[Test Blu-ray] Hunger (Steve McQueen)

hunger-blu-ray

Fiche Technique :

Hunger (2008) réalisé par Steve McQueen
Avec : Michael Fassbender, Stuart Graham, Brian Milligan, Liam McMahon
Durée : 96 min
Genre : Drame, Historique
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais, Français DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres : Français (forcés avec la VO), Français pour sourds et malentendants
Format d’image : 2.35:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : MK2

 

Synopsis :

Irlande du Nord, 1981. Dans la prison de Maze, les membres de l’IRA refusent toute mesure d’hygiène dans le but d’obtenir le statut de prisonnier politique. Leur chef, Bobby Sands, entreprend une grève de la faim.

Le film :

Hunger se déroule dans la prison de Maze en Irlande du Nord en 1981, au cours de la grève de l’hygiène et des vêtements. Revendiquant leur droit à un statut politique refusé par le gouvernement britannique, les prisonniers, tous membres de l’IRA, mouvement indépendantiste de l’Irlande du Nord, purgent leur peine dans des conditions abominables. Ce premier long métrage du britannique Steve McQueen frappe par sa mise en scène soignée et singulière, qui travaille le temps et le cloisonnement, dans un silence étouffant. Un trouble découle aussi de la longue absence de figure centrale, qui apparaîtra tardivement dans le film en la personne de Bobby Sands, campé par Michael Fassbender. McQueen observe les visages avec une attention toute particulière, embrassant l’horreur à l’échelle individuelle, qui affecte autant les prisonniers que le personnel de la prison. Car les vrais monstres dans ce film ne sont pas les matons qui, poussés à bout ou non, tabassent les détenus, pansent leurs plaies ou les suivent médicalement, le véritable monstre de ce film qui méprise les revendications de l’IRA est Margaret Thatcher. Ce sont ses discours sentencieux que l’on entend à plusieurs reprises sans jamais apercevoir son visage, comme si la source cachée de toute l’inhumanité du film n’était rien d’autre qu’elle. Avec une structure audacieuse, ouverte au lyrisme, Steve McQueen, choisissant ses plans méticuleusement, livre une œuvre hors-norme et puissante.

Il n’y a qu’un seul véritable dialogue dans Hunger, entre Bobby Sands et un prêtre, lorsque le prisonnier déclare qu’ils vont engager une grève de la faim sans reculer devant la mort. Cet échange débute par un plan fixe sur les deux hommes d’une quinzaine de minutes, et si ce morceau de bravoure impressionne évidemment par la longue conversation, les plans suivants témoignent de toute la force de la mise en scène de McQueen : c’est Bobby Sands qui, en récupérant une cigarette dans le paquet du prêtre, se saisit du cadre pour clore le dialogue par une ultime anecdote et rendre sa décision irrévocable. Le contrechamp suivant sur le prêtre n’apporte plus rien à l’échange, témoignant simplement de l’incapacité d’action de l’homme de foi. Michael Fassbender obtient ici son premier rôle marquant, avec bien entendu l’engagement physique pour s’amaigrir effroyablement, mais aussi la justesse de son interprétation d’un homme qui a lutté jusqu’au bout pour la dignité et pour ses convictions. Témoignage bouleversant et terrassant de la monstruosité dont se montre capable l’homme, Hunger permet à Steve McQueen de remporter la Caméra d’Or à Cannes en 2008 – prix récompensant le meilleur premier long métrage, toute compétition confondue.

La collaboration Steve McQueen/Michael Fassbender continue, pour notre plus grand plaisir cinématographique avec Shame en 2012 et 12 years a slave qui devrait sortir au cinéma en France le 22 janvier 2014.

Bande annonce (VO) :

 

Le Blu-ray

– Image :

Hunger se déroule principalement dans des espaces confinés, avec peu de profondeur de champ, si ce n’est dans les couloirs de la prison. Les noirs, très profonds, renforcent la sensation d’étouffement et de malaise parmi les teintes froides et couleurs crasseuses. Grâce à un niveau de détail très élevé et un piqué très précis, chaque gros plan impressionne. Un master qui retranscrit très bien les choix artistiques pris pour ce film.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
C’est une œuvre où les musiques sont presque totalement absentes, comme les dialogues, à l’exception de la longue et fascinante conversation entre Bobby et un prêtre. Une scène témoigne du grand dynamisme de la scène, lorsque les prisonniers sont battus à coups de matraque. Précision et qualité sont les maîtres-mots de cette piste aussi sobre que réussie en DTS-HD Master Audio 5.1.

– Bonus :

Les bonus sont en définition standard.
– Préface de Philippe Azoury (5’59 »)
– Analyse de scènes de Philippe Azoury (18’17 »)
– Making of (13’27 »)
– Entretien avec Steve McQueen (36″)
– Entretien avec Michael Fassbender (33’19 »)
– Entretien avec Robin Gutch, producteur (29’08 »)
– Entretien avec Laura Hastings-Smith, productrice (26’26 »)

Annotations :

Cette édition du film, éditée par MK2, peut aussi être trouvée dans le coffret Michael Fassbender avec Shame.

 

Film :
4.5 étoiles
Image:
4.5 étoiles
Son :
4.5 étoiles
Bonus :
5 étoile
Avis Global :
4.5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *