Critique : Godzilla 2 roi des monstres

Dans la course aux juteuses franchises cinématographiques, Warner tente de calquer le modèle Disney avec ce qu’ils ont sous la main : Godzilla et King Kong. Après un premier film fort décevant avec la créature japonaise réalisé par Gareth Edwards, voici une suite qui annihile toute envie de suivre leur programme planifié sur plusieurs années. Sans représenter une souffrance, Godzilla 2 roi des monstres maximise la nullité générale du blockbuster à l’heure actuelle et ce, avec une stupidité quasiment délirante.

Spectacle de pacotille

En attendant une confrontation entre Kong et Godzilla, le roi des monstres va devoir faire la tournée des rings pour défendre son titre, tel un boxeur à la ceinture convoitée. Godzilla 2 : roi des monstres compte en mettre plein les mirettes avec sa galerie de créatures gigantesques, composée de Mothra, Rodan et de l’hydre terrible Ghidora. Des monstres qui, jusqu’alors sous contrôle, sont libérés par le Docteur Emma Russell (Vera Farmiga), qui, après avoir été enlevée avec sa fille Madison (Millie Bobby Brown) par une organisation terroriste, réalise soudain que leurs ravisseurs voient juste dans cette libération : tous ces monstres vont permettre une régulation parfaite de notre planète, puisque nous sommes incapables de nous comporter en écologistes engagés. Pourquoi pas. Le souci est que du côté des scientifiques et militaires, avec toujours la même bande d’acteurs insipides, hormis Ken Watanabe par sa posture parfois amusante – alors que le film est justement très premier degré –, on prend des décisions effarantes d’un bout à l’autre du film. Oubliez toute logique, oubliez toute notion d’intelligence et de réflexion. C’est à en croire que le film a été scénarisé par l’administration Trump. Vous me direz que l’on ne se dirige pas vers ce type de film pour trouver une forme d’extase spirituelle, de nouvelles pistes de réflexion sur nos vies dans ce bas monde. D’accord, mais du point de vue du grand spectacle, le film manque aussi ses objectifs, ce qui est impardonnable.

Débutant par la séquence d’enlèvement et de la libération de Mothra dans un laboratoire secret, Godzilla 2 roi des monstres affiche déjà toutes les caractéristiques d’une série Z sur laquelle on peut tomber par mégarde, en allumant sa TV à une heure tardive, sur une chaîne spécialisée dans la science-fiction bon marché. L’intervention à mains armées n’a aucun style, ou si, celui de ces productions destinées à meubler des créneaux horaires télévisuels. On ne portera pas les mêmes reproches sur les équipes en post-production, notamment celles en charge des nombreux effets spéciaux permettant de donner vie à ces créatures capables d’avaler les hommes comme un humain peut engloutir des paquets de chips en plein mondial de football. Pourtant, les confrontations n’apportent que très peu de plaisir, contrairement aux combats titanesques d’un Pacific Rim : le problème est simple, il y a un abus d’effets météorologiques et de particules qui éloigne le spectateur de l’action. On a l’étrange sensation de regarder tout ceci au travers d’une vitre, à distance, même quand la focale souhaite nous placer au plus près du combat. On trouve toutefois quelques plans impressionnants, et même une séquence assez plaisante, alors que des avions de chasse fuient la férocité d’un monstre antique, Rodan. Quand il souhaite développer sa mythologie, chose louable, Godzilla 2 roi des monstres tombe dans le ridicule et la sottise. On atteint rapidement un stade où l’on souhaiterait que la fin du monde vienne mettre un terme à tout cela, mais l’être humain est une créature pleine de ressources.

Desservi également par une bande originale absolument ignoble et purement fonctionnelle, le film de Michael Dougherty permet toutefois de mettre en évidence le talent de la jeune Millie Bobby Brown, découverte dans la série Stranger Things : réussir à donner vie à un personnage dans une telle mascarade, au cœur d’un spectacle de pacotille, demande des qualités dont peu d’acteurs peuvent faire preuve. La suite des événements ? On préfère clairement s’en passer.

1.5 étoiles

 

Godzilla 2 roi des monstres

Film américain
Réalisateur : Michael Dougherty
Avec : Millie Bobby Brown, Kyle Chandler, Vera Farmiga, Ken Watanabe, Ziyi Zhang, Bradley Whitford, Sally Hawkins, Charles Dance
Titre original : Godzilla: King of the monsters
Scénario de : Michael Dougherty, Zach Shields, Max Borenstein
Durée : 132 min
Genre : Action, Science-fiction
Date de sortie en France : 29 mai 2019
Distributeur : Warner Bros. France

 

Article rédigé par Dom

Partagez cet article avec vos amis ou votre communauté :

Twitter Facebook Google Plus

Un commentaire

  1. Honnêtement je suis allé voir le film et c’est une catastrophe rien ne tient debout (les ficelles scénaristiques grosses comme Godzilla), je préfère largement le film d’animation japonais en 3D (même si l’histoire était complètement originale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments links could be nofollow free.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant de publier un commentaire, vous devez lire et approuver notre politique de confidentialité.