[Test Blu-ray] Colonel Blimp (Michael Powell, Emeric Pressburger)

Fiche Technique :

Colonel Blimp (1943) réalisé par Michael Powell, Emeric Pressburger
Avec : Roger Livesey, Deborah Kerr, Anton Walbrook, Roland Culver
Titre original : The Life and Death of Colonel Blimp
Durée : 163 min
Genre : Drame, Romance, Guerre
Blu-ray testé : Edition française – Région B
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 1.0
Sous-titres : Français
Format d’image : 1.37:1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Carlotta Films

 

Synopsis :

En 1902, Clive Candy, un jeune officier britannique, se rend à Berlin pour répliquer à des rumeurs calomnieuses lancées contre l’armée anglaise et se trouve forcé de participer à un duel. Blessé, il se lie d’amitié avec son rival allemand. Ce dernier tombe amoureux d’une amie de Candy et très vite se fiance avec elle. Mais Candy, en retournant à Londres, se rend compte qu’il aime cette femme lui aussi…

Mini-critique :

En 1943, à Londres, un exercice militaire nous plonge dans la jeunesse du général Wynne-Candy, refusant de céder aux méthodes des jeunes recrues de l’armée britannique, peu scrupuleux sur les règles établies pour cet entraînement à la défense de la capitale. On retrouve alors Wynne-Candy officier, en 1902, sur le point de tenter de résoudre sans l’accord de sa hiérarchie un conflit diplomatique avec l’Allemagne. D’abord placé sous le ligne de l’humour, Colonel Blimp change de ton et de dimension dès la fin du duel confrontant Wynne-Candy, joué par Roger Livesey, et Theo Kretschmar-Schuldorff, joué par Anton Walbrook. Malgré leur attachement pour la même femme, ces officiers britanniques et allemands vont se lier d’une profonde amitié qui traversera les âges et les guerres. Se déployant sur la première moitié du XXe siècle, l’empirisme dont fait preuve le film au travers du personnage de Wynne-Candy est tout à fait remarquable, tout comme le judicieux choix de nous imposer de prime abord le protagoniste comme un vieil homme grincheux et antipathique. La jovialité de sa jeunesse nous amène à reconsidérer rapidement ce personnage étonnant, porté sur le respect des conventions et hanté par le visage d’une Deborah Kerr qui campe trois personnages différents, donnant un caractère éternel à l’idéal féminin. Réalisé au cours de la Seconde Guerre Mondiale, en 1943, une des idées de Colonel Blimp affirme que la victoire ne peut appartenir qu’aux nations s’affrontant avec honneur, une déclaration qui résonne comme une lueur d’espoir face aux méthodes des nazis, bien que l’armée britannique soit tournée à la dérision à plusieurs reprises. Bien que la guerre ne soit pas montrée, ou si peu, le film en saisit toute la cruauté. D’une grande élégance, riche en thématiques et porté par de grands acteurs, Colonel Blimp livre une belle expérience sur le cycle de la vie et ses changements de cap.

Teaser (VOST) :

 

Le Blu-ray

– Image :

Tourné en technicolor, la laborieuse restauration de Colonel Blimp est détaillée par Martin Scorsese dans les bonus du disque. Comme avec les précédentes œuvres du duo Powell/Pressburger ayant bénéficié d’une restauration, le film présente une image aux couleurs fantastiques, débarrassée de tout artefact et de toute poussière. On note toujours ces légères variations colorimétriques au cours de certains plans, mais rien de radical. Piqué et niveau de détails sont des plus satisfaisants.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
La seule piste disponible, un mono en DTS-HD Master Audio, offre une qualité d’écoute convenable mais présente un léger souffle. Peu de dynamisme mais des voix qui se détachent parfaitement du mixage, plus que correct pour une oeuvre de 1943.

– Bonus :

Sauf précision, les bonus sont en haute définition.
– La restauration de Colonel Blimp présentée par Martin Scorsese (04:39).
– Il était une fois Colonel Blimp (24:27), en définition standard.
– Optimisme et volonté, entretien avec Thelma Schoonmaker Powell (29:13).
– Galerie photos, en vidéo (04:55).

 

Film :
4 étoiles
Image:
4 étoiles
Son :
3.5 étoiles
Bonus :
3.5 étoile
Avis Global :
3.5 étoiles
Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. Le Narcisse noir était magnifique et Les chaussons rouges est un chef d’oeuvre. Je ne suis pas sûr qu’il faille en attendre autant de Blimp quoique… D’après ton article, les thèmes sont ambitieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *