[Test Blu-ray] Le Fils unique (Yasujirô Ozu)

fils-unique-blu-ray

Fiche Technique :

Le Fils unique (1936) réalisé par Yasujirô Ozu
Avec : Shin’ichi Himori, Chôko iida, Yoshiko Tsubouchi, Chishû Ryû
Titre original : Hitori musuko
Durée : 82 min
Genre : Drame
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Japonais DTS-HD Master Audio 1.0
Sous-titres : Français
Format d’image : 1.33:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Carlotta Films

 

 

Synopsis :

En 1923, dans la province de Shinshu, une veuve travaillant dans une fabrique de soie décide d’envoyer son fils unique à Tokyo afin qu’il puisse acquérir une meilleure éducation. Treize ans plus tard elle se décide enfin à lui rendre visite et réalise qu’il ne mène pas la vie qu’elle a rêvée pour lui.

Le film :

Premier long métrage parlant de Yasujirô Ozu, inédit en France jusqu’à cette année, Le Fils unique offre un drame social marqué par la sérénité propre à ce cinéaste. Hormis un travelling avant ainsi qu’une séquence en voiture, tous les plans de ce film sont fixes, avec une caméra très proche du sol, de la terre. Ozu ne se montre pas pour autant contemplatif, ses plans s’avèrent souvent courts mais ce qui les caractérise avant tout, c’est leur précision. Le réalisateur japonais partage son regard fin avec le spectateur – il nous offre son regard –, et ainsi s’installe l’ambiance particulière de cette œuvre simple et touchante, où une veuve retrouve son fils après une séparation d’une dizaine d’années. Malgré la difficulté pour gagner de quoi vivre, Tsune (Chokô Iida) a donné une chance à son fils Ryosuke de réussir sa vie en l’envoyant au lycée à Tokyo, loin de leur province natale. La visite impromptue de Tsune provoque un trouble dans le quotidien de son fils : ce dernier a caché à sa mère qu’il s’est marié, et qu’un bébé occupe déjà le modeste domicile conjugal. Ryosuke (Shin’ichi Himori) décide de sortir le grand jeu, allant jusqu’à s’endetter pour montrer à sa mère que ses études lui ont permis d’obtenir une belle situation. Au travers de la relation mère-fils, le drame se joue dans l’amertume dissimulée d’un échec dans la vie professionnelle. Ryosuke n’est qu’un professeur du soir, au travail irrégulier. Rien de pathétique dans cette chronique tant Ozu concentre ses efforts, au-delà du témoignage historique sur le Japon à quelques années de la Seconde Guerre Mondiale, à modifier le regard du spectateur sur les critères de réussite comme le définit la société. C’est une belle leçon de vie que donne Le Fils unique, et aujourd’hui encore, la simplicité et l’humanité de ses enjeux sonnent toujours aussi vrai.

 

Le Blu-ray

– Image :

Par sa pellicule très abîmée, la restauration du film ne peut prétendre à rendre Le Fils unique conforme aux standards de la haute définition. Le film porte toujours les marques corrosives du temps malgré une vraie précision et un piqué superbe derrière les artefacts et traces parasites. Des défauts qui n’empêchent pas de profiter du noir et blanc élégant de cette œuvre.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Même problématique de restauration avec la piste audio en DTS-HD Master audio purement frontal. Le mixage se montre équilibré mais du bruit s’impose plus ou moins fortement selon la scène. A noter également des voix étouffées lors de quelques échanges.

– Bonus :

– Le temps conté, entretien avec le réalisateur Jean-Jacques Beneix à propos du film (22 min), en HD.

 

Film :
3.5 étoiles
Image:
3 étoiles
Son :
3 étoiles
Bonus :
3.5 étoile
Avis Global :
3 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *