Black Swan : débat avec Darren Aronofsky

MK2 Black Swan

MK2 et la Fox ont organisé, le vendredi 10 décembre 2010, une projection en avant-première de Black Swan, le nouveau film de Darren Aronofsky, suivie d’un débat avec le réalisateur. Résumé des échanges qui se sont déroulés dans une ambiance particulièrement joviale et railleuse.

Après plusieurs vagues d’applaudissements, amplement méritées, Darren Aronofsky prit place face à l’écran tout juste inanimé de la salle A du MK2 Bibliothèque, en compagnie de deux interlocuteurs – un animateur et un traducteur.
L’animateur commença par poser à Darren deux questions : pourquoi un film centré sur la danse et pourquoi un film si proche de The Wrestler. Darren répondit que sa sœur est danseuse de ballet, il s’agit donc d’un milieu dans lequel il a baigné, indirectement. Quant aux similitudes avec The Wrestler, vues avec les scénaristes, elles n’ont pas été envisagées comme un frein à la production de Black Swan.

Débuta ensuite un échange avec le public, placé sous le signe de l’humour à cause d’un traducteur timide et assez… incompétent, un fait remarqué par le public et Darren qui renvoya à plusieurs reprises « La question semblait beaucoup plus longue en français, non ? » De plus, les tentatives de poser une question directement en anglais pour certains furent soldées par des « En fait, c’est mieux avec le traducteur ». Des phrases toujours lancées sur un ton jovial par le réalisateur.

Darren Aronofsky au MK2

A savoir pourquoi Darren s’est portée vers Natalie Portman pour le rôle titre, on apprit que cette dernière a pratiqué la danse et qu’elle s’est entrainée huit heures par jour pendant une année complète pour préparer le rôle, alors qu’il n’a fallu que trois à quatre mois pour former Mickey Rourke au catch – ndlr : Mickey Rourke a été boxeur. Il avait également besoin d’une personne incarnant la beauté et la jeunesse mais possédant aussi une face cachée, que Darren a découvert au cours de soirées arrosées avec Natalie. A propos des compositions de Clint Mansell, variations de la musique de Tchaïkovski, Darren expliqua qu’il s’agissait d’un challenge particulier pour leur apporter une certaine fraicheur, étant donné que ces musiques ont été utilisé maintes fois au cinéma, ainsi que dans les dessins animés comme les Bugs Bunny.
Une question très intéressante sur les influences du film fut sabordée par le traducteur, à savoir si Suspiria (Dario Argento), Les Chaussons Rouges ou encore Les Contes d’Hoffman (Michael Powell et Emeric Pressburger) ont joué sur Black Swan. Le premier film a été passé sous silence ; le second a été découvert par Darren au début du tournage ; quant au troisième, il confirma s’en être inspiré pour certaines séquences.

Darren confirma qu’il collaborera avec de nouveaux acteurs pour ses prochains films, comme à son habitude. Quand on lui demanda s’il aimerait s’emparer de mythes tels que Frankenstein ou Godzilla, puisqu’il dépeint habituellement des monstres sociaux, la personne l’interrogeant reçue les rires de la salle. Darren répondit en riant qu’il n’y avait rien de drôle à cela et qu’il aimerait vraiment tourner un Godzilla ; ce qui fut également la réponse à la question suivante portant sur Wolverine !
Ce fut aussi l’occasion de confirmer que le copinage aide beaucoup dans le milieu du 7ème art, surtout pour de modestes productions telles que Black Swan. La costumière, dont je n’ai pas retenu le nom, est une amie de Natalie Portman, tout comme Mila Kunis, que Darren connaissait pour son rôle dans la série That 70’s show ainsi que la comédie Forgetting Sarah Marshall. Mila fut engagée sans aucune audition, sur internet, via Skype !
Quant à Vincent Cassel, Darren déclara être un grand admirateur et c’est un producteur du film qui arrangea leur rencontre. C’est également un français, Benjamin Millepied – merci Nico –, qui fut engagé comme chorégraphe.

Un débat qui dura un peu plus de 30 minutes et qui permit de découvrir un réalisateur fort sympathique et amusant, en opposition totale avec la noirceur de ses films.

Photo de Darren Aronofsky prise par Nicolas Gilli de Filmosphère.
Merci également à Sandra M. de In the mood for cinema, sans qui je n’aurais pas assisté à cette soirée.

A suivre, prochainement : la critique de Black Swan.

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

8 commentaires

  1. Beaucoup de chance d’avoir peu participé à cet évènement. Aronofsky est un réalisateur que j’admire beaucoup et il me tarde d’impatience de voir son nouveau film.

  2. Bravo au réalisateur et à toute l’équipe. Ce film aux dimensions sociales et psychanalytiques réussit un tour de haute-voltige peu évident au cinéma; nous sommes ici au sommet de l’art.

  3. C’est clair beaucoup de chance, même si je ne fais pas partie de ceux qui apprécie Requiem For a Dream, j’ai vraiment envie de voir Black Swan 🙂

  4. C’est bien d’habiter près du MK2 quand même!!

    Par contre je réagis à ta réflexion sur sa joie en contradiction avec la noirceur de ses films. J’ai toujours eu tendance à dire qu’il n’était pas une obligation d’être dépressif pour faire des films sombres. En tout cas, ce doit être un mec assez simple et puis sa femme est……..sympa aussi!!Mdr!!

  5. Le chorégraphe s’appelle Benjamin Millepied 😉

  6. Ma critique est en ligne 😉

    @Bruce, en fait, je ne suis pas si près du MK2, et la neige a failli tout gâcher !
    Sinon, c’est certain qu’être dépressif n’est pas la condition nécessaire pour faire des films noirs (noir dans le sens d’obscur) ; mais, j’imaginais quelqu’un de beaucoup plus… sérieux, voire presque sévère !

    @Nico, Merci, je corrige !

  7. Je ne l’ai pas encore vu mais j’éspère que Natalie Portman fera bien son Ram Jam à la fin.

  8. Ahah Trev, on pourrait imaginer un mash-up où Mickey Rourke danse en tutu et Natalie Portman balance des types dans du barbelé !

    Qui aurait leur numéro pour arranger ça ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *