campé par Hoffman, laisse une véritable empreinte dans tout le film. Tel un mentor distant pour le jeune Russell, il témoigne de son vécu avec franchise et émotion. Il retrouvera le monde de la musique rock quelques années plus tard avec Richard Curtis pour l’électrisant Good Morning England.

Truman-Capote

La consécration arrive en 2005 grâce à son interprétation de Truman Capote dans le film éponyme de Bennett Miller. Sa gestuelle, sa voix étonnante de fragilité et sa prestance le mènent à l’Oscar du meilleur acteur. Un rôle délicat et profond, absolument saisissant.

Synecdoche-New-York

Philip Seymour Hoffman croise le chemin de Charlie Kaufman en 2008, lorsque le scénariste passe pour la première fois derrière les caméras, alors que ses précédentes œuvres avaient été mises en image par Michel Gondry et Spike Jonze. Dans ce film terriblement ambitieux – peut-être trop pour un premier film –, Hoffman s’empare de la mégalomanie et de la détresse de son auteur en metteur en scène de théâtre qui lutte dans sa vie professionnelle et sentimentale, à la recherche de l’œuvre ultime, celle de toute une vie et au-delà.

The-Master

On associera toujours Philip Seymour Hoffman au réalisateur Paul Thomas Anderson. Ce dernier l’aura fait jouer dans tous ses films à l’exception de There Will Be Blood, soit Double Mise (1996), Boogie Nights (1997), Magnolia (1999), Punch-drunk love – Ivre d’amour (2002) et enfin The Master en 2012. De cette dernière collaboration, Hoffman trouve un rôle à la hauteur de son talent en charismatique leader sectaire face à un Joaquin Phoenix également bluffant. Nul doute qu’un tel duo aurait donné naissance à d’autres grandes figures cinématographiques qui devront hélas, trouver un autre interprète pour leur donner vie.

Outre une apparition dans une série télé (Happyish), Philip Seymour Hoffman sera à l’affiche de trois films prochainement, Hunger Games : La révolte – 1ère partie, A Most wanted man et God’s Pocket. La mort prématurée de ce grand acteur vient nous rappeler que malheureusement, nous sommes ici seulement pour une fraction de fraction de seconde.

Extrait de Synecdoche, New York :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *