[Critique] Wrong (Quentin Dupieux)

Quentin Dupieux poursuit son oeuvre sur l’absurde, avec de plus en plus de maestria dans la manipulation du grand n’importe quoi, sans jamais franchir la ligne ténue qui le plongerait dans un univers totalement abscons. Avec Wrong, l’aventure cinématographique continue aux Etats-Unis, sans pneu tueur, cette fois, un gentil toutou a disparu.

La 4ème dimension

Suite à une introduction saugrenue, dont le sens apparaitra (en partie) un peu plus tard, Dupieux annonce la couleur grâce à un simple radio réveil : Wrong est un film détraqué, une déformation du réel qui ne bouscule que le spectateur, condamné à la surprise et au rire. Les situations improbables et farfelues auront bon s’enchainer dans un mouvement dont l’intensité va crescendo, rien ne pourra troubler les protagonistes de ce long-métrage original et réjouissant. Pour Dolph Springer (Jack Plotnick), la journée aurait pu être ordinaire, seulement son chien adoré, Paul, a disparu au cours de la nuit. Ni son étrange voisin, ni Victor, son jardinier au terrible accent frenchy joué par Eric Judor, ne pourront l’aider. A partir de cette situation, d’un problème avec un palmier et une publicité de livraison de pizzas, Wrong tracera une délicieuse route d’échecs pour Dolph, amené à rencontrer un spécialiste du meilleur ami de l’homme, Maitre Chang (William Fichtner, qui, comme à son habitude, se montre excellent).

Alors que Rubber, le précédent long métrage de l’artiste connu sous le pseudonyme de Mr. Oizo dans le monde de la musique, tendait à devenir rébarbatif dans ses exécutions télékynésiques, Wrong garde le spectateur en état d’alerte, incapable de prévoir le prochain délire qui prendra vie à l’image. Pour s’appuyer sur des références bien connues, c’est un peu comme si Charlie Kaufman (auteur des scénarios de Dans la peau de John Malkovich, Adaptation ou encore Synecdoche New York) et David Lynch avait associé leurs singuliers talents de conteur d’histoire. Les idées troublant le quotidien sont si séduisantes que l’on irait jusqu’à souhaiter leur matérialisation en dehors de cette dimension parallèle. D’une pluie torrentielle dans les locaux du lieu de travail au détective canin aux outils technologiques stupéfiants, la verve délurée du cinéaste semble inépuisable.

Directeur d’acteur solide, Quentin Dupieux signe aussi l’excellente et discrète bande originale et, vraisemblablement, la photographie du film, point le moins séduisant, esthétiquement proche du rendu d’un Canon 5D, bien que la caméra utilisée soit un mystérieux prototype baptisé HD-Koi. Mais qu’importe l’esthétique ici, puisque c’est dans son aventure comico-dramatique que repose avant tout la vigueur de Wrong, recherche de l’ami canin désespérée, libérée de toute codification et de toute logique. Un nouvel OVNI cinématographique, profondément rafraichissant.

4 étoiles

 

Wrong

Film français
Réalisateur : Quentin Dupieux
Avec : Jack Plotnick, Eric Judor, Alexis Dziena, Steve Little, William Fichtner, Regan Burns
Scénario de : Quentin Dupieux
Durée : 94 min
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie en France : 5 septembre 2012
Distributeur : UFO Distribution


Bande Annonce (VOST) :

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. Après « Rubber » qui manquait de coffre malgré son audace Dupieux signe là un Ofni plus maitrisé, toujours aussi original, entre rire absurde et réflexion métya-physique. Vivement le prochain !… 3/4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *