[Test Blu-ray] L’Assassin (Elio Petri)

assassin-blu-ray

Fiche Technique :

L’Assassin (2012) réalisé par Elio Petri
Avec : Marcello Mastroianni, Micheline Presle, Cristina Gajoni, Salvo Randone, Andrea Checchi
Titre original : L’Assassino
Durée : 98 min
Genre : Policier, Thriller
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Italien DTS-HD Master 1.0
Sous-titres : Français
Format d’image : 1.85:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Carlotta Films

 

Synopsis :

Alfredo Martelli est un être infâme, antiquaire de métier, qui ne rate aucune occasion pour asseoir sa situation économique. Un beau matin, celui-ci voit débarquer dans son appartement la police, le convoquant au commissariat où on l’accuse du meurtre d’Adalgisa de Matteis, une ancienne maîtresse, associée dans ses affaires. Durant le long et pénible interrogatoire, Alfredo se remémore certains passages de sa vie où il eut un comportement peu reluisant…

Mini-critique :

Premier long métrage d’Elio Petri, L’Assassin frappe par son style, film policier à la croisée du néoréalisme et du surréalisme. Alfredo Martelli, l’antiquaire joué par Marcello Mastroianni semble être le même personnage qu’il campait dans La Dolce Vita de Fellini, comme si les errances ne s’étaient jamais arrêtées pour le voir accusé du meurtre de sa maîtresse. Tout le film tourne autour de sa possible culpabilité, naviguant avec aisance dans le passé de ce personnage profiteur, usant de son charme et de son flair pour bâtir sa confortable situation. Difficile pour Martelli de démontrer son innocence alors qu’il fut la dernière personne à voir Adalgisa en vie, d’autant plus qu’une série d’indices, prêtant à l’interprétation dans un sens ou dans l’autre, se révèlent tout au long de cette éreintante journée. Une notion d’innocence questionnée par les actes passés de Martelli, qu’il ait commis le crime ou non. L’Assassin doit énormément au talent du charismatique Marcello Mastroianni, mais le film ne serait sans doute pas aussi singulier sans les musiques composées par Piero Piccioni, accompagnant les cadres de Carlo Di Palma vers ce vague onirisme, cet état d’irréalité douce. Le film joue aussi sur des contrastes de profondeur de champ qui font office d’une troublante bipolarité spatiale, bousculant son protagoniste entre une liberté à portée de main et un enfermement sans issue. Enterrant quelque peu l’intérêt de son récit avant le dénouement, Petri réalise un long métrage peut-être plus captivant formellement que narrativement. Singulière œuvre du cinéma italien des années 1960.

Bande annonce (VOST) :

 

Le Blu-ray

– Image :

L’Assassin, œuvre qui n’avait pas été épargné par le temps, est présentée ici dans un nouveau master haute définition suite à sa restauration. Son grain n’a pas été effacé dans le processus de restauration qui a éliminé poussières et artefacts. Affichant de superbes contrastes, c’est sur le piqué que le film se montre le moins impressionnant. Un beau travail sur un film de plus de cinquante ans.

– Son :

Le mono italien en DTS-HD offre un mixage frontal des plus équilibrés. Les musiques de Piero Piccioni font preuves d’un dynamisme très appréciable et le canal des voix brille de clarté. Aucun reproche à émettre sur l’audio.

– Bonus :

Tous les bonus sont en haute définition.
– Petri par Paola (16:12). Paola Pegoraro Petri, épouse d’Elio Petri, et Jean A. Gili, historien du cinéma italien, reviennent sur la genèse du film.
– Coupable innocence (16:40). Jean A. Gili replace le film dans l’Italie d’après-guerre.
– Bande annonce d’époque
– Bande annonce 2012

 

Film :
3.5 étoiles
Image:
4 étoiles
Son :
4 étoiles
Bonus :
3.5 étoile
Avis Global :
3.5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *