Test Blu-ray : Kick-Ass (Matthew Vaughn)

Fiche Technique :

Kick-Ass (2010) réalisé par Matthew Vaughn
Avec : Aaron Johnson, Nicolas Cage, Chloe Moretz, Mark Strong, Christopher Mintz-Plasse, Lyndsy Fonseca
Durée : 117 mn
Genre : Action, Comédie
Blu-ray testé : Région B (édition française)
Pistes Audio : Anglais DTS-HD Master Audio 7.1 ; Français DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres : Français
Format d’image : 2.40 :1
Codec : MPEG-4 AVC
Résolution : 1080p
Editeur : Metropolitan

La trame :

Dave Lizewski, adolescent peu populaire au lycée, vit dans son univers de comics. Frustré et amer, il décide un jour de devenir un super héro, sans super pouvoir, mais qui veillera sur New-York.

Mini-critique :

Le concept de Kick-Ass, tiré du comics du même nom, est intéressant : des gens normaux qui tentent de jouer les justiciers masqués – ce qui n’est pas sans rappeler Batman, à l’exception prêt que Bruce Wayne est, contrairement à eux, riche et beau ! Dave (Aaron Johnson), est le stéréotype même du geek : cercle d’amis restreint, impopulaire auprès des filles et accrocs aux comics. Lorsqu’il va devenir Kick-Ass, non sans mal, le film, jusque là puéril, tombe dans l’ultra violence stylisée, un mélange indigeste, d’autant plus lorsqu’il concerne la relation père/fille des autres héros de l’histoire, Big Daddy (Nicolas Cage) et Hit Girl (Chloe Moretz). Matthew Vaughn livre un métrage fluide et rythmé mais le spectacle n’est jamais exultant, les effets de style ne sont qu’esbroufe et voir tous ces pitres encagoulés lutter contre le crime organisé, avec en tête Mark Strong dont le charisme en tant que bad guy est comparable à celui de Flipper le dauphin, est d’un ennui profond. La musique composée pour le film – la B.O. contient toutefois quelques bons morceaux de rock et du groupe Prodigy – n’aide pas le sablier du temps à écouler ces deux pénibles heures où l’on doit, en plus, subir les amourettes classiques du vengeur masqué. Le seul salut vient de Nicolas Cage qui, n’ayant plus peur du ridicule depuis fort longtemps, livre une performance tragicomique des plus efficaces. Kick-Ass, c’est l’anti Dark Knight, c’est un pastiche laborieux des productions Marvel, ni drôle, ni spectaculaire, à propos de geeks, pour (certains) geeks.

Bande annonce (VO) :

 

Le Blu-ray

– Image :

Une palette de couleurs excellente qui retranscrit de l’effet « comics » et un niveau de détail élevé. Pourtant, un vilain défaut est présent sur la totalité du film : le manque de profondeur des noirs, qui ressortent en bleu marine systématiquement. A noter également un léger fourmillement sur les plans aériens nocturnes.

– Son :

Seule la piste en VO est testée.
Le mixage de cette piste DTS-HD MA 7.1 – testée sur une installation 5.1 – est parfaitement équilibré de. Les dialogues sont clairs, l’utilisation du surround exemplaire et les effets cristallins. Très bonne restitution des musiques. Du tout bon pour l’audio !

– Bonus :

– Commentaire audio du réalisateur Matthew Vaughn
– Making-of (1h53), en HD.
– Le Comic book Kick-Ass (20mn53)
Disque 2 :
– Le film vu par son réalisateur (le film est diffusé dans un petit rectangle en bas à droite de l’écran), documentaire avec images de tournage et interviews (117mn)
– Bande Annonces diverses, dont celle de Kick-Ass, VF et VOST.

Annotations :

L’édition « ultimate », vendue actuellement sur Amazon, contient un blu-ray de bonus et est livrée dans un très joli fourreau cartonné “holographique”.

Conclusion :

Une edition blu-ray plutôt satisfaisante pour un film qui s’adresse à un public averti / ou déjà rallié à la cause Kick-Ass.

Notes :
Film : 3/10
Image : 4/5
Son : 5/5
Bonus : 4/5

Avis global : 5/10

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

11 commentaires

  1. Pour ma part j’ai beaucoup apprécié ce film 🙂 Par contre je n’ai pas constaté de défauts sur les noirs ou alors vraiment léger !

  2. Un film sympa, sans plus, il ne réinvente rien contrairement à ce que beaucoup disent !

  3. @lenchaineur, oui je suis dans la minorité qui n’aime pas. Pourtant j’étais en confiance grâce à l’avis de mes potes et puis la présence à la réalisation de Vaughn, j’aime assez Layer Cake. Pour le coup des noirs, c’est plutot omniprésent, mais faut dire que c’est un truc pour lequel j’ai l’oeil et j’accorde beaucoup d’importance.

    @Burtoniac, rien de neuf en effet, que ce soit dans la technique que dans le « storytelling » ! J’ai par la suite lu quelques uns des différences comics/film et le film semble avoir gommé de nombreux points intéressants du comics…

  4. Quel dommage de passer a cote de ce film beaucoup plus subversif que la plupart des films de superheros. Les dialogues sont tres bien ecrits, le jeu d’acteur du jeune casting est tres performant. La violence et l’humour se melangent tres bien. Un excellent moment! C’est le cinema hip de Matthew Vaughn, sans un gramme d’arrogance. TRES recommande si vous avez des gouts eclectiques…

  5. Raph, superhéros, subversif, deux mots-clefs qui me font penser immédiatement à un unique film : The Dark Knight. Je pense qu’aucun discours ne pourra me rallier à la cause Kick-Ass.

  6. Non, c’est clair, il n’invente rien, il détourne juste. Et c’est drôle pour ça. Subjectivement, c’est l’un des mes films de l’année tellement je me suis ennuyé souvent le reste de l’année : bonne BO, la scène de l’entrepot est bien terrible et les dial bien calibré. C’est certes pas du niveau du comics qui va bien plus loin mais l’audience n’est pas la même (ce qui est implique aussi une certaine liberté).

    Quant à la subversion : les spectateurs de TDK était bien moins dérangés par ce qu’ils voyaient que ceux de Kick Ass, notamment lorsque la petite dezingue tout ce qui bouge. je parle même pas d’un père qui entraîne sa fille sur cette pente. je sais pas après ce qu’il faut comme éléments pour dire que quelque chose est subversif mais voir une gamine fliguer du monde et aimer ça, c’est quand même pas non plus très Mickey Parade 😀

    Mais bon, après, ce film est surtout pour les amateurs de comics, baigné par les super héros depuis leur plus tendre enfance et qui ont rêvé d’être un peu un kick ass, un mec qui « ferait payer les gens pour leurs crimes » comme je le faisais dire à mes personnages de BD quand je les dessinais à 10 piges 🙂

  7. Le comics, je ne le connais pas du tout.

    Mais pour la subversion, je ne suis pas de ton avis. TDK, ce qui est fort, c’est la tentation qu’il crée pour l’anarchie. La première fois que j’ai vu le film, j’ai fini par être rallié à la cause du Joker, et je pense que je ne suis pas le seul à l’avoir vécu ainsi. Et ça, je trouve ça fort de mettre certains spectateurs dans cette position.
    Parce que mettre un flingue dans les mains d’un gamin ou d’une gamine, c’est du déjà vu, et le côté provoc’, c’est simplement de considérer les armes et le combat comme des jeux. Je pense que mon avis négatif vient à la fois du fond et de la forme, y a qqch dans l’approche de Vaughn qui me rebute totalement…

    Faut dire que, contrairement à toi et de nombreuses personnes qui ont aimé le film, je n’ai jamais baigné dans l’univers des comics – mais j’adorais dessiner les personnages de Dragon Ball Z 😉 -, mais ça n’explique pas tout pour Kick-Ass.

  8. La subversion dans TDK est assez utilisée au cinéma et notamment l’anarchie. Le succès de Fight Club est d’ailleurs dû à deux choses : la dualité entre les deux personnages du film et cette anarchie factice pour détruire le monde contemporain. C’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

    Moi ça fait longtemps que je me suis rallier à la cause du Joker mais il faut dire que la dualité Batman/Le Joker ne date pas du film de Nolan. Elle avait été un peu ébauchée avec le film de Burton (mais sans être trop présente). Et ça fait évidemment 25 ans que ça traine dans les différents comics mensuel des séries Batman. Si c’est l’un des meilleurs super vilains (j’adore ce terme, qu’on utilise plus) des BD de super héros, c’est parce qu’il est réellement le contraire de Batman. Nolan l’a bien utilisé mais j’aurais tendance à dire : heureusement! 😀

    Pour le coté de la gamine dans Kick Ass : sa façon de bouger pour butter des mecs, je l’ai pas trouvé dans beaucoup de film, sans compter justement cette façon de concevoir cela comme un jeu. Mais bon, perso, j’ai pas trouvé le film subversif vu tout ce que je me tape et c’est juste un super film de super héros. J’évoquais juste la réaction de certains spectateurs que j’ai constaté. C’est un film qui dépoussière pas mal les comics et leur univers. Il égratigne les comics marvel avec délectation (plus que ceux de DC, d’ailleurs) avec une jubilation assez communicative. Bien sûr, il faut avoir lu des comics, les digérer et ensuite vouloir chercher autre chose, aller plus loin pour apprécier ce Kick Ass sur un autre plan. J’avoue que c’est mon cas donc forcément le film a fait mouche chez moi. J’aurais 17 piges, je serais peut-être encore plus enthousiaste puisque c’était la volonté du réal de faire un film plus pour les ado plus que pour les adultes et jeunes adultes.

    Chais pas trop pourquoi je raconte tout ça. En général, mes articles me suffisent pour m’épancher sur un film que j’aime bien. Faut croire que j’ai encore envie de rererevoir ce Kick Ass.

  9. @Dex, je dirais aussi que Fight Club touche tous les publics : ceux qui ne s’intéressent qu’à la forme, car c’est un objet très cool, très fun, et ceux qui s’intéressent au fond, parce qu’au delà de l’anarchie, le film touche à des problèmes de société bien réels.

    Pour Batman, je ne connais pas le comics pour en parler.

    Sinon, pour Kick-Ass, j’adhère en rien au concept ni à sa mise en scène, d’où ma note et ma position immuable !

  10. ca serait cool d’indiquer au moins le minimum syndical :
    – nombre de disques (dans ton article on peut seulment supposer qu’il y a 2 disques 😉
    – commentaires audio sous-titres ou pas

    vu la quantite d’editions differentes d’un meme film en circulation ça serait pas du luxe!!! juste histoire de pas se retrouver avec un produit qui correspond pas a celui dont vous causez

    merci

  11. @trocool :
    – Il est bien précisé qu’il y a un deuxième disque (dans la section bonus) dans l’édition testée (ultimate)
    – Pour les commentaires audio, sauf précision, c’est que des sous-titres français sont disponibles. Je n’ai plus le bluray pour vérifier mais, si j’ai fait correctement les choses, il y a bien des sous-titres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *