Test Blu-ray : The Deer Hunter (Michael Cimino)

Fiche Technique :The Deer Hunter - Voyage au bout de l'Enfer
The Deer Hunter (1978) réalisé par Michael Cimino
Avec : Robert De Niro, Christopher Walken, John Savage, John Cazale, Meryl Streep
Titre français : Voyage au bout de l’Enfer
Durée : 183 mn
Genre : Drame, Guerre
Blu-ray testé : Région A B (édition française)
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 5.1 ; Anglais, Français, Espagnol, Italien, Allemand DTS-HD MA 2.0
Sous-titres : Français, Anglais, Allemand, Italien, Espagnol, Danois, Néerlandais, Finnois, Norvégien, Suédois, Turc, Japonais
Format d’image : 2.35:1
Codec : VC-1
Résolution : 1080p
Editeur : Optimum / Studio Canal

 

Synopsis :
Le destin de cinq amis durant la guerre du Vietnam ; trois d’entre eux s’engagent dans l’armée pour participer au conflit qui les marquera et changera à jamais.

Mini-critique :

Des hommes aussi insouciants que des gamins dans une cour de récréation, excités à l’idée d’un nouveau jeu, celui de la guerre. Ces hommes, répondant aux prénoms de Michael (Robert De Niro), Nick (Christopher Walken) et Steven (John Savage), dont le mariage occupe la première partie du film, s’engagent dans l’armée comme s’il s’agissait d’une simple partie de chasse entre amis, probablement poussés par l’élan patriotique américain. The Deer Hunter (traduisible littéralement par « Le chasseur de cerf » mais connu sous le nom du Voyage au bout de l’Enfer) a l’audace de dépeindre la guerre sans montrer les affrontements (qui n’occupent pas plus de deux minutes sur les trois heures de métrage), mais en se concentrant sur les mutilations irréversibles qu’elle engendre sur des destins individuels. Ainsi, Michael Cimino nous propose de suivre un groupe de sidérurgistes avant leur départ pour le Vietnam, de découvrir leurs derniers instants de normalité, leurs derniers instants de vie avant le point de non retour, une captivité infernale et inimaginable, antichambre d’une mort violente et cruelle ; et enfin, les retombées douloureuses sur leurs vies, ou ce qu’il en reste. Avec des personnages aussi bien écrits qu’incarnés par des acteurs donnant tout de leur être, que ce soit Robert De Niro dans le premier rôle ou ceux occupant moins l’écran, comme Meryl Streep, John Cazale – et qui joue ici son dernier rôle, emporté par un cancer peu de temps après le tournage – ou Christopher Walken qui décrocha un Oscar, The Deer Hunter se révèle être un film profondément humain, poignant, jusqu’à parfois devenir insupportable dans les scènes de roulette russe jalonnant cette tragique histoire dont le thème musical composé par Stanley Myers, vous poursuit longtemps après le générique final.
The Deer Hunter remporte cinq Oscar en 1979 : Meilleur Film, Meilleur Montage, Meilleur second rôle masculin (Christopher Walken), Meilleur Réalisateur et Meilleur Son.

Bande annonce (VOST) :

 

Le Blu-ray

– Image :
Un transfert hétéroclite ; si les couleurs restent belles et naturelles tout au long du film, des fourmillements et des scintillements viendront perturber les arrières-plans ici et là. Le segment dans la jungle est celui qui souffre le plus. On s’étonne pourtant face à la beauté de certains plans nocturnes à Saigon, des plans vertigineux en montagne et de la majorité des gros plans. De façon générale, le piqué et le niveau de détail sont bons. Un passage en blu-ray correct qui aurait mérité plus d’attention sur certains passages.
– Son :
Seule la piste en VO est testée.
Catastrophe. Pour une raison technique qui m’échappe, la piste DTS-HD Master Audio 5.1 est un demi ton trop élevé – lui conférant un aspect similaire au pal speed up des DVD zone 2. J’avais contacté par email Studio Canal en fin d’année dernière concernant ce problème et aucune réponse ne me fut adressée. Il faut donc se rabattre sur la piste 2.0 qui ne souffre pas de ce problème et délivre une bande son correcte, probablement fidèle à ce qu’on pouvait entendre en salle à l’époque.

– Bonus :
– Commentaire audio de Michael Cimino
– Présentation du film par Mickey Rourke – il cite The Deer Hunter comme son film préféré – (2mn37).
– « Guerre du Vietnam : Images inconnues », documentaire de 47 minutes.
– Entretien avec Michael Cimino (23mn31)
– Entretien avec Vilmos Zsigmond, directeur de la photographie (15mn31).
– Entretien avec John Savage (15mn38)
– Bande-annonce

Notes :
Film : 8,5/10
Image : 3/5
Son : 2/5
Bonus : 4/5

Avis global : 6/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

6 commentaires

  1. Bonjour,
    j’ai une petite question: Ton test se base sur quelle édition?
    Américaine, ou celle de canal+?
    Celle de canal est une horreur et une arnaque sans nom alors même que l’édition us (en pochette cartonnée) est franchement très très au dessus.(pourtant du même studio)
    Je suis pas sur à 100% de ce que j’avance, mais il me semble…

  2. C’est l’édition française de Canal + qui, en effet, est assez décevante mais je n’ai jamais eu connaissance d’une version américaine. Il y a une version anglaise qui est identique (mais dont le packaging peut différer).

  3. 2 ans 1/2 plus tard….
    Toujours le même site qui fait un boulot de fou pour comparer les differentes editions:
    http://www.dvdbeaver.com/film/DVDCompare10/deerhunter.htm

    Énormément de captures en fin d’article.

  4. Oui ce site est génial, ils font un travail très complet. Elle donne envie cette édition Universal region free !

  5. Aussi bizarre que cela puisse paraitre, parce que les captures sont très belle et ont l’air mieux, je suis tombé sur des forum qui critiquent à mort cette version… (ça parle pas mal de dnr, mais quand on regarde la bande passante, elle est tellement plus élevé que la version canal que je ne comprend pas…. faudrait la voir en fait.
    ça me laisse perplexe et je ne sais pas quoi en penser….

  6. Bizarre, surtout que sur les captures, le grain semblent bien plus respecté que sur la version StudioCanal. Après tout dépend de ce que l’on attend de son film et bien sûr de son matériel. Un peu comme avec le débat sur la seconde édition blu-ray de « Predator ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *